Rest Play Grow – Deborah Mac Namara, Ph. D.

Je termine la relecture d’un excellent livre, Rest Play Grow – Making sense of preschoolers or anyone who acts like one based on the relational developmental approach of Gordon Neufeld, par Deborah MacNamara, Ph. D..

Cet ouvrage a été traduit en français, « Jouer grandir s’épanouir: le rôle de l’attachement dans le développement de l’enfant ». 

Jouer grandir

Dr. Deborah MacNamara travaille avec Gordon Neufeld, de l’Institut du même nom, http://neufeldinstitute.com/int/fr/, http://neufeldinstitute.org/

« Fondé sur les travaux du psychologue de renommée internationale Gordon Neufeld, Jouer, grandir, s’épanouir raconte l’histoire du développement des jeunes enfants. Ecrit avec une grande compassion et des anecdotes savoureuses (…).

Avec ce livre, Dr Deborah MacNamara, Ph. D., révèle que le secret pour élever un enfant ce n’est pas de connaître toutes les réponses, mais bien plutôt d’être la réponse de l’enfant. Avec l’attachement comme toile de fond, l’auteure explique très bien la très grande immaturité du cortex préfrontal du tout-petit.  Avec ces prémisses, il devient beaucoup plus facile de comprendre ce que nos tout-petits ont besoin pour s’épanouir et le rôle que leurs parents doivent jouer auprès d’eux – « It lays out how an adult must WORK so that children can REST, so they can PLAY and then GROW ».

J’ai particulièrement apprécié…

  • « In the developmental/relational approach, parents are like gardeners who seek to understand what conditions children grow best in » (…) « Children are like seeds: they need the right warmth, nourishment, and protection to grow. » (…) We need to work not at growing our children up but at cultivating the relational gardens in which they flourish” (pages 16-17)
  • “We believe we can control growth instead of focusing on how we influence the conditions that give rise to it.” P. 25
  • “Master gardeners use science and intuition to know what is needed for good growth and have faith that potential arises from cultivating deep roots to tether all life” (p. 27)
  • “(…) and there is nothing like the force of an immature child to test the maturity level in a parent.” (p. 30)
  • “Until the prefrontal cortex is sufficiently integrated, a young child will remain impulsive and untampered. Brain development continues into adolescence but changes significantly between 5 and 7 years of age.” (p. 31)
  • “Sensitive children have been called “orchid-like”, compared with kids who grow with ease like dandelions.” (p. 35)
  • “Young children don’t think: they react, are moved to attack, and are impulsive – this is the young child in action.” (p. 39).
  • “Young children are unable to operate out of two reference points at a time.” (p. 41)
  • “It is important to bear in mind that young children under the age of 3 have a minimal capacity to play on their own because of intense relational needs.” (p. 67)
  • “Attachment is defined as the drive or relationship characterized by the pursuit and preservation of proximity.” (p, 77).
  • “When they attribute being loved to what they do instead of who they are, they cannot rest.” (p. 89)
  • “With young children, we need to collect their attachment instincts before we direct them.” (p. 96)
  • RELATIONSHIPS BETWEEN ADULTS and children need to be hierarchical for a fulling attachment dance to unfold – the parent needs to lead, and the child needs to follow. This dance is an instinctive one that cannot be commanded.  It is activated when a parent assumes a caretaking stance and creates the conditions for a child to depend on them  The ultimate purpose of attachment is to foster dependence of the immature on those responsible for them.” (p. 103)
  • “We need to dance our way into right relationships with our children by a) ACCEPTING the WORK of the relationship is our responsibility, b) ASSUMING AN ALPHA role by seizing the lead and reading the child’s needs, and c) PROVIDING more than is pursued so that our provision of care more than satisfies their hunger for connection.” (p. 122)
  • “AS EMOTIONAL CREATURES, young children are predictably unpredictable.” (p. 124)
  • “Parents need to work at providing the conditions to grow children into emotional maturity instead of commanding them to act emotionally mature.” (p. 127)
  • “The antidote to thwarted expression is conveying to a child that all of their emotions are welcome and won’t lead to separation.” (p. 135)
  • “We need to help a child understand this powerful reservoir of emotional energy inside of them.” (p. 152)
  • “A child is moved to attack by the emotion of frustration; this is where a parent needs to focus.” (p. 171)
  • “When a parent conveys what doesn’t work, they need to convey that the relationship is still intact.” (p. 175)
  • “Attachment is the doorway through which separation opens up; attachment and separation are like opposite sides of the same coins. (…) In other words, if separation (ex. Bedtime, separation) is the problem, attachment is the solution.” (p. 179)
  • “Parents will need to cultivate attachment villages to raise their children in (…)” (p. 186)
  • “Bridging will work to reduce separation alarm only when the child has a right relationship with their adult.” (p. 189)
  • Chapter 9 – “You’re not the boss of me”, understanding resistance and opposition.
    • “The counterwill instinct preserves a parent’s rightful place in a child’s life as being the one to lead and take care of them.” (p. 204)
    • “When attachment is strong, counterwill is weak or nonexistent. When attachment is weak, counterwill reactions will be strong.” (p. 206)
  • “Maturity is the answer to immature behavior – discipline is what adults do to impose order on the disorder of immaturity.” (p. 223)
  • “Good discipline means not letting a child’s behavior be more important than the relationship.” (p. 237)
  • “From a child’s perspective, good discipline means an adult still believes in them and knows they will get it right one day.” (p. 237)
  • “Attachment is a child’s greatest need” (p. 230)
  • “Parents can be firm on behavior but easy on the relationship.” (p. 242)
  • “Being a parent is more than just a list of things we do; it is about who we are to our children and who we become because of loving them.” (p. 253)
  • “Children shouldn’t have to perform to be loved; they should be loved regardless how they perform.” (p. 256)
  • “Being a gracious parent is what it means to unconditionally love a child – it is how we become their place or rest so that they can play and grow. “ (p. 257)
  • “We cannot become our child’s answer through books, someone else’s mantras, or directions. This place must be born inside us from alpha instincts and vulnerable emotions. It is as much about caring as it is responsibility.” (p. 257)
  • “As adults, we face forward into aging and separation, but in holding on to our children, we are forced to look back to our beginnings. Nature ties the ends of our life cycle together, the old connected to the new, the endings fused to the beginnings, opposites entwined, the paradoxical rendered seamless, endless.  These invisible ties of relationships hold us together – the human cycle unfolding generation after generation.” (p. 258)

