Rest Play Grow – Deborah Mac Namara, Ph. D.

Je termine la relecture d’un excellent livre, Rest Play Grow – Making sense of preschoolers or anyone who acts like one based on the relational developmental approach of Gordon Neufeld, par Deborah MacNamara, Ph. D..

Cet ouvrage a été traduit en français, « Jouer grandir s’épanouir: le rôle de l’attachement dans le développement de l’enfant ». 

Jouer grandir

Dr. Deborah MacNamara travaille avec Gordon Neufeld, de l’Institut du même nom, http://neufeldinstitute.com/int/fr/, http://neufeldinstitute.org/

« Fondé sur les travaux du psychologue de renommée internationale Gordon Neufeld, Jouer, grandir, s’épanouir raconte l’histoire du développement des jeunes enfants. Ecrit avec une grande compassion et des anecdotes savoureuses (…).

Avec ce livre, Dr Deborah MacNamara, Ph. D., révèle que le secret pour élever un enfant ce n’est pas de connaître toutes les réponses, mais bien plutôt d’être la réponse de l’enfant. Avec l’attachement comme toile de fond, l’auteure explique très bien la très grande immaturité du cortex préfrontal du tout-petit.  Avec ces prémisses, il devient beaucoup plus facile de comprendre ce que nos tout-petits ont besoin pour s’épanouir et le rôle que leurs parents doivent jouer auprès d’eux – « It lays out how an adult must WORK so that children can REST, so they can PLAY and then GROW ».

