Rest Play Grow – Deborah Mac Namara, Ph. D.

Je termine la relecture d’un excellent livre, Rest Play Grow – Making sense of preschoolers or anyone who acts like one based on the relational developmental approach of Gordon Neufeld, par Deborah MacNamara, Ph. D..

Cet ouvrage a été traduit en français, « Jouer grandir s’épanouir: le rôle de l’attachement dans le développement de l’enfant ». 

Jouer grandir

Dr. Deborah MacNamara travaille avec Gordon Neufeld, de l’Institut du même nom, http://neufeldinstitute.com/int/fr/, http://neufeldinstitute.org/

« Fondé sur les travaux du psychologue de renommée internationale Gordon Neufeld, Jouer, grandir, s’épanouir raconte l’histoire du développement des jeunes enfants. Ecrit avec une grande compassion et des anecdotes savoureuses (…).

Avec ce livre, Dr Deborah MacNamara, Ph. D., révèle que le secret pour élever un enfant ce n’est pas de connaître toutes les réponses, mais bien plutôt d’être la réponse de l’enfant. Avec l’attachement comme toile de fond, l’auteure explique très bien la très grande immaturité du cortex préfrontal du tout-petit.  Avec ces prémisses, il devient beaucoup plus facile de comprendre ce que nos tout-petits ont besoin pour s’épanouir et le rôle que leurs parents doivent jouer auprès d’eux – « It lays out how an adult must WORK so that children can REST, so they can PLAY and then GROW ».

J’ai particulièrement apprécié…

  • « In the developmental/relational approach, parents are like gardeners who seek to understand what conditions children grow best in » (…) « Children are like seeds: they need the right warmth, nourishment, and protection to grow. » (…) We need to work not at growing our children up but at cultivating the relational gardens in which they flourish” (pages 16-17)
  • “We believe we can control growth instead of focusing on how we influence the conditions that give rise to it.” P. 25
  • “Master gardeners use science and intuition to know what is needed for good growth and have faith that potential arises from cultivating deep roots to tether all life” (p. 27)
  • “(…) and there is nothing like the force of an immature child to test the maturity level in a parent.” (p. 30)
  • “Until the prefrontal cortex is sufficiently integrated, a young child will remain impulsive and untampered. Brain development continues into adolescence but changes significantly between 5 and 7 years of age.” (p. 31)
  • “Sensitive children have been called “orchid-like”, compared with kids who grow with ease like dandelions.” (p. 35)
  • “Young children don’t think: they react, are moved to attack, and are impulsive – this is the young child in action.” (p. 39).
  • “Young children are unable to operate out of two reference points at a time.” (p. 41)
  • “It is important to bear in mind that young children under the age of 3 have a minimal capacity to play on their own because of intense relational needs.” (p. 67)
  • “Attachment is defined as the drive or relationship characterized by the pursuit and preservation of proximity.” (p, 77).
  • “When they attribute being loved to what they do instead of who they are, they cannot rest.” (p. 89)
  • “With young children, we need to collect their attachment instincts before we direct them.” (p. 96)
  • RELATIONSHIPS BETWEEN ADULTS and children need to be hierarchical for a fulling attachment dance to unfold – the parent needs to lead, and the child needs to follow. This dance is an instinctive one that cannot be commanded.  It is activated when a parent assumes a caretaking stance and creates the conditions for a child to depend on them  The ultimate purpose of attachment is to foster dependence of the immature on those responsible for them.” (p. 103)
  • “We need to dance our way into right relationships with our children by a) ACCEPTING the WORK of the relationship is our responsibility, b) ASSUMING AN ALPHA role by seizing the lead and reading the child’s needs, and c) PROVIDING more than is pursued so that our provision of care more than satisfies their hunger for connection.” (p. 122)
  • “AS EMOTIONAL CREATURES, young children are predictably unpredictable.” (p. 124)
  • “Parents need to work at providing the conditions to grow children into emotional maturity instead of commanding them to act emotionally mature.” (p. 127)
  • “The antidote to thwarted expression is conveying to a child that all of their emotions are welcome and won’t lead to separation.” (p. 135)
  • “We need to help a child understand this powerful reservoir of emotional energy inside of them.” (p. 152)
  • “A child is moved to attack by the emotion of frustration; this is where a parent needs to focus.” (p. 171)
  • “When a parent conveys what doesn’t work, they need to convey that the relationship is still intact.” (p. 175)
  • “Attachment is the doorway through which separation opens up; attachment and separation are like opposite sides of the same coins. (…) In other words, if separation (ex. Bedtime, separation) is the problem, attachment is the solution.” (p. 179)
  • “Parents will need to cultivate attachment villages to raise their children in (…)” (p. 186)
  • “Bridging will work to reduce separation alarm only when the child has a right relationship with their adult.” (p. 189)
  • Chapter 9 – “You’re not the boss of me”, understanding resistance and opposition.
    • “The counterwill instinct preserves a parent’s rightful place in a child’s life as being the one to lead and take care of them.” (p. 204)
    • “When attachment is strong, counterwill is weak or nonexistent. When attachment is weak, counterwill reactions will be strong.” (p. 206)
  • “Maturity is the answer to immature behavior – discipline is what adults do to impose order on the disorder of immaturity.” (p. 223)
  • “Good discipline means not letting a child’s behavior be more important than the relationship.” (p. 237)
  • “From a child’s perspective, good discipline means an adult still believes in them and knows they will get it right one day.” (p. 237)
  • “Attachment is a child’s greatest need” (p. 230)
  • “Parents can be firm on behavior but easy on the relationship.” (p. 242)
  • “Being a parent is more than just a list of things we do; it is about who we are to our children and who we become because of loving them.” (p. 253)
  • “Children shouldn’t have to perform to be loved; they should be loved regardless how they perform.” (p. 256)
  • “Being a gracious parent is what it means to unconditionally love a child – it is how we become their place or rest so that they can play and grow. “ (p. 257)
  • “We cannot become our child’s answer through books, someone else’s mantras, or directions. This place must be born inside us from alpha instincts and vulnerable emotions. It is as much about caring as it is responsibility.” (p. 257)
  • “As adults, we face forward into aging and separation, but in holding on to our children, we are forced to look back to our beginnings. Nature ties the ends of our life cycle together, the old connected to the new, the endings fused to the beginnings, opposites entwined, the paradoxical rendered seamless, endless.  These invisible ties of relationships hold us together – the human cycle unfolding generation after generation.” (p. 258)

