Rest Play Grow – Deborah Mac Namara, Ph. D.

Je termine la relecture d’un excellent livre, Rest Play Grow – Making sense of preschoolers or anyone who acts like one based on the relational developmental approach of Gordon Neufeld, par Deborah MacNamara, Ph. D..

Cet ouvrage a été traduit en français, « Jouer grandir s’épanouir: le rôle de l’attachement dans le développement de l’enfant ». 

Jouer grandir

Dr. Deborah MacNamara travaille avec Gordon Neufeld, de l’Institut du même nom, http://neufeldinstitute.com/int/fr/, http://neufeldinstitute.org/

« Fondé sur les travaux du psychologue de renommée internationale Gordon Neufeld, Jouer, grandir, s’épanouir raconte l’histoire du développement des jeunes enfants. Ecrit avec une grande compassion et des anecdotes savoureuses (…).

Avec ce livre, Dr Deborah MacNamara, Ph. D., révèle que le secret pour élever un enfant ce n’est pas de connaître toutes les réponses, mais bien plutôt d’être la réponse de l’enfant. Avec l’attachement comme toile de fond, l’auteure explique très bien la très grande immaturité du cortex préfrontal du tout-petit.  Avec ces prémisses, il devient beaucoup plus facile de comprendre ce que nos tout-petits ont besoin pour s’épanouir et le rôle que leurs parents doivent jouer auprès d’eux – « It lays out how an adult must WORK so that children can REST, so they can PLAY and then GROW ».

J’ai particulièrement apprécié…

  • « In the developmental/relational approach, parents are like gardeners who seek to understand what conditions children grow best in » (…) « Children are like seeds: they need the right warmth, nourishment, and protection to grow. » (…) We need to work not at growing our children up but at cultivating the relational gardens in which they flourish” (pages 16-17)
  • “We believe we can control growth instead of focusing on how we influence the conditions that give rise to it.” P. 25
  • “Master gardeners use science and intuition to know what is needed for good growth and have faith that potential arises from cultivating deep roots to tether all life” (p. 27)
  • “(…) and there is nothing like the force of an immature child to test the maturity level in a parent.” (p. 30)
  • “Until the prefrontal cortex is sufficiently integrated, a young child will remain impulsive and untampered. Brain development continues into adolescence but changes significantly between 5 and 7 years of age.” (p. 31)
  • “Sensitive children have been called “orchid-like”, compared with kids who grow with ease like dandelions.” (p. 35)
  • “Young children don’t think: they react, are moved to attack, and are impulsive – this is the young child in action.” (p. 39).
  • “Young children are unable to operate out of two reference points at a time.” (p. 41)
  • “It is important to bear in mind that young children under the age of 3 have a minimal capacity to play on their own because of intense relational needs.” (p. 67)
  • “Attachment is defined as the drive or relationship characterized by the pursuit and preservation of proximity.” (p, 77).
  • “When they attribute being loved to what they do instead of who they are, they cannot rest.” (p. 89)
  • “With young children, we need to collect their attachment instincts before we direct them.” (p. 96)
  • RELATIONSHIPS BETWEEN ADULTS and children need to be hierarchical for a fulling attachment dance to unfold – the parent needs to lead, and the child needs to follow. This dance is an instinctive one that cannot be commanded.  It is activated when a parent assumes a caretaking stance and creates the conditions for a child to depend on them  The ultimate purpose of attachment is to foster dependence of the immature on those responsible for them.” (p. 103)
  • “We need to dance our way into right relationships with our children by a) ACCEPTING the WORK of the relationship is our responsibility, b) ASSUMING AN ALPHA role by seizing the lead and reading the child’s needs, and c) PROVIDING more than is pursued so that our provision of care more than satisfies their hunger for connection.” (p. 122)
  • “AS EMOTIONAL CREATURES, young children are predictably unpredictable.” (p. 124)
  • “Parents need to work at providing the conditions to grow children into emotional maturity instead of commanding them to act emotionally mature.” (p. 127)
  • “The antidote to thwarted expression is conveying to a child that all of their emotions are welcome and won’t lead to separation.” (p. 135)
  • “We need to help a child understand this powerful reservoir of emotional energy inside of them.” (p. 152)
  • “A child is moved to attack by the emotion of frustration; this is where a parent needs to focus.” (p. 171)
  • “When a parent conveys what doesn’t work, they need to convey that the relationship is still intact.” (p. 175)
  • “Attachment is the doorway through which separation opens up; attachment and separation are like opposite sides of the same coins. (…) In other words, if separation (ex. Bedtime, separation) is the problem, attachment is the solution.” (p. 179)
  • “Parents will need to cultivate attachment villages to raise their children in (…)” (p. 186)
  • “Bridging will work to reduce separation alarm only when the child has a right relationship with their adult.” (p. 189)
  • Chapter 9 – “You’re not the boss of me”, understanding resistance and opposition.
    • “The counterwill instinct preserves a parent’s rightful place in a child’s life as being the one to lead and take care of them.” (p. 204)
    • “When attachment is strong, counterwill is weak or nonexistent. When attachment is weak, counterwill reactions will be strong.” (p. 206)
  • “Maturity is the answer to immature behavior – discipline is what adults do to impose order on the disorder of immaturity.” (p. 223)
  • “Good discipline means not letting a child’s behavior be more important than the relationship.” (p. 237)
  • “From a child’s perspective, good discipline means an adult still believes in them and knows they will get it right one day.” (p. 237)
  • “Attachment is a child’s greatest need” (p. 230)
  • “Parents can be firm on behavior but easy on the relationship.” (p. 242)
  • “Being a parent is more than just a list of things we do; it is about who we are to our children and who we become because of loving them.” (p. 253)
  • “Children shouldn’t have to perform to be loved; they should be loved regardless how they perform.” (p. 256)
  • “Being a gracious parent is what it means to unconditionally love a child – it is how we become their place or rest so that they can play and grow. “ (p. 257)
  • “We cannot become our child’s answer through books, someone else’s mantras, or directions. This place must be born inside us from alpha instincts and vulnerable emotions. It is as much about caring as it is responsibility.” (p. 257)
  • “As adults, we face forward into aging and separation, but in holding on to our children, we are forced to look back to our beginnings. Nature ties the ends of our life cycle together, the old connected to the new, the endings fused to the beginnings, opposites entwined, the paradoxical rendered seamless, endless.  These invisible ties of relationships hold us together – the human cycle unfolding generation after generation.” (p. 258)