J’ai particulièrement apprécié…

  • « In the developmental/relational approach, parents are like gardeners who seek to understand what conditions children grow best in » (…) « Children are like seeds: they need the right warmth, nourishment, and protection to grow. » (…) We need to work not at growing our children up but at cultivating the relational gardens in which they flourish” (pages 16-17)
  • “We believe we can control growth instead of focusing on how we influence the conditions that give rise to it.” P. 25
  • “Master gardeners use science and intuition to know what is needed for good growth and have faith that potential arises from cultivating deep roots to tether all life” (p. 27)
  • “(…) and there is nothing like the force of an immature child to test the maturity level in a parent.” (p. 30)
  • “Until the prefrontal cortex is sufficiently integrated, a young child will remain impulsive and untampered. Brain development continues into adolescence but changes significantly between 5 and 7 years of age.” (p. 31)
  • “Sensitive children have been called “orchid-like”, compared with kids who grow with ease like dandelions.” (p. 35)
  • “Young children don’t think: they react, are moved to attack, and are impulsive – this is the young child in action.” (p. 39).
  • “Young children are unable to operate out of two reference points at a time.” (p. 41)
  • “It is important to bear in mind that young children under the age of 3 have a minimal capacity to play on their own because of intense relational needs.” (p. 67)
  • “Attachment is defined as the drive or relationship characterized by the pursuit and preservation of proximity.” (p, 77).
  • “When they attribute being loved to what they do instead of who they are, they cannot rest.” (p. 89)
  • “With young children, we need to collect their attachment instincts before we direct them.” (p. 96)
  • RELATIONSHIPS BETWEEN ADULTS and children need to be hierarchical for a fulling attachment dance to unfold – the parent needs to lead, and the child needs to follow. This dance is an instinctive one that cannot be commanded.  It is activated when a parent assumes a caretaking stance and creates the conditions for a child to depend on them  The ultimate purpose of attachment is to foster dependence of the immature on those responsible for them.” (p. 103)
  • “We need to dance our way into right relationships with our children by a) ACCEPTING the WORK of the relationship is our responsibility, b) ASSUMING AN ALPHA role by seizing the lead and reading the child’s needs, and c) PROVIDING more than is pursued so that our provision of care more than satisfies their hunger for connection.” (p. 122)
  • “AS EMOTIONAL CREATURES, young children are predictably unpredictable.” (p. 124)
  • “Parents need to work at providing the conditions to grow children into emotional maturity instead of commanding them to act emotionally mature.” (p. 127)
  • “The antidote to thwarted expression is conveying to a child that all of their emotions are welcome and won’t lead to separation.” (p. 135)
  • “We need to help a child understand this powerful reservoir of emotional energy inside of them.” (p. 152)
  • “A child is moved to attack by the emotion of frustration; this is where a parent needs to focus.” (p. 171)
  • “When a parent conveys what doesn’t work, they need to convey that the relationship is still intact.” (p. 175)
  • “Attachment is the doorway through which separation opens up; attachment and separation are like opposite sides of the same coins. (…) In other words, if separation (ex. Bedtime, separation) is the problem, attachment is the solution.” (p. 179)
  • “Parents will need to cultivate attachment villages to raise their children in (…)” (p. 186)
  • “Bridging will work to reduce separation alarm only when the child has a right relationship with their adult.” (p. 189)
  • Chapter 9 – “You’re not the boss of me”, understanding resistance and opposition.
    • “The counterwill instinct preserves a parent’s rightful place in a child’s life as being the one to lead and take care of them.” (p. 204)
    • “When attachment is strong, counterwill is weak or nonexistent. When attachment is weak, counterwill reactions will be strong.” (p. 206)
  • “Maturity is the answer to immature behavior – discipline is what adults do to impose order on the disorder of immaturity.” (p. 223)
  • “Good discipline means not letting a child’s behavior be more important than the relationship.” (p. 237)
  • “From a child’s perspective, good discipline means an adult still believes in them and knows they will get it right one day.” (p. 237)
  • “Attachment is a child’s greatest need” (p. 230)
  • “Parents can be firm on behavior but easy on the relationship.” (p. 242)
  • “Being a parent is more than just a list of things we do; it is about who we are to our children and who we become because of loving them.” (p. 253)
  • “Children shouldn’t have to perform to be loved; they should be loved regardless how they perform.” (p. 256)
  • “Being a gracious parent is what it means to unconditionally love a child – it is how we become their place or rest so that they can play and grow. “ (p. 257)
  • “We cannot become our child’s answer through books, someone else’s mantras, or directions. This place must be born inside us from alpha instincts and vulnerable emotions. It is as much about caring as it is responsibility.” (p. 257)
  • “As adults, we face forward into aging and separation, but in holding on to our children, we are forced to look back to our beginnings. Nature ties the ends of our life cycle together, the old connected to the new, the endings fused to the beginnings, opposites entwined, the paradoxical rendered seamless, endless.  These invisible ties of relationships hold us together – the human cycle unfolding generation after generation.” (p. 258)

Bonne lecture!

 

Prendre le temps…

Depuis presqu’un an, je suis la grand-maman de Juliette.  J’ai présentement l’impression, un peu plus chaque jour, de « récolter » le temps passé avec Juliette au fil de la dernière année: si je l’assois sur moi, elle sautille en me regardant – dans « notre » communication, c’est une demande pour faire « ti-galop ».  C’est un petit exemple parmi bien d’autres car sa maman et son papa en ont passé du temps avec elle et je suis chaque fois émerveillée de voir leur communication, signe indéniable et tangible des liens qu’ils ont tissé avec leur fille au fil des jours et des nuits des derniers mois.  C’est en pensant à cela que j’ai lu le texte de Nicole Bordeleau, Apprendre la patience.  Ce texte me touche beaucoup…

Nicole Bordeleau dit  « La patience nous enseigne l’acceptation du rythme naturel des choses. »  Récemment, j’ai reçu des nouvelles d’une maman qui m’a consultée à la naissance de son bébé pour un démarrage de l’allaitement difficile…  Lors d’une rencontre précédente, cette maman me disait à quel point elle avait l’impression d’avoir tout essayé, elle se sentait découragée car il n’y avait plus rien à faire selon elle – elle était prête à cesser l’allaitement. Ensemble, on avait fait le point et j’avais mentionné à cette maman comment je l’admirais, à quel point elle avait travaillé très fort et son bébé et papa aussi.  Je lui ai suggéré de « laisser faire le temps » – même moi, je trouve ça difficile, autant à dire qu’à faire.  Dans notre dernier échange, cette maman me dit que maintenant, ça va mieux… et elle a même l’impression d’aimer allaiter…