Bonne lecture!

 

Voyage en avion et équidignité

Le 5 novembre 2017, la chronique de Marc Cassivi, La Presse, s’intitulait »Les meilleurs sièges » .  Dans un vol nolisé Londres-Lisbonne, il décrit le comportement d’un enfant de 2-3 ans et de sa maman, jeune vingtaine, qui en avait plein les bras avec son bambin.  Alors que celui-ci jouait avec la tablette du siège devant lui, une vieille dame s’est levée, l’a fusillé du regard et, sans avertissement, a insulté vertement sa mère, une femme dans la jeune vingtaine, devant tout le monde.

Aujourd’hui, Marc Cassivi reprend cette histoire, « Le cliché de l’enfant-roi », car il a reçu des commentaires des lecteurs.  Marc Cassivi dit:

Je suis sans doute naïf, mais je ne m’attendais pas à ce qu’une majorité de lecteurs prennent le parti de cette vieille dame effrontée. C’est pourtant ce qui est arrivé. Le courrier a d’ailleurs été particulièrement abondant en sa faveur.

Une histoire très intéressante… Prendre l’avion, c’est un stress pour tous les passagers – pensons aux espaces exigus, aux consignes de sécurité à respecter, et tout le reste.  Bien sûr, tous les passagers ont le droit à leur quiétude, à leur « bulle ».  Évidemment, un bambin de 2-3 ans bouge et explore son environnement – c’est un enfant qui se comporte comme un enfant et qui ne comprend pas nécessairement la portée de ses gestes d’exploration car son cerveau n’est pas assez développé pour analyser, prévoir, anticiper.  En outre, la mère de ce bambin a un pouvoir limité sur celui-ci:  oui, elle peut l’emmener marcher dans l’allée en autant que ce soit le « bon » moment, pas le temps de l’atterrissage, du décollage, des perturbations, du service de repas/collations.