Bonne lecture!

 

Le temps des Fêtes

Lundi 19 décembre… une autre année tire à sa fin.  C’est fou comme le temps passe… Juliette me le rappelle sans cesse :-).  Pour plusieurs familles, ce temps qu’on dit un temps de festivités et de réjouissances, peut être loin de tout cela…  Si on se met à la hauteur de nos tout-petits, on peut peut-être mieux les comprendre: nous, les adultes, on sait ce qui s’en vient, on se prépare à ce qu’on aime moins, on a la capacité d’aller se cacher pour éviter telle personne, de rester avec cette tante qu’on aime beaucoup.  Nos tout-petits dépendent de maman-papa et je dirais que plus ils sont petits, plus ils dépendent de maman-papa, plus ils ont besoin de re-trouver maman-papa quand ils se retrouvent face à du « pas/moins connu ».  Et non seulement c’est normal, c’est aussi un signe de bonne santé de l’enfant (savoir qui appeler en cas de détresse), des parents (leur sensibilité) et aussi du lien qui unit cet enfant et ses parents.  « Je rencontre telle personne, je ne la connais pas, M A M A N ».  Sa maman accourt, prend son tout-petit contre elle et après quelques câlins, retourne présenter son enfant à cet adulte.  Il est important de rappeler que le lien d’attachement entre un enfant et sa maman puis son papa se bâtit dans des moments de détresse comme celui-là – plus la réponse de maman-papa sera sans jugement, rapide, cohérente, chaleureuse, plus le sentiment de sécurité de ce tout-petit sera grand. Je crois qu’il revient aux parents de doser les invitations/réceptions/rencontres/sorties, d’imposer une sieste, et aussi, à l’occasion, de dire « non » au risque de passer pour un parent-poule et je ne sais quoi encore. Ce matin, j’ai lu des articles que je trouve intéressants et que j’aimerais partager avec vous…

  • « Prévenir les déceptions à Noël« , Marie Allard, La Presse+.  Benoît Hammarrenger, neuropsychologue et père de deux enfants de 6 et 9 ans, donne des trucs pour essayer d’éviter des crises 🙂  En somme, ça revient à « L’affectif avant le cognitif »… vous êtes vous déjà donné un coup de marteau sur un doigt…? Ça fait mal, vraiment très mal.  Si j’essaie, dans un premier temps, de vous raisonner, vous dire « Non, ça ne fait pas mal », il y a de bonnes chances que vous me disiez de décoller, de vous laisser tranquille… Votre cerveau pensant sera très peu réceptif à la raison.  Par contre, si j’écoute votre douleur, vos émotions, ensuite, vous serez plus réceptif à raisonner.  Même chose avec les tous les enfants, petits et grands 🙂

Ce qui fait du bien en vacances, c’est de ne pas être astreint à une routine rigide. Ne pas courir le matin pour se lever, s’habiller et prendre le petit-déjeuner. « Avoir la liberté de ne rien faire, c’est nécessaire, mais avec une certaine structure, prévient la Dre Johanne Lévesque, neuropsychologue. C’est-à-dire qu’on mange quand même trois fois par jour et qu’il y a une heure de lever et de coucher. La structure peut être décalée, mais on ne veut pas que la routine soit contraignante. Pour les enfants plus anxieux, ils ont besoin d’avoir un cadre pour bien fonctionner, il est préférable, pour eux, de conserver une certaine routine qui va les rassurer. »