Bonne lecture!

 

Le temps des Fêtes

Lundi 19 décembre… une autre année tire à sa fin.  C’est fou comme le temps passe… Juliette me le rappelle sans cesse :-).  Pour plusieurs familles, ce temps qu’on dit un temps de festivités et de réjouissances, peut être loin de tout cela…  Si on se met à la hauteur de nos tout-petits, on peut peut-être mieux les comprendre: nous, les adultes, on sait ce qui s’en vient, on se prépare à ce qu’on aime moins, on a la capacité d’aller se cacher pour éviter telle personne, de rester avec cette tante qu’on aime beaucoup.  Nos tout-petits dépendent de maman-papa et je dirais que plus ils sont petits, plus ils dépendent de maman-papa, plus ils ont besoin de re-trouver maman-papa quand ils se retrouvent face à du « pas/moins connu ».  Et non seulement c’est normal, c’est aussi un signe de bonne santé de l’enfant (savoir qui appeler en cas de détresse), des parents (leur sensibilité) et aussi du lien qui unit cet enfant et ses parents.  « Je rencontre telle personne, je ne la connais pas, M A M A N ».  Sa maman accourt, prend son tout-petit contre elle et après quelques câlins, retourne présenter son enfant à cet adulte.  Il est important de rappeler que le lien d’attachement entre un enfant et sa maman puis son papa se bâtit dans des moments de détresse comme celui-là – plus la réponse de maman-papa sera sans jugement, rapide, cohérente, chaleureuse, plus le sentiment de sécurité de ce tout-petit sera grand. Je crois qu’il revient aux parents de doser les invitations/réceptions/rencontres/sorties, d’imposer une sieste, et aussi, à l’occasion, de dire « non » au risque de passer pour un parent-poule et je ne sais quoi encore. Ce matin, j’ai lu des articles que je trouve intéressants et que j’aimerais partager avec vous…

  • « Prévenir les déceptions à Noël« , Marie Allard, La Presse+.  Benoît Hammarrenger, neuropsychologue et père de deux enfants de 6 et 9 ans, donne des trucs pour essayer d’éviter des crises 🙂  En somme, ça revient à « L’affectif avant le cognitif »… vous êtes vous déjà donné un coup de marteau sur un doigt…? Ça fait mal, vraiment très mal.  Si j’essaie, dans un premier temps, de vous raisonner, vous dire « Non, ça ne fait pas mal », il y a de bonnes chances que vous me disiez de décoller, de vous laisser tranquille… Votre cerveau pensant sera très peu réceptif à la raison.  Par contre, si j’écoute votre douleur, vos émotions, ensuite, vous serez plus réceptif à raisonner.  Même chose avec les tous les enfants, petits et grands 🙂

Ce qui fait du bien en vacances, c’est de ne pas être astreint à une routine rigide. Ne pas courir le matin pour se lever, s’habiller et prendre le petit-déjeuner. « Avoir la liberté de ne rien faire, c’est nécessaire, mais avec une certaine structure, prévient la Dre Johanne Lévesque, neuropsychologue. C’est-à-dire qu’on mange quand même trois fois par jour et qu’il y a une heure de lever et de coucher. La structure peut être décalée, mais on ne veut pas que la routine soit contraignante. Pour les enfants plus anxieux, ils ont besoin d’avoir un cadre pour bien fonctionner, il est préférable, pour eux, de conserver une certaine routine qui va les rassurer. »

Hier, justement, j’ai déposé deux articles qui parlaient de l’importance d’une part de nos traditions et d’autre part, de la pertinence d’arrêter, de temps en temps, le rythme fou de la plupart de nos vies… Je crois que la période des Fêtes peut être un excellent moment pour ça.  Dans l’article de La Presse+, paru le 18 décembre 2016, « Chercher un son dans le bruit« , Mylène Moisan cite Serge Bouchard: « On a perdu la recette du ragoût de boulettes. ».  Tellement vrai… comment savoir où on s’en va si on ne sait pas d’où on vient…?  Depuis quelques années, ma sœur a pris la relève et vendredi, elle nous recevra toute la gang – une chance qu’on l’a Image associée.   Au menu? Tourtières, ragoût de boulettes et le reste…  C’est bon tout ce qu’elle prépare avec les siens… c’est bon au goût, c’est aussi très bon pour le cœur…

Chez nous, on se voit deux fois par année, tous ensemble. Comme dans beaucoup de familles, à part ces deux occasions créées de toute pièce, on se voit peu et quand on est ensemble, certaines conversations tournent vite à vide… Qu’à cela ne tienne, on chante, on joue…  Isabelle Audet, La Presse+ en proposait quelques uns le 17 décembre dernier:

Le jeu que je préfère est une variante du jeu de bingo.  Si, par exemple, nous sommes 20 personnes, sur une feuille, je trace un tableau de 20 carrés.  Je trouve LA réalisation de chaque personne depuis notre dernière rencontre familiale et je l’inscris au « je » dans un carré – « J’ai réussi mon examen de consultante en lactation. »  Lors de la réception, je remets une feuille à chaque participant; celui-ci rencontre la personne qu’il croit avoir réalisé cet exploit; dans l’affirmative, cette personne appose ses initiales dans « son » carré.  Il y a un cadeau pour les trois premiers finissants.  Ensuite, on s’assoit et chacun nous raconte son exploit… je trouve toujours ces moments très riches et très enrichissants. D’une part, trouver LA réalisation de chacun.  D’autre part, le fait que chacun s’exprime devant « son » clan et que « son » clan l’écoute…

De plus en plus de scientifiques parlent de l’importance de décrocher, de mettre notre cerveau à « off » – Nancy Colier a écrit « The Power of off« .  Josée Blanchette, Le Devoir, 16 décembre 2016 nous parle du hygge dans son article « Le clou de Noël – le hygge (hou-ga danois)« .

Puis, le manifeste du hygge va comme suit : ambiance (baisser la lumière), présence (couper le wi-fi), plaisir (sortir les biscottis), égalité (nous au lieu de je), gratitude (on est donc bien chanceux), harmonie (aucune compétition), confort (en pieds de bas), trêve (pause des débats d’ego), être ensemble (le top, c’est quatre personnes), refuge (notre tribu, paix et sécurité).

Je pense bien avoir de la suite dans les idées… En décembre 2015, je vous souhaitais de grandes périodes de « cocooning » et à l’occasion de la semaine de relâche 2016, je vous souhaitais de la farniente

En cette fin d’année 2016,  

je souhaite à chacun de vous des moments nourrissants pour le cœur,

des moments de farniente/hygge/cocooning

ponctués de pannes de réseaux cellulaires, internet et tout ce qui s’y apparente

afin qu’il y ait le moins d’intermédiaire possible

entre votre cœur et le cœur de ceux et celles qui comptent pour vous.  

Louise

 

 

Respect et admiration

Ce matin, dans La Presse+, un article d’Isabelle Audet, « Arthur, 9 ans, surdoué et différent« .  Cet article m’interpelle beaucoup autant comme infirmière qu’en tant que maman…

« Il était différent des autres », résume sa mère, Roxanne Masse.

Les parents d’Arthur allaient découvrir jusqu’à quel point cette différence était marquée quelques années plus tard, lors de l’arrivée à l’école primaire. « Ç’a été le bordel total. Il dérangeait, il ne suivait pas du tout ce que l’enseignante disait, il n’avait aucun ami parce qu’il essayait d’attirer l’attention de la mauvaise façon, il pleurait beaucoup, faisait des crises d’angoisse… il a fait comme une dépression », raconte la mère de trois enfants.

Le bébé, le jeune enfant, s’exprime par le non-verbal avec des comportements, des mimiques, des gestes. À mesure qu’il grandit, la parole prend de plus en plus de place. Autour de 7 ans, s’installe la raison. L’expression de ce qu’il ressent avec des mots, il l’apprendra au cours de sa vie avec ceux qui l’entourent…

Le jeune enfant présente plusieurs comportements… et ceux-ci sont interprétés par les adultes autour de lui.  Si l’enfant sourit, se blottit, touche doucement, regarde tendrement, tète calmement, ces comportements reçoivent généralement « une bonne note » des adultes… Par contre, quand l’enfant pleure, fait une crise, bouge tout le temps, court partout, mord, frappe, grafigne, ces comportements dérangent et ils sont généralement interprétés comme négatifs par les adultes.  Plusieurs options sont possibles… par contre, plus on essaie de faire taire ces comportements, plus on essaie de les balayer sous le tapis, plus ils s’amplifient, plus ils persistent…   L’idéal, c’est quand maman papa peuvent prendre le temps pour s’arrêter, pour analyser le comportement de leur enfant en se mettant dans ses souliers à lui/à elle. Maman papa peuvent aussi laisser parler leur cœur, cette « petite voix attachement » qu’ils ont en eux et qui les met très souvent sur une « bonne piste ».  Au besoin, maman papa se font aider par des gens de leur village.

Chacun de nous fait partie d’un village, que ce soit comme tante, grand-papa, amie, professionnel, bénévole. Comment aider…?  Avez-vous observé que nous avons tous deux oreilles et une seule bouche… probablement pour écouter deux fois plus qu’on parle 🙂 ? Ensuite…? Tout au long de ce processus, on pourrait aussi essayer de dissocier l’enfant de ce qu’il fait, éviter de l’étiqueter comme « un bébé à bras », « un autiste », « un ti-bébé à sa maman », « le surdoué »,  » la braillarde « , « la TDAH », « un paquet de nerfs « , « notre grande timide » et tout le reste. Dissocier l’enfant de son comportement, c’est lui dire: « Toi, comme être humain, je t’aime « tout simplement » et ça, c’est coulé dans le béton 🙂 .  Cependant, mordre ton frère, ce n’est pas la bonne façon de lui dire qu’il t’embête… »