Je ne peux m’empêcher de penser que le bambin du vol Londres-Lisbonne, ça pourrait être ma petite-fille, Juliette… je l’imagine entre 2 sièges, dans un avion… ce serait sûrement toute une aventure…  Et pas besoin de prendre l’avion pour vivre une situation « intéressante »… Ce matin, j’ai reçu le vaccin anti-grippal.  J’étais entourée de personnes âgées qui marchaient lentement, qui sortaient lentement leurs papiers, qui s’exprimaient lentement, qui ne comprenaient pas du premier coup la question posée… Évidemment, moi, avec mes 20 ans de moins qu’eux, j’étais « une jeunesse », mon temps avec l’infirmière a été très court… 😊 En même temps, ces personnes âgées, ça aurait pu être ma mère, mon père, ma belle-mère… et demain, ce sera mon conjoint et moi qui serons des personnes âgées, ralenties par les années…

Jesper Juul, thérapeute familial danois a écrit « La vie en famille – renouveler les valeurs fondamentales du vivre-ensemble ».  Dans la vie familiale, cet auteur nous invite à nous appuyer sur 4 valeurs : l’équidignité, l’intégrité, l’authenticité et la responsabilité.  Jesper Juul dit que

(…) la notion d’équidignité fait référence au besoin fondamental de tout être humain d’être vu, entendu et pris au sérieux en tant qu’individu. (…)  (p. 25)

La question n’est donc pas de savoir si les adultes ont le pouvoir, mais bien de savoir comment ils en font l’usage et c’est sur ce point précis que l’équidignité est la valeur la plus constructive.  Se sentir considéré comme étant de même dignité est tout le contraire d’être rabaissé, dominé, catalogué, ridiculisé, ou de sentir qu’on nous donne une leçon, mais cela n’a rien à voir avec le fait d’être gentil ou raisonnable,  Nous pouvons tout à fait nous considérer l’un l’autre comme étant de même dignité tout en étant furieux ou malheureux. (p. 26)

Un des aspects les plus importants de l’équidignité – et cela concerne aussi les relations entre adultes et enfants – est qu’elle est le terreau de la réciprocité. (…)  Notamment que chaque membre du système, de par le fait qu’il fait partie d’une même communauté, influence les autres et subit en retour leurs influences.  Ce à quoi je fais référence est une forme bien plus conscientisée de réciprocité où les partenaires sont constamment enclins à apprendre les uns des autres et, en conséquence, à s’épanouir.  Les enfants peuvent dans une très large mesure nous apprendre au travers de leurs réactions, par exemple comment nous comporter de manière plus constructive envers chacun d’eux. (p. 39)

Cette notion d’équidignité apporte un tout autre éclairage à cette histoire en avion…  Je crois que le fils aîné de Marc Cassivi a compris ce principe d’équidignité :   à l’aller, le tout-petit s’est pris d’affection pour cet ado qui, mettant en pratique sa formation de gardien averti, l’a diverti du mieux qu’il pouvait.  Bravo!

Situation intéressante, hein…?  Vous, comme parent de ce bambin, qu’auriez-vous fait?  Qu’auriez-vous fait à la place de la dame qui ne voulait pas de coups de pied dans le dossier de son siège…?  J’attends vos réponses 😊

« Appeler des renforts… »

L’histoire horriblement triste du papa qui a oublié son tout-petit dans son auto, la semaine dernière, continue d’alimenter les débats.  Hier, j’ai partagé avec vous le texte de Pierre McSween, « Ça peut arriver à n’importe qui« :

(…) Il n’y avait pas de mauvaise intention, c’est une distraction avec de lourdes conséquences, mais il n’y a pas d’intention de faire mal à son enfant. C’est un lourd fardeau à porter toute sa vie. (…)

Ce matin, d’autres opinions journalistiques dont celle de Patrick Lagacé, La Presse+, « Comment peut-on oublier son enfant dans l’auto« 

(…) Cette nanoseconde où le père a fait 1 + 1, ce moment où il a compris qu’il n’avait pas déposé son enfant à la garderie mais qu’il l’avait oublié dans son siège d’auto, toute la journée, sur la banquette arrière…

En plein été.

Dans cette chaleur.

Cette nanoseconde a dû perforer son espace-temps. Tout le fil de sa journée a dû s’y engouffrer, ainsi que l’essentiel de sa vie, comme l’eau s’échappe d’une piscine trouée. (…)

Dans la troisième partie de cet article, Patrick Lagacé a eu l’idée de chercher « le pourquoi du comment »…

(…) Comment ça survient, un oubli ?