Hier, justement, j’ai déposé deux articles qui parlaient de l’importance d’une part de nos traditions et d’autre part, de la pertinence d’arrêter, de temps en temps, le rythme fou de la plupart de nos vies… Je crois que la période des Fêtes peut être un excellent moment pour ça.  Dans l’article de La Presse+, paru le 18 décembre 2016, « Chercher un son dans le bruit« , Mylène Moisan cite Serge Bouchard: « On a perdu la recette du ragoût de boulettes. ».  Tellement vrai… comment savoir où on s’en va si on ne sait pas d’où on vient…?  Depuis quelques années, ma sœur a pris la relève et vendredi, elle nous recevra toute la gang – une chance qu’on l’a Image associée.   Au menu? Tourtières, ragoût de boulettes et le reste…  C’est bon tout ce qu’elle prépare avec les siens… c’est bon au goût, c’est aussi très bon pour le cœur…

Chez nous, on se voit deux fois par année, tous ensemble. Comme dans beaucoup de familles, à part ces deux occasions créées de toute pièce, on se voit peu et quand on est ensemble, certaines conversations tournent vite à vide… Qu’à cela ne tienne, on chante, on joue…  Isabelle Audet, La Presse+ en proposait quelques uns le 17 décembre dernier:

Le jeu que je préfère est une variante du jeu de bingo.  Si, par exemple, nous sommes 20 personnes, sur une feuille, je trace un tableau de 20 carrés.  Je trouve LA réalisation de chaque personne depuis notre dernière rencontre familiale et je l’inscris au « je » dans un carré – « J’ai réussi mon examen de consultante en lactation. »  Lors de la réception, je remets une feuille à chaque participant; celui-ci rencontre la personne qu’il croit avoir réalisé cet exploit; dans l’affirmative, cette personne appose ses initiales dans « son » carré.  Il y a un cadeau pour les trois premiers finissants.  Ensuite, on s’assoit et chacun nous raconte son exploit… je trouve toujours ces moments très riches et très enrichissants. D’une part, trouver LA réalisation de chacun.  D’autre part, le fait que chacun s’exprime devant « son » clan et que « son » clan l’écoute…

De plus en plus de scientifiques parlent de l’importance de décrocher, de mettre notre cerveau à « off » – Nancy Colier a écrit « The Power of off« .  Josée Blanchette, Le Devoir, 16 décembre 2016 nous parle du hygge dans son article « Le clou de Noël – le hygge (hou-ga danois)« .

Puis, le manifeste du hygge va comme suit : ambiance (baisser la lumière), présence (couper le wi-fi), plaisir (sortir les biscottis), égalité (nous au lieu de je), gratitude (on est donc bien chanceux), harmonie (aucune compétition), confort (en pieds de bas), trêve (pause des débats d’ego), être ensemble (le top, c’est quatre personnes), refuge (notre tribu, paix et sécurité).

Je pense bien avoir de la suite dans les idées… En décembre 2015, je vous souhaitais de grandes périodes de « cocooning » et à l’occasion de la semaine de relâche 2016, je vous souhaitais de la farniente

En cette fin d’année 2016,  

je souhaite à chacun de vous des moments nourrissants pour le cœur,

des moments de farniente/hygge/cocooning

ponctués de pannes de réseaux cellulaires, internet et tout ce qui s’y apparente

afin qu’il y ait le moins d’intermédiaire possible

entre votre cœur et le cœur de ceux et celles qui comptent pour vous.  

Louise

 

 

Nos enfants, les bateaux et le temps…

Ce matin, dans La Presse+,  un dossier de Silvia Galipeau, L’enfance en voie de disparition.  Madame Galipeau s’est entretenue avec l’auteure du livre The importance of Being Little, What Preschoolers Really Need from Grownups, Erika Christakis.  Madame Christakis, une américaine, est éducatrice de la petite enfance (« early childhood educator ») au Yale Child Study Center.  Elle a gradué en anthropologie au Harvard College avec une mention d’honneur.  Elle détient des maîtrises: une de l’Université John Hopkins, une autre de l’Université de Pennsylvanie (communication) et une troisième de l’Université Lesley (éducation).  Elle est professeure certifiée dans l’état du Massachusetts (pré-maternelle jusqu’à la 2e année).  Elle a aussi 3 enfants.  En octobre dernier, un courriel de madame Christakis avait fait des vagues au Yale Child Study Center où elle donnait des conférences.  En prévision de l’Halloween qui approchait, un comité de ce Centre avait envoyé un mémo aux élèves, leur demandant de choisir un costume d’Halloween qui ne ridiculiserait personne, surtout les personnes minoritaires soit par leur race, leur nationalité, leurs croyances religieuses ou leur orientation sexuelle.  Madame Christakis félicitait le Centre de se préoccuper des minorités en prônant la tolérance des élèves mais elle croyait que la responsabilité de décider ce qui est une offense ou non appartenait aux enfants et non pas aux administrateurs.  La réponse du Centre? Ils l’ont congédiée…