Dans cet article de Nicole Bordeleau, j’aime aussi quand elle dit : « En ce sens, la patience nous enseigne la différence entre « répondre » et « réagir ». »  Ici, je pense à l’approche empathique d’Isabelle Filliozat qui suggère, avant tout, d’observer.  Cette auteure a créé plusieurs ateliers dont « Stop aux crises ».  Prenons l’exemple d’un tout-petit qui pique une crise du « tonnerre ».  L’observation du parent permet à celui-ci de répondre à son enfant en le sécurisant, en le contenant avec bienveillance et amour et en réfléchissant… que peut-il bien se passer derrière cette colère…? Est-ce que ce comportement de crise serait un comportement de stress…?  Possible… et c’est aux parents de ce tout-petit de formuler des hypothèses qui pourront devenir des pistes d’interventions intéressantes pour mieux gérer ce moment difficile. Une approche très différente… pas toujours évidente à utiliser dans le feu de l’action, oui, je sais… Il faut se donner du temps… j’avance de 2 pas, je recule de un et j’avance un peu plus… une danse…

Être patient et laisser le temps agir, c’est loin d’être évident… Moi, la première, quand je vis une situation difficile, j’ai l’impression que ça sera toujours comme ça… et je reçois ce même commentaire de la part d’une maman qui voit un professionnel de la santé avec son bébé qui a des tensions musculo-squelettiques, un frein de langue court, d’une autre maman qui ressent de la douleur en allaitant à cause de plaies horribles aux mamelons, de parents qui ont des nuits coupées et bien d’autres… C’est vrai que si on savait quand la situation difficile se terminerait, ce serait tellement plus simple… Sauf que ce n’est pas comme ça… Et si on reculait de l’arbre pour mieux voir la forêt…?  À bien y penser, s’arrêter et prendre le temps d’observer, peut permettre de se rendre compte d’un changement, si minime soit-il: maman peut réaliser que son bébé ouvre la bouche un peu plus grande, qu’il tourne sa tête de façon un peu plus naturelle, qu’il sort sa langue un petit peu plus et elle ressent maintenant de la douleur à 8/10 au lieu de 12/10… c’est loin d’être parfait, oui… En même temps, il y a un progrès, la piste empruntée est peut-être la bonne, on continue, on réajuste, on refait le point…  Encore là, le temps est nécessaire: pour un bébé, mieux tourner sa tête, réapprendre à utiliser sa langue autrement, ça prend du temps.  Même chose pour une plaie :  règle générale, dans les meilleures conditions, une plaie a besoin d’environ 2 semaines pour guérir, on ne peut pas faire plus vite…

Concernant le sommeil d’un tout-petit, Dr Rosa Jové, auteure de Dormir sans larmes (2017) affirme que nous savons tous comment dormir en sortant du ventre de maman.  De la naissance jusque vers 7 mois, bébé construit son sommeil et vers 7 mois, le noyau cérébral suprachiasmatique de son cerveau aura considérablement mûri, tellement qu’il peut passer à un rythme circadien comme nous les adultes.  Entre 8 mois et 6 ans, ce sera l’étape de la maturation du sommeil avec des hauts et des bas dans l’établissement des cycles de sommeil surtout jusqu’au troisième anniversaire environ… ça prend du temps, c’est comme ça.    De toute façon, un bébé humain est trop immature pour dormir longtemps entre deux tétées.  L’estomac du bébé est gros comme son poing à lui – il ne peut pas contenir de grandes quantités de lait à la fois.  De plus, le lait de sa maman se digère très bien, donc bébé est « fait » pour prendre de petites quantités souvent, jour et nuit.  Même la nouvelle maman n’est pas faite pour dormir toute une nuit 😊: l’hormone prolactine, responsable de la production de lait, atteint un pic aux petites heures du matin et si bébé ne se réveille pas pour téter, c’est souvent sa maman qui le réveille!  Si votre bébé tout neuf dort 12 heures d’affilée, moi, j’ai besoin d’en savoir plus car je me demande comment ce bébé humain se développe…  Faire des nuits comme les adultes, s’endormir tout seul, ça prend du temps, le temps nécessaire à son cerveau de maturer et à son corps de se développer de façon qu’avec le temps, il n’ait plus besoin de prendre 10-12-14 tétées par 24 heures.  Dre Rosa Jové dit aussi que l’urgence rime très mal avec l’enfance – très bien dit 😊.