Dans son enquête, le journaliste Weingarten citait David Diamond, de la University of South Florida, spécialiste de la mémoire. Pour le Washington Post, le professeur Diamond s’est lancé dans une explication des mécanismes de la mémoire en décortiquant les parties du cerveau qui la gouvernent : cortex préfrontal, hippocampe, ganglions de la base…

Les ganglions de la base sont un peu notre pilote automatique, ce qui fait qu’on conduit machinalement vers chez soi, sans toutefois pouvoir se souvenir de ce qu’on a vu en chemin. Ils nous permettent de penser à autre chose, en roulant vers notre bungalow de Laval ou de L’Ancienne-Lorette…

Et dans ces drames d’enfants oubliés dans des voitures, et qui y meurent, notait David Diamond, il y a toujours chez les parents une combinaison de stress, de manque de sommeil et de changement de routine qui permet aux ganglions de la base de prendre le dessus sur l’esprit conscient, où le pilote automatique te fait oublier que ton enfant dort dans le siège de bébé…

« Et l’esprit conscient est trop affaibli pour résister. Les circuits de la mémoire de l’hippocampe sont réécrits, comme avec un logiciel. Et à moins que ces circuits ne soient réinitialisés – par exemple si l’enfant se met à pleurer –, ils peuvent disparaître. »

Et c’est ainsi qu’un oubli survient, quand les ganglions de la base pèsent trop fort sur l’hippocampe, si je puis dire.

Et c’est ainsi que des parents aimants oublient de déposer leur enfant à la garderie, les laissant cuire à mort dans l’habitacle surchauffé de leur char.

En lisant les mots du professeur Diamond, j’ai pensé à ces gens qui disent que quand on aime son enfant, on ne l’oublie pas dans une auto… (…)

Bref, l’amour n’a rien à voir dans l’oubli, même l’oubli qui tue. (…)

Nous menons des vies de fou, il faut le reconnaître.  Et il semble, parfois, que plus on en fait, plus on veut en faire, plus on veut que tout soit parfait… et aussi, parfois, on croit pouvoir tout faire, tout de suite, tout parfait… Est-ce humainement réalisable…? Probablement encore moins quand des enfants font partie de nos vies… car ce qu’un parent vit rejaillit sur toutes les personnes qui partagent la vie de ce parent, particulièrement sur un enfant.  Nos enfants ne sont pas des adultes en miniature – ils sont des enfants justement parce qu’ils sont en voie de devenir des adultes.  Leur développement n’est pas complété, ils n’ont pas pleine maîtrise sur leur environnement, ils ne peuvent analyser et comprendre comme des adultes, ils sont dépendants des adultes qui en prennent soin.  Tout cela les rend plus vulnérables, plus sensibles, plus inquiets, plus anxieux, plus….  Le stress vécu par un parent prend alors une toute autre couleur et, ajouté au manque de sommeil et au changement de routine, il y a là un mélange potentiellement explosif.

Dans La Presse+, il y avait aussi l’article de Pierre-André Normandin, « Autopsie d’une opération à haut risque » à propos du terrible accident sur la 40, le 9 août dernier:

(…) L’intense brasier survenu le 9 août sur l’autoroute 40 aurait pu se propager dangereusement, n’eussent été les réflexes du premier officier du Service de sécurité incendie de Montréal (SIM) dépêché sur place. Dès son arrivée, celui-ci a eu la présence d’esprit d’appeler des renforts afin de sécuriser la tour voisine qui risquait de s’embraser. « C’est ce qui a fait la différence, sa promptitude à demander une autre intervention », dit aujourd’hui le directeur adjoint du SIM, Sylvain L’Hostie. (…)

« (…) celui-ci a eu la présence d’esprit d’appeler des renforts (…) »

Ça prend un village pour avoir un enfant… est-ce que moi, comme parent, je reconnais avoir une vie… « pas mal pleine »? Est-ce que moi, comme parent, je reconnais mes ressentis, mes émotions, mes forces et mes limites, ma fatigue…?  Et moi, comme parent, à défaut d’accepter ces faits… « tout simplement », suis-je capable de demander de l’aide… »tout simplement »?  Je crois que chaque famille peut trouver de l’aide, avec un peu d’imagination… oui, la voisine adolescente est jeune pour rester seule avec les enfants sauf que si un parent est présent, ça peut faire l’affaire pour donner un coup de main.  Et en plus, ce parent peut évaluer ses compétences de gardienne…  La plupart des villes font la liste de leurs ressources et de leurs organismes: groupe d’entraide à l’allaitement, répit-dépannage, halte-garderie, etc. Pour ma part, il y a déjà un quart de siècle, c’est mon conjoint qui a eu l’idée de frapper à la porte de Micheline, une voisine étant mon aînée de 10 ans et ayant des adolescents à ce moment-là… elle était enchantée de venir prendre la relève quelques heures, le temps que je sorte m’aérer… Pour moi, Micheline est, encore aujourd’hui, une « grande sœur » et notre famille est privilégiée de l’avoir eue au fil de la vie…