Madame Christakis, dans l’entrevue qu’elle a donnée à Silvia Galipeau, dit:

128-27 (2)

Les enfants ont besoin de temps. Or, trop souvent, les journées sont découpées en activités minutées, qui laissent trop peu de place à la créativité, au jeu, à la possibilité de creuser un sujet ici, une idée là. « Il faut des horaires centrés sur les besoins des enfants. »

« Il faut être en relation avec l’enfant », résume l’auteure. Et cela doit se traduire par un enseignement adapté, dit-elle. Un exemple ? À 3 ans, les enfants sont dans la pensée concrète. Oubliez l’enseignement des planètes, dit-elle. « Incroyablement abstrait. »

Madame Christakis ajoute:

« the distinction between early education and official school seems to be disappearing. » / « la distinction entre l’éducation en petite enfance et l’école semble disparaître »(traduction libre)

Évidemment, tout cela passe par les enseignants, et la valorisation d’un métier sous-payé, conclut-elle. « Il faut payer pour la qualité. »

Madame Christakis fait une analogie entre l’enfance et l’environnement:

J’aime beaucoup la métaphore de l’habitat naturel. On parle de questions d’environnement, de changements climatiques et de disparition de certaines espèces, et je trouve que l’analogie avec l’enfance est intéressante. Je dirais qu’on assiste à l’érosion de l’environnement naturel d’apprentissage de l’enfant. (…)

« Les enfants ne sont pas de petites îles », illustre l’auteure. Ils sont issus d’une communauté, une culture, une famille, qu’il faut connaître et comprendre dans le cadre d’une éducation à son échelle.

Ces jours-ci, je lis un livre de Heather Shumaker, américaine elle aussi, maman et journaliste,  It’s Ok not to share…  Madame Shumaker prône les jeux non structurés et libres durant la petite enfance.  Elle aussi parle de se mettre à la place de l’enfant.  Un exemple?  Un garçon joue avec des blocs, une fille de son groupe arrive et veut les blocs.  Très souvent, l’adulte responsable du groupe demandera au garçon de donner les blocs tout de suite, sous prétexte qu’il doit apprendre à partager.  Madame Shumaker se fait la défenderesse du garçon et dit que nous, les adultes, si on nous obligeait à faire une chose semblable, on dirait non…  L’auteure dit que l’adulte du groupe devrait encourager les enfants à se parler, à trouver leur solution:  ou bien la fille devrait apprendre à attendre que le garçon ait fini des blocs… ou bien, ils décideront de jouer ensemble.  Fille et garçon auront alors eu une expérience de vie intéressante.

Madame Shumaker a publié un deuxième livre, It’s OK to go UP the Slide (mars 2016). Silvia Galipeau nous avait parlé de cette auteure et de son nouveau livre le 16 mai dernier, dans La Presse+, Laisser les enfants être des enfants.  Dans son deuxième ouvrage, madame Shumaker parle, entre autres, de « notre obsession sécuritaire »

 La première règle proposée par l’auteure est la fin de l’obsession sécuritaire. Pourquoi ? Si les tout-petits doivent être constamment surveillés, les enfants plus vieux (le livre s’adresse aux parents d’enfants de 2 à 11 ans, environ) ont besoin d’air pour grandir socialement, émotivement, créativement et physiquement. « Les risques permettent d’acquérir des compétences », écrit-elle.

Non seulement c’est en courant trop vite ou en grimpant trop haut que les enfants découvrent leurs limites, mais c’est ainsi qu’ils les dépassent. Qu’ils expérimentent la résilience et la persévérance. Bref, qu’ils gagnent en confiance et en indépendance. (…)

L’idée : donner aux enfants des outils pour fonctionner en société, au lieu de les geler dans la peur de l’étranger, propose-t-elle.

Je trouve ces propos très intéressants… d’autant plus que cette philosophie de « ne pas tirer sur une fleur pour qu’elle grandisse plus vite » commence dès la conception.  Les neurosciences nous ont appris que bébé, dans le ventre de sa maman, entend ce qui se passe à l’extérieur.  Il n’en fallait pas plus pour que des adultes créent des cours pour les bébés dans le ventre de leur maman.  En tapant « classes for babies in the womb » dans un moteur de recherches, j’ai rapidement trouvé des leçons auditives pour le bébé pas encore né… Incroyable… J’essaie de me mettre à la place de ce fœtus… j’aurais envie d’hurler « Laissez moi tranquille! »… 🙂

Erika Christakis dit aussi:

Bien sûr, on peut enseigner à des enfants que deux et deux font quatre, mais pour vraiment saisir cette notion, cela prend des années d’exploration active, de jeux de lego, de construction de forts, de blocs, etc. Tout cela a l’air simpliste comme ça, et pourtant, c’est fondamental.