Tous les grands phénomènes de la nature prennent du temps: une tempête, la marée, le lever du soleil, les phases de la lune. Pour l’être humain, manger, dormir, respirer, vivre, en somme, ça prend du temps… et si on coupe du temps de sommeil, de repas, on vit moins bien et parfois, il peut y avoir des conséquences. Mettre au monde un enfant, l’accompagner dans son développement tout au long de la vie, ça prend du temps de même que tous les liens que nous tissons, que ce soient des liens d’attachement, de soins, d’amour, d’amitié.  Ressentir la compassion, l’empathie, écouter et être là pour l’autre, ça prend du temps…  Être écouté, être aimé, sentir la compassion et l’empathie de l’autre, ça aussi, ça prend du temps. Oui, tout prend du temps… et en même temps, manger, dormir, respirer, vivre, mettre au monde un enfant, l’accompagner dans son développement, être en relation avec l’autre, c’est bon… et peut-être « plus bon » si on prend le temps d’y goûter… Surtout que « le temps qui passe ne se rattrape guère, le temps perdu ne se rattrape plus »…

C’est l’été, l’école est finie, on vit les journées les plus longues de l’année… tout porte à la farniente… tout devient prétexte à prendre le temps de vivre « tout simplement »….   Et si vous ne savez pas trop par où commencer, écoutez votre « p’tite voix », votre voix du cœur… elle, elle sait 😊

« Les premières fois… »

Ce matin, La Presse+, « La première fois que… bébé dort dans son lit« , Mélissa Proulx.

La première nuit a été éprouvante. Seuls les bras de ses parents semblaient apaiser le petit Edward de 7,5 lb qui pleurait sitôt qu’on le déposait dans son moïse installé dans la chambre de ses parents.

Le dodo de son bébé, ses pleurs… des sujets chargé d’émotions surtout pour ses parents. Le développement de l’enfant est parsemé de plusieurs « premières fois » qui l’amènent vers l’autonomie et l’indépendance, valorisées dans notre société – et c’est très bien ainsi. Connaitre le développement type d’un enfant permet aux adultes qui vivent avec l’enfant d’ajuster leurs demandes à son stade de développement – après tout, ce n’est pas en tirant sur une fleur qu’on la fait grandir plus vite!

Il y a un temps pour chaque étape: Dr Brazelton disait que pour se détacher, il fallait d’abord s’attacher.  Il comparait aussi les enfants à des bateaux: si un bateau a « sa » place dans un port, il se sent en « sécurité » d’aller explorer le vaste monde car il sait qu’il aura toujours « sa » place dans ce port pour venir se ressourcer, se restaurer- même chose avec un enfant… il pourra explorer la tête et le cœur en paix s’il sait que sa maman et son papa sont là pour lui….  À la naissance, bébé sort d’un milieu où tous ses besoins étaient comblés.  Il arrive dans un monde où tous ses besoins sont à combler.  Il découvre l’inconnu avec du connu, sa maman…  Évidemment, durant ses premiers mois de vie, ses besoins de proximité avec sa maman et son papa seront presque constants (et vraiment très exigeants pour sa maman et son papa)… à un moment de sa vie où son cerveau n’est pas assez développé pour manipuler, manigancer et tout ce qui s’y apparente. Sa survie dépend de la réponse à ses besoins et en bâtissant ce lien d’attachement, il façonne sa façon d’être.  Bowlby a parlé d’attachement dans les années 1960.  Ces notions d’attachement et de lien de soins prennent maintenant tout leur sens avec les imageries du cerveau et les neurosciences d’aujourd’hui…