Maman, papa, oui, il y a de bons moments avec nos enfants… il y a aussi des moments plus difficiles, plus exigeants…  Pour prendre soin d’un enfant, il faut d’abord prendre soin de soi…  Isabelle Filliozat utilise une image intéressante: si vous prenez l’avion avec un enfant et qu’il y a dépressurisation dans la cabine, il vous sera toujours conseillé de mettre votre masque à oxygène avant de mettre le masque à l’enfant qui vous accompagne…  Maman, papa, prenez bien soin de vous…

En terminant, je vous suggère une lecture, « Il n’y a pas de parent parfait – l’histoire de nos enfants commence par la nôtre », Isabelle Filliozat, Poche Marabout, 2008.  Un livre qui fait du bien à plusieurs parents qui le lisent.  🙂

 

 

 

 

 

« Mieux vaut suivre son intuition »

Ce matin, La Presse+, « Pour en finir avec les grandes questions. »  Silvia Galipeau parle du livre d’Alison Gopnik, psychologue, The Gardener and the Carpenter.

(…) Dans The Gardener and the Carpenter, l’auteure raconte s’être demandée quand laisser son garçon se rendre seul à l’école, à 8 ans ou avant ? Aurait-elle dû forcer son plus jeune à lire davantage ? Et son premier de classe, aurait-il fallu lui donner plus de temps pour jouer ou alors pour étudier ? Et si elle ne s’était pas séparée, est-ce que ses enfants se seraient développés autrement ? Seraient-ils devenus de meilleurs adultes ? « Il n’y a tout simplement pas de réponse. Tout dépend de l’enfant, du contexte. Mieux vaut suivre son intuition ! », conseille-t-elle, tout simplement. (…)

Mieux vaut suivre son intuition 

(…) Mais toutes ces petites choses qui stressent les parents de la classe moyenne, il n’y a pas la moindre preuve que cela aura une influence sur l’avenir de l’enfant. (…)

(…) Ça ne veut pas dire abdiquer et laisser nos enfants faire ce qu’ils veulent.(…)

Je  crois fermement que chaque bébé a des compétences en arrivant dans notre monde – exprimer ses besoins, s’attacher à sa maman puis à son papa puis aux autres adultes qui l’entourent.  Chaque parent a des compétences comme être humain et aussi comme parent de chacun de ses enfants. Idéalement, ces parents sont entourés d’un village composé d’êtres humains aimants, compatissants, non jugeants, respectueux des valeurs de chaque famille et de la vie dans chacune de ces familles.  Dans ce village, il y a aussi des professionnels de la santé qui offrent aux parents des informations basées sur des résultats probants de telle sorte que les parents puissent prendre des décisions les plus éclairées possible.  Riches de tous ces contacts, de toutes ces informations, les parents, à partir de leurs valeurs communes qu’ils souhaitent transmettre à leur enfant, vivent le quotidien en se permettant de suivre leur intuition, leur « petite voix attachement ».  C’est certain qu’il y aura des différences dans la façon de transmettre ces valeurs… après tout, maman et papa sont deux êtres humains différents… et je crois que c’est tant mieux pour chaque enfant…

Pendant qu’on y est… j’ajouterais l’importance de prendre soin de soi, encore plus quand on est parent… C’est toujours facile, après coup, de dire « Si j’avais su…, j’aurais dû.., j’aurais pu… »  Isabelle Filliozat dit, avec beaucoup de justesse,

En cas de dépressurisation, je mets mon masque à oxygène.

Madame Filliozat fait allusion à ce qui se passe pendant un voyage en avion si les masques à oxygène sont libérés: je mettrai d’abord le mien avant de mettre le masque à l’enfant qui m’accompagne.  Même chose dans la vie de tous les jours… Le métier de parent, c’est un métier exigeant.  Pour pouvoir prendre soin d’un enfant, il faut d’abord prendre soin de soi, de façon régulière, sans attendre d’être « au bout du rouleau »… D’où l’importance, pour chaque famille, d’être entourée d’un village composé d’êtres humains aimants, compatissants, non jugeants, respectueux des valeurs de chaque famille et de la vie dans chacune de ces familles.