Étiqueter, c’est comme porter des œillères – ça devient plus difficile de voir autre chose et pour cet être humain, petit ou grand, l’étiquette devient un carcan.  Je ne  peux m’empêcher de penser aussi aux étiquettes qu’on donne parfois aux mamans, aux papas… « une maman paquet de nerfs », « un papa jamais là », « des parents qui s’occupent pas de leur enfant comme il faut », et j’en passe. Et si, tous ensemble, nous restions centrés sur cet enfant qui essaie, à sa façon bien à lui, de nous dire ce qui se passe en lui…, si nous restions centrés sur cette maman, sur ce papa qui essaie, du mieux qu’il peut, d’aider son enfant.  Peut-être qu’en restant centrés sur cet être humain, nous pourrions le regarder avec admiration et avec respect… Alors, un lien de confiance pourrait probablement mieux se tisser et devenir porteur d’un mieux être pour les petits et les grands autour de nous…

« Appeler des renforts… »

L’histoire horriblement triste du papa qui a oublié son tout-petit dans son auto, la semaine dernière, continue d’alimenter les débats.  Hier, j’ai partagé avec vous le texte de Pierre McSween, « Ça peut arriver à n’importe qui« :

(…) Il n’y avait pas de mauvaise intention, c’est une distraction avec de lourdes conséquences, mais il n’y a pas d’intention de faire mal à son enfant. C’est un lourd fardeau à porter toute sa vie. (…)

Ce matin, d’autres opinions journalistiques dont celle de Patrick Lagacé, La Presse+, « Comment peut-on oublier son enfant dans l’auto« 

(…) Cette nanoseconde où le père a fait 1 + 1, ce moment où il a compris qu’il n’avait pas déposé son enfant à la garderie mais qu’il l’avait oublié dans son siège d’auto, toute la journée, sur la banquette arrière…

En plein été.

Dans cette chaleur.

Cette nanoseconde a dû perforer son espace-temps. Tout le fil de sa journée a dû s’y engouffrer, ainsi que l’essentiel de sa vie, comme l’eau s’échappe d’une piscine trouée. (…)

Dans la troisième partie de cet article, Patrick Lagacé a eu l’idée de chercher « le pourquoi du comment »…

(…) Comment ça survient, un oubli ?

Dans son enquête, le journaliste Weingarten citait David Diamond, de la University of South Florida, spécialiste de la mémoire. Pour le Washington Post, le professeur Diamond s’est lancé dans une explication des mécanismes de la mémoire en décortiquant les parties du cerveau qui la gouvernent : cortex préfrontal, hippocampe, ganglions de la base…

Les ganglions de la base sont un peu notre pilote automatique, ce qui fait qu’on conduit machinalement vers chez soi, sans toutefois pouvoir se souvenir de ce qu’on a vu en chemin. Ils nous permettent de penser à autre chose, en roulant vers notre bungalow de Laval ou de L’Ancienne-Lorette…

Et dans ces drames d’enfants oubliés dans des voitures, et qui y meurent, notait David Diamond, il y a toujours chez les parents une combinaison de stress, de manque de sommeil et de changement de routine qui permet aux ganglions de la base de prendre le dessus sur l’esprit conscient, où le pilote automatique te fait oublier que ton enfant dort dans le siège de bébé…

« Et l’esprit conscient est trop affaibli pour résister. Les circuits de la mémoire de l’hippocampe sont réécrits, comme avec un logiciel. Et à moins que ces circuits ne soient réinitialisés – par exemple si l’enfant se met à pleurer –, ils peuvent disparaître. »

Et c’est ainsi qu’un oubli survient, quand les ganglions de la base pèsent trop fort sur l’hippocampe, si je puis dire.

Et c’est ainsi que des parents aimants oublient de déposer leur enfant à la garderie, les laissant cuire à mort dans l’habitacle surchauffé de leur char.

En lisant les mots du professeur Diamond, j’ai pensé à ces gens qui disent que quand on aime son enfant, on ne l’oublie pas dans une auto… (…)

Bref, l’amour n’a rien à voir dans l’oubli, même l’oubli qui tue. (…)

Nous menons des vies de fou, il faut le reconnaître.  Et il semble, parfois, que plus on en fait, plus on veut en faire, plus on veut que tout soit parfait… et aussi, parfois, on croit pouvoir tout faire, tout de suite, tout parfait… Est-ce humainement réalisable…? Probablement encore moins quand des enfants font partie de nos vies… car ce qu’un parent vit rejaillit sur toutes les personnes qui partagent la vie de ce parent, particulièrement sur un enfant.  Nos enfants ne sont pas des adultes en miniature – ils sont des enfants justement parce qu’ils sont en voie de devenir des adultes.  Leur développement n’est pas complété, ils n’ont pas pleine maîtrise sur leur environnement, ils ne peuvent analyser et comprendre comme des adultes, ils sont dépendants des adultes qui en prennent soin.  Tout cela les rend plus vulnérables, plus sensibles, plus inquiets, plus anxieux, plus….  Le stress vécu par un parent prend alors une toute autre couleur et, ajouté au manque de sommeil et au changement de routine, il y a là un mélange potentiellement explosif.