Des réponses toute faites, il n’y en a pas.  Les parents doivent s’informer… Si ça vous tente, j’ai déposé des informations dans un dossier « Sommeil » sur mon site, https://louisegodin.com/parents/parents-dossiers-2/parents-dossier-sommeil-du-bb/  Ensuite, assoyez-vous avec l’autre parent de votre enfant et partagez l’information reçue, partagez aussi ce que dit votre « p’tite voix » du cœur…  Prenez une décision ensemble, une décision avec laquelle vous serez « bien », chacun de vous… Demain…?  C’est encore loin…  Au pire, vous essaierez autre chose… après tout, Winnicott disait que les enfants n’ont pas besoin d’un parent parfait… En attendant, si on essayait de profiter d’aujourd’hui avant que demain soit là…?  Dans « pas long », vous verrez, il volera de ses propres ailes et il aura son nid à lui…

 

Ministère des tout-petits…

Hier, 20 novembre, c’était la Journée internationale de l’enfance.  Cette Journée marque le lancement de la Grande semaine des tout-petits.  Ce matin, Dre Gaëlle Vekemans, La Presse+, résume bien certains droits des enfants avec chacune des lettres du mot ENFANTS.

Toujours dans LaPresse+, ce matin, un article de Gabrielle Duchaine   « La violence familiale encore répandue » révèle que « La moitié des enfants de moins de 6 ans ont déjà été victimes de violence physique à la maison, et presque autant y subissent des agressions psychologiques répétées,(…) »

Madame Duchaine, dans son article, rapporte les paroles de  Jean-Pierre Hotte, ancien directeur général des centres jeunesse, président d’Avenir d’enfant et porte-parole de la Grande semaine des tout-petits: « Quand on voit le vieillissement de la population, avec des baby-boomers qui ont mille et une façons de mettre de l’avant leurs priorités, il y a un risque pour les tout-petits d’être oubliés. C’est souvent vu comme strictement l’affaire des parents »

À Québec, une personne occupe les fonctions de ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport et de ministre de la famille.  Toujours à Québec, il y a un ministre responsable des Aînés et de la Lutte contre l’intimidation.  Au Canada, il y a le ministère des enfants, de la famille et du développement social.  C’est novateur… sauf que considérant tout ce qui se passe pendant la grossesse et durant la petite enfance, considérant que cette période 0-5 ans est la base sur laquelle se construit l’adulte de demain, quand est-ce qu’il y aura un ministère des tout-petits…?

Références:

  • Article de Dre Gaëlle Vekemans: http://plus.lapresse.ca/screens/e260affe-672a-424c-82e7-cefcfba5175a%7C_0.html.
  • Article de Gabrielle Duchaine, http://plus.lapresse.ca/screens/e2765f8f-4848-4c94-8f5a-1776cd944647%7C_0.html
  • Grande semaine des tout-petits sur le tout nouveau site « Observatoire des tout-petits »: http://www.tout-petits.org/evenements/2016/grande-semaine-des-tout-petits/

Nos enfants et la télé

Mathieu Perreault dans La Presse+ de ce matin, « Un bébé devant la tété risque de devenir un ado intimidé« .  Le journaliste fait référence à un article paru Psychological Medicine en 2016, Prospective associations between televiewing at toddlerhood and later self-reported social impairment at middle school in a Canadian longitudinal cohort born in 1997/1998.   L’article est écrit par

  • Linda S. Pagani (School of Psycho-Education and Sainte-Justine’s Hospital Research Center (Brain Diseases Axis), Université de Montréal, Montréal,Québec, Canada),
  • F. Lévesque-Seck (Psychology Department, Université Ste-Anne, Church Point, Nova Scotia, Canada)
  • C. Fitzpatrick (Exercise Science Department, Concordia University, Montréal, Québec,Canada).   