Une découverte de dernière minute… « Les 5 langages de l’amour« .  À la fin de cette bande dessinée, on ajoute la variante, « Se donner de l’amour à soi-même ».  Encore là, il suffit de suivre son intuition, d’écouter « sa petite voix-attachement ».

Les5_langages_de_lamour

 

 

 

Nos enfants sont faits pour…..

Samedi dernier, Stéphane Laporte a publié « La ruelle n’est pas une rue ».  Il dit que les enfants ont le droit de jouer dans la ruelle, en toute sécurité – tout à fait vrai! Il ajoute « qu’il n’y a pas de regroupement d’enfants pour défendre les enfants. (…) Faut que ce soit les adultes qui s’en chargent » – tout à fait vrai.

Ça rejoint l’article d’aujourd’hui, de Silvia Galipeau, « Laisser les enfants être des enfants » – grimper sur la glissoire, repousser les bisous mouillés de la grand-mère, parler aux étrangers, refuser de faire ses devoirs (et bien d’autres choses).  Qui permet, qui empêche…? Maman papa.  Cet adulte qui met des balises dans la vie d’un enfant le fait avec son cœur et avec sa tête et cet enfant doit être au cœur des préoccupations de l’adulte. Pour repousser les bisous mouillés de grand-maman, ça prend maman/papa branché(e) sur les besoins de son enfant, qui comprend son enfant, qui le laisse d’abord s’exprimer face à grand-maman et qui prend la relève quand son enfant a atteint sa limite.  En faisant cela, le parent donne un cadeau d’amour à son enfant : « Vois-tu comment je te connais bien, combien je t’aime et je t’aime tellement que je prends ta défense même face à ma mère/belle-mère! »  En prime, ce parent apprend à l’enfant à s’aimer tel qu’il est, à se respecter : « Tu as dit non à grand-maman, ton non veut dire non, je suis là pour accentuer ton non, pour l’affirmer haut et fort et tu n’as pas à te justifier. » Ce parent joue son rôle d’advocacy dont je parlais dans l’article du 1er mai 2016, « Nos enfants, des bateaux… ».

En fin de semaine dernière, j’ai assisté à la formation « Stop aux crises, je gère » donnée par madame Isabelle Filliozat (oui, oui, pour de vrai 🙂 ).  Ce qu’elle nous dit, entre autres, c’est l’importance de se mettre à la place de l’enfant, « tout simplement ».  Déjà, avec ça, les événements apparaissent sous un tout autre jour…  Dernièrement, j’étais à la collation des grades d’un de mes fils.  Il y avait plusieurs enfants.  C’était approprié que ces enfants soient présents à cette fête à partir du moment que leurs parents croyaient qu’ils devaient y être. Pour être bien franche, même moi, comme adulte, j’ai trouvé cette cérémonie un peu longue, d’autant plus que je venais voir mon fils chercher son diplôme sur l’estrade… et ça aura duré 34-38 secondes.  Évidemment, j’étais bien contente pour les autres gradués sauf que si je n’avais pas été une adulte douée de raison, j’aurais quitté la salle…  Donc, ces enfants avaient plusieurs bonnes raisons de trépigner d’impatience et il en revenait à l’adulte qui l’accompagnait de créer l’environnement dont l’enfant a besoin.  Un papa est sorti de la salle à quelques reprises avec son fils préscolaire – génial!   J’ai vu des grands-parents prendre le temps d’expliquer aux enfants ce qui se passait : c’était beau à voir, cette proximité, et fort probablement que ces enfants ont beaucoup appris.  J’ai aussi vu des adultes qui avaient la bougeotte : ils prenaient des photos, parlaient entre eux, se levaient et changeaient de place pour prendre de meilleures photos.  En même temps, ils sermonnaient leurs enfants : « Tais-toi », « Reste assis », « Bouge pas tant que ça. », « Reste avec moi, vas pas dans l’allée ».  Je ne suis pas certaine que ces enfants aient compris grand chose… Le parent ne devrait-il pas être un modèle…?