Dans La Presse+, il y avait aussi l’article de Pierre-André Normandin, « Autopsie d’une opération à haut risque » à propos du terrible accident sur la 40, le 9 août dernier:

(…) L’intense brasier survenu le 9 août sur l’autoroute 40 aurait pu se propager dangereusement, n’eussent été les réflexes du premier officier du Service de sécurité incendie de Montréal (SIM) dépêché sur place. Dès son arrivée, celui-ci a eu la présence d’esprit d’appeler des renforts afin de sécuriser la tour voisine qui risquait de s’embraser. « C’est ce qui a fait la différence, sa promptitude à demander une autre intervention », dit aujourd’hui le directeur adjoint du SIM, Sylvain L’Hostie. (…)

« (…) celui-ci a eu la présence d’esprit d’appeler des renforts (…) »

Ça prend un village pour avoir un enfant… est-ce que moi, comme parent, je reconnais avoir une vie… « pas mal pleine »? Est-ce que moi, comme parent, je reconnais mes ressentis, mes émotions, mes forces et mes limites, ma fatigue…?  Et moi, comme parent, à défaut d’accepter ces faits… « tout simplement », suis-je capable de demander de l’aide… »tout simplement »?  Je crois que chaque famille peut trouver de l’aide, avec un peu d’imagination… oui, la voisine adolescente est jeune pour rester seule avec les enfants sauf que si un parent est présent, ça peut faire l’affaire pour donner un coup de main.  Et en plus, ce parent peut évaluer ses compétences de gardienne…  La plupart des villes font la liste de leurs ressources et de leurs organismes: groupe d’entraide à l’allaitement, répit-dépannage, halte-garderie, etc. Pour ma part, il y a déjà un quart de siècle, c’est mon conjoint qui a eu l’idée de frapper à la porte de Micheline, une voisine étant mon aînée de 10 ans et ayant des adolescents à ce moment-là… elle était enchantée de venir prendre la relève quelques heures, le temps que je sorte m’aérer… Pour moi, Micheline est, encore aujourd’hui, une « grande sœur » et notre famille est privilégiée de l’avoir eue au fil de la vie…

Maman, papa, oui, il y a de bons moments avec nos enfants… il y a aussi des moments plus difficiles, plus exigeants…  Pour prendre soin d’un enfant, il faut d’abord prendre soin de soi…  Isabelle Filliozat utilise une image intéressante: si vous prenez l’avion avec un enfant et qu’il y a dépressurisation dans la cabine, il vous sera toujours conseillé de mettre votre masque à oxygène avant de mettre le masque à l’enfant qui vous accompagne…  Maman, papa, prenez bien soin de vous…

En terminant, je vous suggère une lecture, « Il n’y a pas de parent parfait – l’histoire de nos enfants commence par la nôtre », Isabelle Filliozat, Poche Marabout, 2008.  Un livre qui fait du bien à plusieurs parents qui le lisent.  🙂

 

 

 

 

 

« Mères pas parfaites »…

Samedi 25 juin, La Presse+, le dossier de Suzanne Colpron, « Mères pas parfaites« : tout un sujet… Jeudi dernier, j’étais chez MAM à Saint-Hubert.  On m’avait demandé de parler du sommeil à la « Pause MAM »… pour moi, ça a été un moment de pur bonheur de côtoyer ces mamans et leurs petits.

Parler du sommeil des tout-petits, c’est « simple »… leurs cycles d’éveil et de sommeil s’organisent à mesure que leur cerveau se développe; selon Dr Brazelton, pédiatre américain, un tout-petit dormirait une nuit vers l’âge de… 3 ans.  Ça se comprend:  à la naissance, le cerveau de nos petits a environ 25% de la taille du cerveau de l’adulte et à 1 an, leur cerveau a environ 75% de la taille du cerveau de l’adulte.  Au cours des premières semaines de vie, une « belle nuit » du bébé, c’est 3-4 heures de sommeil… en autant que durant les 20-21 heures qui restent, il prend 10-12  tétées, il mouille plus de 6 couches et il fait des selles.  À ce stade, une tétée peut facilement durer 45 minutes…  C’est sans compter les tétées groupées de fin de journée et aussi, les périodes d’orages… Sortez vos calculatrices… Je vous entends dire: « Une maman qui allaite, surtout durant les premières semaines, … »  Voilà, vous l’avez dit, j’en suis pas mal certaine… « …une maman qui allaite ne fait pas grand chose à part allaiter » même les mamans le disent.  Sincèrement, combien de fois l’avez vous entendue, cette phrase-là…? Moi, je peux vous dire que je l’ai entendue souvent.  Avoir un nouveau bébé, être la maman de ce nouveau bébé, c’est un « travail » en soi, non…?

Nous visons tous et toutes ce qu’il y a de mieux… et c’est peut-être encore plus vrai quand nos enfants sont au cœur de notre vie.  Jeudi, à la « Pause MAM », les mamans disaient  « Oui, mais à travers ma fatigue, à travers les tétées et les soins du bébé, il faut que je prépare le souper, que je fasse le lavage, que je… »  et aussi « Oui, mais mon bébé, si je ne reste pas à côté, il ne fera pas de sieste »…   Une maman avait un peu plus de vécu: elle en était à son 2e bébé.  À quelques reprises, elle a exprimé qu’à un moment donné, n’en pouvant plus, elle acceptait des comportements de son ainé qu’initialement elle refusait.  C’est comme si ces nouvelles mamans ne s’autorisaient pas à se reposer, à prendre soin d’elles et elles le font quand elles sont poussées au pied du mur…  Avec le recul du temps et la sagesse qu’apportent les années ( 🙂 ), je crois que, dans le fond, la vie est très bien faite…  Une maman vit une grossesse, un accouchement « une expérience extrême* » (parfois doublé d’une césarienne, soit une chirurgie abdominale) et ensuite, 24 heures par jour et 7 jours par semaine, elle vit avec son bébé qui arrive d’une autre planète, un « Voie-lactien« … Comment peut-elle, logiquement, humainement, faire la vie d’avant bébé avec ce bébé qui impose ce rythme incroyable les premières semaines?  Comment peut-elle donner à son bébé de l’attention, de l’amour, des soins si elle est fatiguée, si elle a faim, si elle ne prend pas soin d’elle…?  Oui, je crois que la vie est vraiment bien faite dans la mesure où la vie pousse maman à mettre ses besoins humains de repos et d’alimentation appropriée au premier plan…