Moi, j’ajouterais que la vie, « tout simplement », apporte son lot d’apprentissages à un tout-petit:  un enfant peut développer des notions de mathématiques et de chimie en faisant un gâteau, il peut apprendre des notions de sécurité et de botanique en se promenant dans un parc, il peut élargir ses connaissances des fruits et des légumes en allant au marché.  Dans le même ordre d’idée, notre société offre une panoplie d’objets aux parents d’un bébé de moins d’un an:  une balançoire, des appareils qui jouent de la musique (même des battements de cœur humain), une « marchette-pas-de-roue », une chaise haute et j’en passe.  Maintenant, on préconise la prudence.  En effet, si bébé est placé trop tôt dans une position avant qu’il soit rendu à cette étape de son développement, il peut en résulter des stress physiques et psychologiques –  on pense, par exemple, à la position verticale dans une « marchette-pas-de-roue » ou à la position assise dans une chaise haute. Ainsi, la recommandation est de placer bébé dans la chaise haute quand il peut se tenir assis par lui-même…

Le développement d’un bébé durant sa première année de vie est incommensurable – il n’y aura pas d’autre moment dans sa vie où son cerveau se développera autant.  Pour traverser toutes ces étapes de développement, bébé a besoin d’être d’abord collé contre sa maman-son papa.  Porter son bébé, c’est lui offrir… la vie « tout simplement »:  placé à hauteur des adultes, à portée de bisous, bébé entend-sent-goûte-touche à son parent, bébé « bouge » comme son parent, bébé est aussi allaité plus souvent.  Au fil des jours, au fil du temps qui passe, l’enfant se développera dans chacune des sphères de sa personnalité en découvrant que maman-papa sont là pour lui.  L’exploration de son monde viendra tout naturellement, à son rythme à lui, quand il sera prêt.

Vous vous souvenez des bateaux de Brazelton?  Dr Brazelton, pédiatre américain, comparait les enfants à des bateaux…  Un bateau, avant de voguer sur les mers du monde, doit d’abord être assuré d’avoir SA place dans un port.  C’est la même chose pour le tout-petit:  riche de l’assurance d’avoir SA place à lui auprès de maman-papa, il peut, en toute quiétude, naviguer et découvrir son monde puis le monde car il sait qu’il peut toujours revenir vers sa maman-son papa et il aura toujours SA place à lui – c’est la construction du lien d’attachement,

 » … lien affectif durable d’un enfant envers un adulte qui en prend soin et qui se manifeste notamment par divers comportements permettant à l’enfant, dans les moments de détresse surtout, d’interagir avec cet adulte »

Chaque fois que l’adulte répond au tout-petit, un modèle interne se créé chez cet enfant.  Les modèles internes sont observables dès l’âge de douze mois et bien établis à trois ans.  On comprend alors mieux que l’enfant d’âge préscolaire a besoin d’être un enfant, « tout simplement »…  L’école, les pupitres, les « reste assis » « ne parle pas », le travail, les obligations, les horaires… tout ça viendra bien assez vite et ça durera le reste de sa vie… 75-80-85 ans…?

Références:

Christakis Erika, http://erikachristakis.com/author/, pages consultées 2016-06-13.

Desjardins Nicole et al.(2005) Guide pour soutenir le développement de l’attachement sécurisant de la grossesse à 1 an : L’attachement au cœur du développement du nourrisson. Les services intégrés en périnatalité et pour la petite enfance à l’intention des familles vivant en contexte de vulnérabilité.  Québec : Ministère de la santé et des services sociaux http://publications.msss.gouv.qc.ca/acrobat/f/documentation/2005/05-836-01.pdf, page consultée 2016-06-13.

Galipeau Silvia, La Presse+, 2016-06-13, L’enfance en voie de disparition, http://plus.lapresse.ca/screens/01c5c177-926d-4d96-91f5-3ed1f2e7bbaf%7CxufpeFV3QeW7.html, page consultée 2016-06-13 et http://plus.lapresse.ca/screens/01c5c177-926d-4d96-91f5-3ed1f2e7bbaf%7CxufpHW5ZQl2a.html, page consultée 2016-06-13.

Guedeney Nicole. (2011) L’attachement un lien vital.  http://www.yapaka.be/content/l%E2%80%99attachement-un-lien-vital, page consultée le 2016-06-13.

Shumaker Heather.  http://www.heathershumaker.com/index.html, pages consultées 2016-06-13.