J’ai découvert que Linda Pagani, psychologue, enseigne à l’école de psychoéducation de l’Université de Montréal.  Elle a publié plusieurs recherches concernant les effets de différents facteurs environnementaux sur la santé du fœtus puis de l’enfant/l’adolescent.

Ce matin, je ne vous apprends rien en abordant ce sujet des effets de la télévision sur la santé de nos enfants…  Moi, la première, pour me permettre un déjeuner avec café chaud 🙂 , j’assoyais mes enfants devant Passe-Partout – mea culpa, mea maxima culpa.   En plus, j’imagine que votre quotidien de parent est plus difficile que le mien était, tenant compte de l’apparition des tablettes, téléphones intelligents et autres…  Le « problème » c’est qu’interdire à un enfant de toucher à ces objets est une utopie*.  Par contre, peut-être qu’on peut permettre d’allumer la télévision (par exemple) à certaines conditions… Sur l’heure du midi, je permettais à mes enfants « québécois pure laine » d’écouter une émission en anglais, Wishbone.  De plus, autant que faire se peut, nous écoutions des émissions en famille… Mon conjoint me parlait récemment d’une émission du dimanche matin, Les merveilleuses cités d’or. Je repense aussi aux nombreuses conversations que nous avons eues, en famille, autour de la table, après le visionnement de Watatatow en fin de journée.  Ces petits trucs, à défaut d’être parfaits, permettent d’une part de limiter l’accès à la télévision et d’autre part, de créer des liens familiaux.

Un autre aspect important: l’utilisation de ces appareils devrait être faite le plus souvent possible avec la supervision d’un adulte qui a à cœur le bien-être de l’enfant utilisateur. En janvier 1991, vers 16h05, Kim et Clip a été interrompu pour permettre à Bernard Derome d’annoncer la guerre du Golfe, images de bombardement à l’appui.  Mes enfants étaient ébranlés – heureusement, j’étais présente, avec eux.  J’ai aussi appelé à Radio-Canada et Radio-Canada s’est excusée d’avoir présenté ces images sans avertissement pendant une émission pour enfants.  Aujourd’hui, je crois que ce phénomène d’accès aux événements en temps réel s’est amplifié et l’enfant ne peut que bénéficier d’avoir, à portée de câlins, un adulte bienveillant, qui le connait bien, qui a son bien-être à cœur… peut-être même un adulte qui peut fermer les appareils et inviter l’enfant à trouver d’autres activités… Et si, tous ensemble, on allait dehors, « tout simplement »….?

_____________________

* Vous en doutez…?  Si je vous dis « Ne pensez pas à une girafe… »  Vite, vite, dites-moi à quoi vous pensez…?  Le truc vient d’Isabelle Filliozat 🙂

 

« Appeler des renforts… »

L’histoire horriblement triste du papa qui a oublié son tout-petit dans son auto, la semaine dernière, continue d’alimenter les débats.  Hier, j’ai partagé avec vous le texte de Pierre McSween, « Ça peut arriver à n’importe qui« :

(…) Il n’y avait pas de mauvaise intention, c’est une distraction avec de lourdes conséquences, mais il n’y a pas d’intention de faire mal à son enfant. C’est un lourd fardeau à porter toute sa vie. (…)

Ce matin, d’autres opinions journalistiques dont celle de Patrick Lagacé, La Presse+, « Comment peut-on oublier son enfant dans l’auto« 

(…) Cette nanoseconde où le père a fait 1 + 1, ce moment où il a compris qu’il n’avait pas déposé son enfant à la garderie mais qu’il l’avait oublié dans son siège d’auto, toute la journée, sur la banquette arrière…

En plein été.

Dans cette chaleur.

Cette nanoseconde a dû perforer son espace-temps. Tout le fil de sa journée a dû s’y engouffrer, ainsi que l’essentiel de sa vie, comme l’eau s’échappe d’une piscine trouée. (…)

Dans la troisième partie de cet article, Patrick Lagacé a eu l’idée de chercher « le pourquoi du comment »…

(…) Comment ça survient, un oubli ?