Dans le cadre de ma pratique, j’invite chaque nouvelle maman à suivre l’horaire de son bébé, « tout simplement »: « Si bébé dort, reposez-vous et s’il tète, prenez une collation avec des protéines, et ce, jour et nuit ».  Je leur suggère « tout simplement » de s’alimenter, de se reposer et les mamans qui le font se sentent mieux et profitent mieux de la vie et de leur « voie-lactien », elles se sentent plus solides pour les moments de tempête.  C’est vrai…, il y a le souper à préparer, le lavage (et tous les autres « …age », ménage, repassage, époussetage…), les fleurs à planter, les photos à classer et les nombreux items sur les multiples listes que la plupart des femmes font quand elles arrêtent de travailler… « à l’extérieur », listes que bien souvent elles n’ouvrent même pas… et dont elles parlent avec un peu-beaucoup de culpabilité pendant leur « congé de maternité » (toute une expression, celle-là)… Oui,  et ce tout-petit que maman a « tricoté », qu’elle a mis au monde, qu’elle allaite… ne pourrait-il pas être la « bonne excuse » de maman pour vivre au rythme de ce petit les premières semaines?  Est-ce que maman-papa, en démarrage de famille, ne pourraient pas confier les « …ages » à l’entourage, à leur village…?

Isabelle Filliozat dans « Il n’y a pas de parent parfait – L’histoire de nos enfants commence par la nôtre », dit entre autres, p. 45:

Un enfant n’a pas besoin de parents parfaits, il a besoin de parents suffisamment bons, c’est-à-dire de parents qui, bien entendu, tentent de faire pour le mieux pour s’occuper de lui, qui le protègent et le nourrissent, qui évitent de le blesser, de le frustrer excessivement, mais qui se savent capables d’erreurs et se montrent aptes à les reconnaître.  Un enfant veut rencontrer non un rôle en face de lui, mais une personne, une vraie personne,  avec ses émotions et ses propres besoins, ses pensées et ses valeurs, ses compétences et ses limites.

Tellement vrai… Nous sommes des êtres humains.  La femme qui porte un enfant, le met au monde, l’allaite, fait un don de soi incommensurable…  Ce n’est pas tout:  bébé, en sortant du ventre de sa maman, a besoin d’elle comme point d’ancrage, de sécurité, dans ce monde si nouveau pour lui et il en a besoin, de sa maman à lui, 24 heures par jour, 7 jours par semaine.  Bébé s’attache d’abord à sa maman à lui puis, au fil des jours, il s’attache à son papa à lui et bébé étire ses liens d’attachement aux autres personnes qui le côtoient.  Au début de sa vie, bébé a besoin de sa maman à lui… dans un monde idéal, ce n’est pas interchangeable.  Oui, papa est là – durant les premières semaines, son rôle est davantage de nourrir maman (d’amour et d’aliments santé) afin qu’elle puisse « nourrir » bébé (le lait maternel est un aliment d’amour et de santé 🙂 ).  L’idéal pour ce petit « voie-lactien », c’est re-trouver sa maman à lui, retrouver en dehors de son ventre celle qui a accepté de le loger en elle et qui lui a fourni les matériaux nécessaires à une première partie de sa construction. Cette maman a fait tout un travail depuis la conception de son tout-petit et maintenant, en l’allaitant, en restant avec lui, en vivant les hauts et les bas de sa courte vie,  elle poursuit la construction d’un être humain, d’un homme d’une femme de demain, rien de moins…  Autant c’est grand, autant c’est exigeant pour sa maman, son papa.

La vie, c’est un grand cercle.  Maman donne beaucoup d’elle-même en mettant au monde un enfant.  C’est dans l’ordre naturel des choses que maman reçoive, ensuite…Chaque maman mérite que nous lui rendions hommage… Et selon moi, rendre hommage à une maman, c’est, entre autres, faire tout ce qu’on peut pour qu’elle puisse suivre l’horaire de son tout-petit les premières semaines, pour que « son corps sa tête son cœur »puissent reprendre leur souffle.  Rendre hommage à une maman, c’est aussi s’asseoir près d’elle et être à son écoute, se préoccuper vraiment et sincèrement du « comment elle se sent en dedans ».   Rendre hommage à une maman, c’est aussi changer notre vocabulaire. Mon conjoint l’avait compris d’instinct:  nous faisions des rénovations à la maison et j’étais enceinte de notre 3e bébé.  Mon ventre plein de vie limitait mes mouvements.  J’ai alors dit à Luc que ça m’enrageait de ne rien faire… ce à quoi il a répondu que j’étais occupée à faire un bébé 🙂 .  Lui, il avait compris…