Shumaker Heather (2012).  It’s ok not to share… New York: Penguin.

Shumaker Heather.  The Huffington Post, 2013-10-25, 10 Renegade Rules for Parents. http://www.huffingtonpost.com/heather-shumaker/renegade-rules-for-parents_b_1728234.html, page consultée 2016-06-13.

Turner Cory, nprEd, 2016-02-09, What Kids Need From Grown-Ups (But Aren’t Getting), http://www.npr.org/sections/ed/2016/02/09/465557430/what-kids-need-from-grown-ups-but-arent-getting, page consultée 2016-06-13.

 

Nos enfants sont faits pour…..

Samedi dernier, Stéphane Laporte a publié « La ruelle n’est pas une rue ».  Il dit que les enfants ont le droit de jouer dans la ruelle, en toute sécurité – tout à fait vrai! Il ajoute « qu’il n’y a pas de regroupement d’enfants pour défendre les enfants. (…) Faut que ce soit les adultes qui s’en chargent » – tout à fait vrai.

Ça rejoint l’article d’aujourd’hui, de Silvia Galipeau, « Laisser les enfants être des enfants » – grimper sur la glissoire, repousser les bisous mouillés de la grand-mère, parler aux étrangers, refuser de faire ses devoirs (et bien d’autres choses).  Qui permet, qui empêche…? Maman papa.  Cet adulte qui met des balises dans la vie d’un enfant le fait avec son cœur et avec sa tête et cet enfant doit être au cœur des préoccupations de l’adulte. Pour repousser les bisous mouillés de grand-maman, ça prend maman/papa branché(e) sur les besoins de son enfant, qui comprend son enfant, qui le laisse d’abord s’exprimer face à grand-maman et qui prend la relève quand son enfant a atteint sa limite.  En faisant cela, le parent donne un cadeau d’amour à son enfant : « Vois-tu comment je te connais bien, combien je t’aime et je t’aime tellement que je prends ta défense même face à ma mère/belle-mère! »  En prime, ce parent apprend à l’enfant à s’aimer tel qu’il est, à se respecter : « Tu as dit non à grand-maman, ton non veut dire non, je suis là pour accentuer ton non, pour l’affirmer haut et fort et tu n’as pas à te justifier. » Ce parent joue son rôle d’advocacy dont je parlais dans l’article du 1er mai 2016, « Nos enfants, des bateaux… ».

En fin de semaine dernière, j’ai assisté à la formation « Stop aux crises, je gère » donnée par madame Isabelle Filliozat (oui, oui, pour de vrai 🙂 ).  Ce qu’elle nous dit, entre autres, c’est l’importance de se mettre à la place de l’enfant, « tout simplement ».  Déjà, avec ça, les événements apparaissent sous un tout autre jour…  Dernièrement, j’étais à la collation des grades d’un de mes fils.  Il y avait plusieurs enfants.  C’était approprié que ces enfants soient présents à cette fête à partir du moment que leurs parents croyaient qu’ils devaient y être. Pour être bien franche, même moi, comme adulte, j’ai trouvé cette cérémonie un peu longue, d’autant plus que je venais voir mon fils chercher son diplôme sur l’estrade… et ça aura duré 34-38 secondes.  Évidemment, j’étais bien contente pour les autres gradués sauf que si je n’avais pas été une adulte douée de raison, j’aurais quitté la salle…  Donc, ces enfants avaient plusieurs bonnes raisons de trépigner d’impatience et il en revenait à l’adulte qui l’accompagnait de créer l’environnement dont l’enfant a besoin.  Un papa est sorti de la salle à quelques reprises avec son fils préscolaire – génial!   J’ai vu des grands-parents prendre le temps d’expliquer aux enfants ce qui se passait : c’était beau à voir, cette proximité, et fort probablement que ces enfants ont beaucoup appris.  J’ai aussi vu des adultes qui avaient la bougeotte : ils prenaient des photos, parlaient entre eux, se levaient et changeaient de place pour prendre de meilleures photos.  En même temps, ils sermonnaient leurs enfants : « Tais-toi », « Reste assis », « Bouge pas tant que ça. », « Reste avec moi, vas pas dans l’allée ».  Je ne suis pas certaine que ces enfants aient compris grand chose… Le parent ne devrait-il pas être un modèle…?

Un enfant, c’est fait pour bouger, pour sauter, pour rire, pour parler… Peut-être que si on lui permet, aujourd’hui, d’être un enfant, de bouger comme il a besoin de bouger, de dépenser l’énergie qu’il a à dépenser, en lui reflétant ses besoins, des besoins d’exploration « normaux », peut-être que demain il sera un adulte qui sera bien avec lui-même, autonome et un peu plus capable de vivre en société de façon harmonieuse.  Stéphane Laporte dit « On dit toujours que les enfants sont l’avenir du monde, mais on oublie trop souvent qu’ils sont aussi le présent du monde. »  Très vrai et j’ajouterais : si on veut que nos enfants soient l’avenir de notre monde demain, il faut qu’ils soient le présent de notre monde, aujourd’hui.  Et c’est à nous, les adultes d’aujourd’hui, de créer pour nos enfants, un milieu de vie sécuritaire, adapté à leur rythme, à leurs besoins.