Un enfant, c’est fait pour bouger, pour sauter, pour rire, pour parler… Peut-être que si on lui permet, aujourd’hui, d’être un enfant, de bouger comme il a besoin de bouger, de dépenser l’énergie qu’il a à dépenser, en lui reflétant ses besoins, des besoins d’exploration « normaux », peut-être que demain il sera un adulte qui sera bien avec lui-même, autonome et un peu plus capable de vivre en société de façon harmonieuse.  Stéphane Laporte dit « On dit toujours que les enfants sont l’avenir du monde, mais on oublie trop souvent qu’ils sont aussi le présent du monde. »  Très vrai et j’ajouterais : si on veut que nos enfants soient l’avenir de notre monde demain, il faut qu’ils soient le présent de notre monde, aujourd’hui.  Et c’est à nous, les adultes d’aujourd’hui, de créer pour nos enfants, un milieu de vie sécuritaire, adapté à leur rythme, à leurs besoins.

117-13

Pour avoir un bébé, ça prend…

Ce matin, dans La Presse+, un dossier, « Prêts pour le grand jour? », s’adresse aux futurs parents.  Plusieurs informations intéressantes s’y retrouvent… Au fait, qu’est-ce qui est essentiel pour vivre avec son nouveau bébé au quotidien…?

À la naissance, bébé aura passé environ 40 semaines dans le ventre de sa maman et pourtant, son développement se poursuivra en dehors de l’utérus.  Les neurosciences nous permettent maintenant de mieux comprendre ce qui se passe dans la tête du bébé.  Contrairement à plusieurs autres petits mammifères, le cerveau du bébé humain est très immature à sa naissance.  Plusieurs mois, voire plusieurs années de toutes sortes d’expériences de la vie de tous les jours, seront nécessaires à l’atteinte de la maturation des nombreuses fonctions et structures de son cerveau.  Il devient logique de considérer le nouveau-né comme « prématuré » la première année de sa vie hors du ventre de sa maman, plus particulièrement les 3 premiers mois, ce qu’on nomme le « quatrième trimestre ».  En atterrissant dans notre monde, bébé découvre l’inconnu avec du connu, sa maman.  Tout en étant vulnérable, bébé est aussi très compétent pour alerter sa maman et son papa quand il est en détresse.  Les réponses à sa détresse contribuent à créer un lien d’attachement entre bébé et sa maman d’abord, puis avec son papa.  Bébé a donc besoin de la proximité de sa maman et de son papa – sa survie en dépend.  Le portage est souvent très apprécié: les mains de maman papa sont libres, bébé est collé, blotti contre sa maman ou son papa, à hauteur des adultes, il fait partie de la vie, il reçoit toutes sortes de stimuli permettant aux neurones de son cerveau de se connecter ensemble. Cette proximité le rassure, le sécurise et elle devient un tremplin pour l’exploration de son environnement – son développement global est favorisé. Les neurosciences nous permettent aussi de comprendre que faire ses nuits, endormir un bébé, prendre des habitudes, oui, c’est possible… plus tard dans la vie de l’enfant, quand son cerveau aura atteint la maturité nécessaire.

Mettre un enfant au monde, c’est incommensurable…  être parent d’un enfant, c’est tout aussi incommensurable, avec son lot d’incertitudes, de doutes, de questionnements… et c’est très bien ainsi car maman papa s’informent.  Dans notre monde branché, les parents se retrouvent parfois (souvent?) devant une surabondance d’informations qui très souvent brouille leur « p’tite voix  en dedans», leur « voix attachement ».  C’est alors la responsabilité des intervenants consultés de répondre aux questions des parents avec des résultats probants et de les aider, parfois, à faire du ménage dans ce qui est dit et publié. Riches de ces connaissances, avec leur « voix attachement », maman papa sont compétents pour répondre ensemble aux besoins de leur bébé.

Pour avoir un bébé, qu’est-ce que ça prend…? Ça prend un bébé (avec son tempérament, ses forces, ses défis, avec tout ce qui en fait qui il est), une maman qui nourrit bébé…  un papa qui « nourrit » maman, des grands-parents qui « nourrissent » papa et sa nouvelle famille.  La nourriture dont il est question ici, c’est une nourriture d’amour et de santé.  Cette nouvelle famille a aussi besoin du soutien de nous tous, les gens de leur village, un soutien basé sur la reconnaissance des compétences de chacun, bébé maman papa, un soutien qui valorise la « voix attachement » de maman papa.

Scan0002.