Finalement, maman doit apprendre à demander et aussi, accepter de recevoir: quand son village lui rend hommage, elle devrait accepter ces hommages, elle devrait accepter d’être entourée,  elle devrait accepter de ralentir son pas pour suivre le rythme de son tout-petit les premières semaines.  Saviez-vous qu’il existe des sociétés où les femmes acceptent d’être dans un cocon avec leur bébé les premières semaines et d’être prises en charge par les femmes de leur clan?  Ces nouvelles mamans vivent très peu de symptômes d’état dépressif.  Intéressant…  À bien y penser, tous les « …age » qui doivent être faits aujourd’hui, devront être re-faits demain et après demain.  Et je suis à peu près certaine qu’il est toujours possible de trouver quelqu’un pour s’en occuper – bien sûr, ce ne sera jamais fait comme si c’était maman qui le faisait… et puis…?  Est-ce si grave que ça que les serviettes lavées soient pliées autrement, que les assiettes propres soient à gauche, que  le yogourt acheté soit un peu plus riche en matières grasses?  Papa a aidé l’aîné de 3 ans à s’habiller… sauf que le choix des couleurs laisse à désirer, selon maman… Ce n’est pas parfait… par contre, l’aîné est habillé et il a l’air tellement heureux avec son papa à lui…  Est-ce si grave que ça que ça ne soit pas parfait…?   Peut-être pas tant que ça…si ça permet à maman de prendre le temps de vivre, de sentir son tout-petit s’endormir, blotti contre elle, de capter son premier sourire, de plonger ses yeux dans les yeux de son tout-petit quelques secondes d’éternité… de goûter « parfaitement » et « tout simplement » à ces moments magiques qui eux, ne passent qu’une fois dans la vie…

Suzanne Colpron termine son article en disant « On t’adore, maman, mais tu ne peux pas être parfaite, m’ont dit mes enfants. La perfection, ça n’existe pas. Être une mère, c’est compliqué. »  Oui, c’est vrai… et je souhaite, à toutes les mamans, une vie…parfaite de moments magiques et imparfaite de tous les « …age » 🙂

* Isabelle Filliozat, « Il n’y a pas de parent parfait », p. 184

1990-07-15 Louise, CA, JF

Nos enfants, des bateaux…

Un soir, la semaine dernière, j’étais au resto.  À côté de nous, une tablée : des parents, des adultes, un bambin et une bébé fille âgée d’environ 3 mois, habillée de tulle et de rubans… elle doit mettre ces vêtements-là seulement quand il y a une grande sortie 🙂  Pour quelques instants, je me suis installée dans ses souliers, dans sa tête, dans son cœur.  Il y avait du bruit, vraiment beaucoup de bruit et des bruits de toutes sortes.  Il y avait de la lumière blanche très crue.  Soudainement, on lui a fait vivre l’expérience du « body surfing » comme dans les concerts rock et je ne crois pas qu’on avait pris le temps de l’avertir de ce qui allait se passer.  Elle a atterri dans les bras d’une femme et dans le mouvement qui la portait de sa maman vers cette femme, son corps était en extension, raide, arqué vers l’arrière, sa tête cherchait à se relever vers l’avant et ses yeux étaient tout grands ouverts, sa bouche formait un rictus de presque pleur… elle n’avait pas l’air d’apprécier l’expérience.  La femme en question l’a prise, elle semblait très heureuse de coller ce bébé contre elle… et bébé ne semblait pas apprécier l’expérience malgré les nombreux changements de position.  Ça n’a pas été long que la petite s’est mise à pleurer… la dame s’est levée pour la promener…  La dame semblait en extase, cherchant à blottir bébé contre elle et bébé pleurait en cherchant à se décoller d’elle… Dire que j’ai déjà été l’adulte qui « se payait la traite » en prenant le bébé d’une autre femme… mea culpa, mea maxima culpa 🙂

En rétrospective, je me demande si c’était la place d’un bébé, en soirée, dans ce resto, à ce moment-là d’affluence, de bruits, de lumière crue…  Bien sûr, maman a le goût de participer aux activités de la famille, d’aller au resto, elle peut même avoir besoin d’être avec ses proches.  Elle veut aussi que son bébé fasse partie de la vie et de la famille.  Ça revient alors à dire que maman et papa se retrouvent « pris » à prendre une décision pour s’adapter à la vie de leur « village », à un moment de leur vie où ils ont besoin, plus que jamais, d’être entourés des leurs, avec beaucoup d’amour.  Et si maman et son bébé vivaient, avec papa, dans un « village » qui les soutiendrait, les épaulerait, maman dans son nouveau rôle très exigeant des premiers mois auprès de bébé, papa dans son nouveau rôle très exigeant de protection de la dyade maman-bébé? Un « village » qui s’adapterait aux besoins de la nouvelle famille et non l’inverse…?

Fermons les yeux quelques instants.  On rejoue la scène du resto de façon différente.  Cette fois, bébé maman papa vivent dans un « village » qui s’adapte à eux, un « village » qui favorise le développement harmonieux d’un bébé à travers des « lunettes attachement ».  Dans ce « village », on comprend qu’un bébé qui reste près de sa maman et de son papa durant les premiers mois de vie, n’est pas un « bébé gâté » ni un « bébé à bras » mais un bébé qui découvre l’inconnu avec du connu, maman puis papa.  Le « village » se réunit à un moment et dans un endroit qui convient aux plus petits et à leurs parents. Dans ce « village », bébé est passé à d’autres bras si c’est bénéfique pour lui…  et la décision revient à maman et papa car ce sont eux qui connaissent le mieux leur bébé. Si leur « p’tite voix » en dedans, leur voix du cœur, leur « voix attachement », leur dit que bébé doit rester près de maman papa, alors, non, bébé ne va pas dans d’autres bras.  Point final et aucun jugement de la part de qui que ce soit de leur « village ».  Si maman papa croient que bébé peut aller voir tel adulte, ils le feront à la vitesse de leur bébé :  l’adulte s’assoit près de maman-bébé, maman présente la personne à bébé et doucement, en s’adaptant à son rythme, bébé passe à l’autre personne.  Bébé reste près de sa sécurité, sa maman son papa, dans leur champ de vision et d’audition.  Si bébé exprime son désaccord de quelque façon que ce soit, maman n’est pas loin et reprend bébé rapidement. En anglais, il y a un beau mot, « advocate », qui signifie « a person who speaks or writes in support or defense of a person; a person who pleads for or in behalf of another; intercessor; a person who pleads the cause of another…* ». Ce « village » reconnait que maman papa sont les « advocate » de leur bébé…