117-13

Écrans

La Presse+ du 13 décembre 2015 a publié un article « Maman, j’ai piqué le IPad! 

Dans cet article, on reprend les 5 recommandations de American Academy of Pediatrics:

(…) AMERICAN ACADEMY OF PEDIATRICS

L’American Academy of Pediatrics, qui regroupe les 64 000 pédiatres des États-Unis, a récemment mis à jour ses recommandations concernant les enfants et les tablettes, sous le titre éloquent de Beyond Turn It Off(qu’on pourrait traduire par « Au-delà du débranchement »). Voici cinq recommandations :

Le modèle parental est critique :  Limitez votre propre usage de la tablette. « Être un parent attentif implique que vous quittiez l’écran des yeux. »

L’éducation n’a pas changé :  Les mêmes règles parentales s’appliquent à l’environnement réel et virtuel des enfants. Jouez avec eux, imposez des limites, apprenez-leur la gentillesse et soyez impliqué.

Le contenu est important :  La qualité des jeux et des applications est plus importante que le média ou le temps passé à y jouer.

Le tri est nécessaire :  Il existe plus de 80 000 applications dites éducatives, mais elles sont de qualité très inégale. Des sites comme http://www.commonsensemedia.org peuvent donner un coup de pouce pour les évaluer.

Gardez des aires sans technologie  :  Éviter les écrans pendant les repas, rechargez les appareils pendant la nuit à l’extérieur de la chambre de l’enfant.

AAP News:

The most well-known of these guidelines discourage “screen time” for children under age 2 and limit “screen time” to two hours a day for children over age 2 (Pediatrics. 2013;132:958-961; Pediatrics. 2011;128:1040-1045). As we know, however, scientific research and policy statements lag behind the pace of digital innovation.

Traduction libre:  La ligne directrice de l’American Academy of Pediatrics

  • éviter le temps d’écran pour les enfants de moins de 2 ans
  • limiter le temps d’écran à 2 heures par jour pour les enfants de plus de 2 ans

Cependant, comme nous le savons, la recherche scientifique et les lignes directrices traînent derrière l’innovation numérique.

AAP, Beyond ‘turn it off’: How to advise families on media use

AAP, Growing up Digital

Naître et grandir, Les écrans et les jeunes enfants

Protégez-Vous, Les écrans et les enfants: le coût caché de l’exposition précoce

Société canadienne de pédiatrie, Des conseils pour limiter le temps d’écran à la maison

Michel Desmurget (2011).  TV lobotomie: la vérité scientifique sur les effets de la télévision.  Paris: J’ai lu, 446 pages.

 

Alors, pas d’écran… qu’est-ce qu’on fait…?  On sort les jouets!

120-5 cropée

Jeux, jouets, jouer :)

123-36 cropé

«Le jeu devrait être considéré comme l’activité la plus sérieuse des enfants», disait Montaigne.

Cité par Yves Therrien, Le Soleil, 2015-12-04 , Le jeu, l’activité sérieuse des enfants et des grands

La Presse+ du 12 décembre 2015 publiait un dossier « Les enfants et le jeu – à la recherche du jouet perdu« .  Il a été mentionné:

« Ils (les enfants) ne savent pas jouer seuls »

« On entend les enfants dire qu’ils s’ennuient, mais ils ont plus de jouets qu’une école maternelle.  Ils ne les voient plus.  Faisons une rotation pour qu’ils les redécouvrent.  Et pour déterminer combien de jouets on sort, je suggère ceci: ils doivent pouvoir les ranger en cinq minutes! »

– Alyson Schafer, psychothérapeute et auteure.

« Les écrans prennent énormément de place.  Dès l’âge préscolaire, il faut établir des limites pour qu’ils ne deviennent pas l’activité principale de l’enfant.  C’est très captivant et s’il n’y a pas de limites, les écrans risque de devenir un réflexe à l’âge scolaire. »

« Ils n’ont pas le temps de jouer: nos enfants sont très organisés.  On cherche la performance.  Pas étonnant qu’on entende de plus en plus ce discours en faveur du jeu libre.  Mais pour y arriver, il faut prendre le temps.  À travers le jeu, l’enfant va faire naturellement l’acquisition de compétences qui vont l’aider à l’école, c’est certain. »

– Francine Ferland, ergothérapeute et auteure,.