Dans son enquête, le journaliste Weingarten citait David Diamond, de la University of South Florida, spécialiste de la mémoire. Pour le Washington Post, le professeur Diamond s’est lancé dans une explication des mécanismes de la mémoire en décortiquant les parties du cerveau qui la gouvernent : cortex préfrontal, hippocampe, ganglions de la base…

Les ganglions de la base sont un peu notre pilote automatique, ce qui fait qu’on conduit machinalement vers chez soi, sans toutefois pouvoir se souvenir de ce qu’on a vu en chemin. Ils nous permettent de penser à autre chose, en roulant vers notre bungalow de Laval ou de L’Ancienne-Lorette…

Et dans ces drames d’enfants oubliés dans des voitures, et qui y meurent, notait David Diamond, il y a toujours chez les parents une combinaison de stress, de manque de sommeil et de changement de routine qui permet aux ganglions de la base de prendre le dessus sur l’esprit conscient, où le pilote automatique te fait oublier que ton enfant dort dans le siège de bébé…

« Et l’esprit conscient est trop affaibli pour résister. Les circuits de la mémoire de l’hippocampe sont réécrits, comme avec un logiciel. Et à moins que ces circuits ne soient réinitialisés – par exemple si l’enfant se met à pleurer –, ils peuvent disparaître. »

Et c’est ainsi qu’un oubli survient, quand les ganglions de la base pèsent trop fort sur l’hippocampe, si je puis dire.

Et c’est ainsi que des parents aimants oublient de déposer leur enfant à la garderie, les laissant cuire à mort dans l’habitacle surchauffé de leur char.

En lisant les mots du professeur Diamond, j’ai pensé à ces gens qui disent que quand on aime son enfant, on ne l’oublie pas dans une auto… (…)

Bref, l’amour n’a rien à voir dans l’oubli, même l’oubli qui tue. (…)

Nous menons des vies de fou, il faut le reconnaître.  Et il semble, parfois, que plus on en fait, plus on veut en faire, plus on veut que tout soit parfait… et aussi, parfois, on croit pouvoir tout faire, tout de suite, tout parfait… Est-ce humainement réalisable…? Probablement encore moins quand des enfants font partie de nos vies… car ce qu’un parent vit rejaillit sur toutes les personnes qui partagent la vie de ce parent, particulièrement sur un enfant.  Nos enfants ne sont pas des adultes en miniature – ils sont des enfants justement parce qu’ils sont en voie de devenir des adultes.  Leur développement n’est pas complété, ils n’ont pas pleine maîtrise sur leur environnement, ils ne peuvent analyser et comprendre comme des adultes, ils sont dépendants des adultes qui en prennent soin.  Tout cela les rend plus vulnérables, plus sensibles, plus inquiets, plus anxieux, plus….  Le stress vécu par un parent prend alors une toute autre couleur et, ajouté au manque de sommeil et au changement de routine, il y a là un mélange potentiellement explosif.

Dans La Presse+, il y avait aussi l’article de Pierre-André Normandin, « Autopsie d’une opération à haut risque » à propos du terrible accident sur la 40, le 9 août dernier:

(…) L’intense brasier survenu le 9 août sur l’autoroute 40 aurait pu se propager dangereusement, n’eussent été les réflexes du premier officier du Service de sécurité incendie de Montréal (SIM) dépêché sur place. Dès son arrivée, celui-ci a eu la présence d’esprit d’appeler des renforts afin de sécuriser la tour voisine qui risquait de s’embraser. « C’est ce qui a fait la différence, sa promptitude à demander une autre intervention », dit aujourd’hui le directeur adjoint du SIM, Sylvain L’Hostie. (…)

« (…) celui-ci a eu la présence d’esprit d’appeler des renforts (…) »