Dr Brazelton, pédiatre américain, comparait les enfants à des bateaux…  Un bateau, avant de voguer sur les mers du monde, doit d’abord être assuré d’avoir SA place dans un port.  Quand il en est certain, plus que certain, alors il peut, en toute quiétude, naviguer et découvrir le vaste monde car il sait qu’il peut toujours revenir au port et il aura toujours SA place à lui.  N’est-ce pas ce qu’on veut pour chacun de nos enfants…?

*Tiré de http://www.dictionary.com/browse/advocate, page consultée 2016-04-30

2016-04-30 bateau IMG_0741

Sangha…

Ce matin, classe de yoga avec Christine – l’enseignement de cette femme me rejoint, me touche beaucoup et chaque fois, j’en reviens enrichie, « déposée », recentrée, bien dans mon corps et dans mon cœur.  J’en avais besoin… les derniers jours ont été une sorte de grand tourbillon…  Vendredi dernier, j’ai travaillé avec Jeanne et Linda – nous relisons avec attention les carnets de la trousse « Voyage au cœur de l’attachement » afin de nous assurer que le langage et les photos utilisés parlent attachement.  Samedi et dimanche, formation sur le sommeil donnée par Ingrid Bayot.  J’ai rencontré/noué et renoué entre autres avec Ghislaine, Marie-Caroline, Anne, Chantal.  Évidemment, ce matin, j’ai la tête pleine de nouvelles connaissances, d’éléments dits d’une autre façon, d’un auteur qui a écrit sur un sujet dont j’ai entendu parler pour la première fois… Au retour de chacune de ces journées, je retrouve Luc qui m’épaule sans réserve dans ma soif de connaissances 🙂

Depuis quelque temps, je ressens plus de difficulté à vivre des journées pleines de travail, de formation, même si la cause m’intéresse et me rejoint.   Je trouve que sept-huit-neuf heures consécutives, intenses, avec une courte pause pour manger, c’est long et très exigeant.  De plus en plus, à notre ère des « communications », textos, web conférences, DVD et cahier d’exercices, d’autres formules apparaissent, permettant de mieux adapter une activité à son rythme, à ses besoins bien personnels.  Je termine le programme de 2e cycle, « Psychologie périnatale ». L’enseignante du cours PSY-7802, Florence Vinit, est très dévouée et très techno.  Si les étudiantes qui viennent de Trois-Rivières ne peuvent se déplacer à cause du mauvais temps, elle s’organise pour que ces trois personnes suivent le cours en direct, à partir de l’UQAM.  Par contre, ces personnes ne pouvaient intervenir avec le reste du groupe à Montréal et ces étudiantes ont mentionné que ça leur manquait… C’est un peu ce que vis avec GOLD Lactation Online Conference.  Quand ça me tente, j’allume mon ordi, je mets mes écouteurs et je fais le plein de connaissances scientifiques, basées sur des résultats probants, concernant la lactation.  Il peut être n’importe quelle heure, je peux être en pyjama, dépeignée – pas grave!  C’est vraiment pratique: ça se passe chez nous, bien mieux que n’importe quel hôtel, et il y a seulement de courts déplacements qui prennent peu de temps.  Par contre, quand j’écoute les conférences de GOLD Lactation, je suis seule…  La même chose avec la construction des carnets de la trousse « Voyage au cœur de l’attachement ».  Cette construction comporte une part de travail de recherche, de lecture-relecture, chacune de son côté.  C’est pratique, les courriels : on partage nos commentaires, on choisit une photo.  Encore là, c’est pratique… mais ça ne bat pas nos rencontres…

Ce matin, je réalise, une fois de plus, à quel point les personnes côtoyées enrichissent une activité, la bonifient d’une manière unique – on fait d’une pierre deux coups.  Autre élément : hier, pendant la formation sur le sommeil, une participante disait que la pratique privée, c’est beaucoup de responsabilités à assumer seule… c’est vrai, j’y pense souvent.  Je crois très important d’être bien entourée, un village pour avoir un enfant, un sangha* pour les professionnels, surtout ceux en pratique privée. Le sangha donne aux intervenants des connaissances scientifiques et humaines. Moi, je suis privilégiée car je suis entourée par vous tous, des personnes de cœur, pour qui la famille est importante, tellement importante que nous contribuons ensemble à sa construction.

Aujourd’hui, j’ai non seulement la tête pleine de nouvelles connaissances scientifiques, j’ai aussi le cœur plein de « connaissances » humaines…  et je suis vraiment reconnaissante de vous avoir dans mon sangha.  Du fond de mon cœur, merci à chacun-chacune de vous.

*Sangha : mot sanskrit qui a plusieurs significations dont « communauté de personnes qui pensent de la même façon »

2015-11-08 Mains et ciel et (c)