« Les enfants doivent avoir un endroit à eux – et ça n’a pas besoin d’être un très grand espace – pour y laisser des jouets sans les ramasser.  Pour démarrer des projets à plus long terme, comme une construction », soutient Alyson Schafer.  « Devoir tout le temps ranger, c’est un frein réel au jeu », ajoute Francine Ferland.

« Peut-être qu’on a l’impression que notre enfant ne joue pas parce qu’on ne joue pas avec lui. » – Julie Fortier, responsable éditoriale de Naitre et Grandir.

« Or, au contraire, il est très bon de laisser les enfants jouer seuls, pour développer leur autonomie, leur débrouillardise, bref, leur imaginaire à eux. (…) Une seule règle d’or, finalement: laissez du temps à votre enfant.  Du temps non structuré, évidemment sans écran.  Pour qu’il s’ennuie, qu’il finisse par s’occuper, pour jouer, seul, avec des amis, ou pourquoi pas avec vous.  C’est la clé. » – Sylvia Galipeau, La Presse+ « Est-ce grave docteur? » 2015-12-13

POUR DES CADEAUX QUI PLAISENT… VRAIMENT – Isabelle Audet, LaPresse+, 2015-12-12

Noël approche, et de nombreux enfants auront la chance d’être gâtés. Très gâtés. Comment alors faire de la distribution des cadeaux un moment où les enfants apprécient vraiment ce qu’ils reçoivent ? Mode d’emploi en cinq temps pour une magie de Noël qui dure !

1. C’est presque un cliché, mais c’est la base : visons la qualité et non la quantité. Un ou deux gros cadeaux bien choisis auront plus d’impact que plusieurs petits cadeaux que les enfants risquent d’oublier avant même que minuit sonne !

2. Prenons le temps de bien déterminer quels sont les intérêts réels des enfants à qui l’on offre des cadeaux. Chez les petits, la liste au père Noël donne de précieux indices…

3. Pensons à offrir au moins un jouet avec lequel les enfants pourront jouer immédiatement après avoir déballé les cadeaux. Un traîneau, des patins, un ballon de soccer, c’est bien, mais dans l’euphorie de Noël, ils sont disposés à jouer, là, maintenant ! Profitons-en.

4. Laissons les enfants s’approprier ce qu’ils reçoivent. Regardons-les jouer et découvrir leurs cadeaux sans tout leur expliquer.

5. Soyons réalistes : n’achetons pas des jouets pour enfants plus âgés en ayant la certitude que le nôtre est en avance sur ses camarades. Il risque, au contraire, de se désintéresser des jeux avec lesquels il ne connaît pas de réussite… et n’avoir jamais envie d’y revenir.

Source : Francine Ferland, ergothérapeute et auteure du livre Et si on jouait ?

cropped-picture-2701.jpg

Tout cela me fait penser à l’article de Mylène Moisan, paru dans La Presse+ du 15 novembre 2015, « Bébé fait un « burn-out » »

C’est d’ailleurs la première question qu’on se fait poser quand on a un bébé : « Est-ce qu’il fait ses nuits ? »

J’ai répondu non jusqu’à 2 ans et demi.

Dès qu’il se montre le bout du nez, bébé a des indicateurs de performance. Il doit épouser la courbe de croissance, savoir téter comme un pro. Plus tard, il doit négocier avec brio le passage entre les céréales et les légumes, qu’on introduit graduellement, dans un ordre bien précis.

Rien n’est laissé au hasard.

– Mylène Moisan

(…) Rolande Filion s’inquiète un peu du rythme imposé aux enfants. « Nous vivons dans une société où on valorise que les pas en avant soient faits précocement. On a parfois tendance à oublier qu’on a besoin de s’accroupir pour sauter plus haut. »

Il a besoin de temps, point.

Même principe pour les jouets. « Il y a un engouement chez les fabricants pour les jeux bruyants et lumineux, des jeux qui provoquent une surstimulation du cerveau. En plus, ce sont souvent des jeux passifs, alors que le développement se produit quand l’enfant est actif. »

Ça vaut, plus tard, pour les jeux vidéo.

« Quand je vois des parents qui agitent sans cesse un hochet, qui achètent des jouets à piles, des jeux qui font du bruit et de la lumière, qui leur présentent un jouet et un autre, j’ai le goût de leur dire : “Arrêtez, de grâce !” »

— Rolande Filion, psychopédagogue, fondatrice de la ludothèque de Sainte-Foy

Le cerveau du petit dernier pourrait disjoncter. « Ça crée un stress terrible chez les bébés. Il y en a qui font des burn-out. » On est rendus là. Quels sont les symptômes ? « Une fatigue excessive, une perte d’appétit. Le sommeil est perturbé, les périodes de jeu aussi, elles sont moins longues, moins fréquentes. » – Rolande Filion

Et si on laissait nos enfants vivre… « tout simplement »…?