Ça prend un village pour avoir un enfant… est-ce que moi, comme parent, je reconnais avoir une vie… « pas mal pleine »? Est-ce que moi, comme parent, je reconnais mes ressentis, mes émotions, mes forces et mes limites, ma fatigue…?  Et moi, comme parent, à défaut d’accepter ces faits… « tout simplement », suis-je capable de demander de l’aide… »tout simplement »?  Je crois que chaque famille peut trouver de l’aide, avec un peu d’imagination… oui, la voisine adolescente est jeune pour rester seule avec les enfants sauf que si un parent est présent, ça peut faire l’affaire pour donner un coup de main.  Et en plus, ce parent peut évaluer ses compétences de gardienne…  La plupart des villes font la liste de leurs ressources et de leurs organismes: groupe d’entraide à l’allaitement, répit-dépannage, halte-garderie, etc. Pour ma part, il y a déjà un quart de siècle, c’est mon conjoint qui a eu l’idée de frapper à la porte de Micheline, une voisine étant mon aînée de 10 ans et ayant des adolescents à ce moment-là… elle était enchantée de venir prendre la relève quelques heures, le temps que je sorte m’aérer… Pour moi, Micheline est, encore aujourd’hui, une « grande sœur » et notre famille est privilégiée de l’avoir eue au fil de la vie…

Maman, papa, oui, il y a de bons moments avec nos enfants… il y a aussi des moments plus difficiles, plus exigeants…  Pour prendre soin d’un enfant, il faut d’abord prendre soin de soi…  Isabelle Filliozat utilise une image intéressante: si vous prenez l’avion avec un enfant et qu’il y a dépressurisation dans la cabine, il vous sera toujours conseillé de mettre votre masque à oxygène avant de mettre le masque à l’enfant qui vous accompagne…  Maman, papa, prenez bien soin de vous…

En terminant, je vous suggère une lecture, « Il n’y a pas de parent parfait – l’histoire de nos enfants commence par la nôtre », Isabelle Filliozat, Poche Marabout, 2008.  Un livre qui fait du bien à plusieurs parents qui le lisent.  🙂

 

 

 

 

 

Le cerveau de nos tout-petits

Ce matin, La Presse+, un article de Mathieu Perreault, « Déceler les faux sourires dès 3 ans« .

Margot Sunderland, dans la 1ère édition de son livre, page 18, « La science au service des parents », nous expliquait les 3 « cerveaux » de l’enfant: le cerveau reptilien (comportements instinctifs), le cerveau mammalien (les émotions) et le cerveau rationnel (créativité, imagination, solution de problèmes, raisonnement, empathie, gentillesse, etc).  À la naissance, les cerveaux reptilien et mammalien sont présents.  Par contre, le développement du cerveau rationnel se fera avec les années – nous avons une belle expression… « l’âge de raison » à 7 ans… 🙂

Annexe cerveaux

Un tout-petit ressent ce qui se passe et il n’analyse pas – le développement de son cerveau n’est pas rendu à cette étape de sa construction. Nous, les adultes, nous pensons, nous analysons et souvent, dans le feu de l’action, nous ressentons peu.  Pour mieux comprendre la réaction d’un tout-petit, il devient alors important de s’arrêter puis de se mettre dans « les souliers » du tout-petit, de s’ouvrir aux ressentis…

Vous dites :   « C’est épuisant de s’occuper des enfants. »

Vous avez raison.  Vous ajoutez :  « Parce que nous devons nous mettre à leur niveau. Nous baisser, nous pencher, nous courber, nous rapetisser. »

Là, vous vous trompez. Ce n’est pas tant cela qui fatigue le plus, que le fait d’être obligé de nous élever jusqu’à la hauteur de leurs sentiments. De nous élever, nous étirer, nous mettre sur la pointe des pieds, nous tendre.  Pour ne pas les blesser. 

Janusz KORCZAK, prologue de Quand je redeviendrai petit
Traduction AFJK (révisée en 2007).  Tiré du site de l’AFJK : http://korczak.fr

Vous voulez en savoir plus?