Unconditional Parenting, Alfie Kohn

Ce livre a été traduit en français: Aimer nos enfants inconditionnellement

Book review: “Unconditional Parenting” by Alfie Kohn

Book Review: “Unconditional Parenting” by Alfie Kohn

I often recommended to parents an article by Alfie Kohn called “5 Reasons to Stop Saying Good Boy/Good Girl”. And I’ve been told many times that parents have found his book “Unconditional Parenting” the most useful parenting book they had read. (…)

 

Unconditional Parenting by Alfie Kohn

1. Working with (instead of doing to)

The biggest message I have taken away from Alfie Kohn’s book is his emphasis to shift towards “working with” our kids as opposed to “doing to”.

“Doing to” strategies are things like threatening, bribing and rewarding our kids as ways to control our children. Instead some “working with” strategies he suggests are:

  • Reconsider your requests – for example, instead of asking “how do I get my child to eat?” instead look at your assumptions, look at what your child needs, and place your focus on offering nutritious food instead.
  • Move to unconditionality – I think we all love our children no matter what they have done; however, we don’t always act this way. Moving toward unconditionality means acting in a way where your child knows you love them for WHO they are, no matter WHAT they do.
  • Talk less, ask more
  • Assume the best from your child – we don’t always see what has happened and know what has gone on. Instead of assuming the worst, you can also assume the best!
  • Give age-appropriate choices

2. Use of praise, rewards and punishment

Alfie Kohn believes that praise, rewards and punishments are all ways of controlling our children. These provide extrinsic motivation to behave in the way we want. But he says this is the wrong type of motivation – better for it to come from the child themselves.

For example, instead of putting a child into time out if he has hit another child, you can get the child to work out what to do to make amends. “I think she feels so bad she is crying. What can you do to make her feel better?” By ending with a question, you give your child a chance to come up with something (even a pre-verbal child!).

3. Use of testing in schools

Alfie Kohn is also very critical of the schools in the US (and many other countries) where there is a lot of focus on test scores. He would like to see school implement interactive, interdisciplinary, and question-based learning to get a deep understanding as opposed to just learning facts. Sounds like a Montessori education would meet many of these requirements.

Hopefully I’ve inspired you to hear more from Alfie Kohn. You can find some of his talks on Youtube. Or you can read his book “Unconditional Parenting” (…)

Référence: http://www.themontessorinotebook.com/unconditional-parenting/

Beaucoup de guides pratiques à l’usage des parents posent comme objectif implicite : « Comment obtenir l’obéissance des enfants ? » Et proposent différentes techniques pour contrôler les enfants.
Ce livre n’est pas une énième méthode ! Alfie Kohn préfère poser la question suivante : « Quels sont les besoins des enfants et comment résoudre les conflits ? »
Il s’agit de faire avec les enfants plutôt que de faire faire aux enfants.
Un besoin fondamental des enfants est l’amour inconditionnel. C’est ainsi qu’ils sont assurés d’être aimés et acceptés quoi qu’ils fassent. Hélas, les approches conventionnelles des punitions, récompenses et toute forme de contrôle, transmettent aux enfants qu’ils sont aimés uniquement lorsqu’ils nous obéissent ou lorsqu’ils nous impressionnent. Sois aimable ! Autrement dit, fais en sorte de mériter notre amour !
L’auteur cite de nombreuses recherches qui montrent la nocivité de toutes ces méthodes. Ce livre nous emmène dans une profonde réflexion sur nos pensées, nos sentiments et nos actes envers nos enfants. Enfin, il invite tous les parents à réfléchir, à se reconnecter avec leur instinct premier, naturellement bon, pour devenir de meilleurs parents.
Référence: https://www.amazon.fr/Aimer-Enfants-Inconditionnellement-Alfie-Kohn/dp/2916032487

Rest Play Grow – Deborah Mac Namara, Ph. D.

Je termine la relecture d’un excellent livre, Rest Play Grow – Making sense of preschoolers or anyone who acts like one based on the relational developmental approach of Gordon Neufeld, par Deborah MacNamara, Ph. D..

Cet ouvrage a été traduit en français, « Jouer grandir s’épanouir: le rôle de l’attachement dans le développement de l’enfant ». 

Jouer grandir

Dr. Deborah MacNamara travaille avec Gordon Neufeld, de l’Institut du même nom, http://neufeldinstitute.com/int/fr/, http://neufeldinstitute.org/

« Fondé sur les travaux du psychologue de renommée internationale Gordon Neufeld, Jouer, grandir, s’épanouir raconte l’histoire du développement des jeunes enfants. Ecrit avec une grande compassion et des anecdotes savoureuses (…).

Avec ce livre, Dr Deborah MacNamara, Ph. D., révèle que le secret pour élever un enfant ce n’est pas de connaître toutes les réponses, mais bien plutôt d’être la réponse de l’enfant. Avec l’attachement comme toile de fond, l’auteure explique très bien la très grande immaturité du cortex préfrontal du tout-petit.  Avec ces prémisses, il devient beaucoup plus facile de comprendre ce que nos tout-petits ont besoin pour s’épanouir et le rôle que leurs parents doivent jouer auprès d’eux – « It lays out how an adult must WORK so that children can REST, so they can PLAY and then GROW ».

J’ai particulièrement apprécié…

  • « In the developmental/relational approach, parents are like gardeners who seek to understand what conditions children grow best in » (…) « Children are like seeds: they need the right warmth, nourishment, and protection to grow. » (…) We need to work not at growing our children up but at cultivating the relational gardens in which they flourish” (pages 16-17)
  • “We believe we can control growth instead of focusing on how we influence the conditions that give rise to it.” P. 25
  • “Master gardeners use science and intuition to know what is needed for good growth and have faith that potential arises from cultivating deep roots to tether all life” (p. 27)
  • “(…) and there is nothing like the force of an immature child to test the maturity level in a parent.” (p. 30)
  • “Until the prefrontal cortex is sufficiently integrated, a young child will remain impulsive and untampered. Brain development continues into adolescence but changes significantly between 5 and 7 years of age.” (p. 31)
  • “Sensitive children have been called “orchid-like”, compared with kids who grow with ease like dandelions.” (p. 35)
  • “Young children don’t think: they react, are moved to attack, and are impulsive – this is the young child in action.” (p. 39).
  • “Young children are unable to operate out of two reference points at a time.” (p. 41)
  • “It is important to bear in mind that young children under the age of 3 have a minimal capacity to play on their own because of intense relational needs.” (p. 67)
  • “Attachment is defined as the drive or relationship characterized by the pursuit and preservation of proximity.” (p, 77).
  • “When they attribute being loved to what they do instead of who they are, they cannot rest.” (p. 89)
  • “With young children, we need to collect their attachment instincts before we direct them.” (p. 96)
  • RELATIONSHIPS BETWEEN ADULTS and children need to be hierarchical for a fulling attachment dance to unfold – the parent needs to lead, and the child needs to follow. This dance is an instinctive one that cannot be commanded.  It is activated when a parent assumes a caretaking stance and creates the conditions for a child to depend on them  The ultimate purpose of attachment is to foster dependence of the immature on those responsible for them.” (p. 103)
  • “We need to dance our way into right relationships with our children by a) ACCEPTING the WORK of the relationship is our responsibility, b) ASSUMING AN ALPHA role by seizing the lead and reading the child’s needs, and c) PROVIDING more than is pursued so that our provision of care more than satisfies their hunger for connection.” (p. 122)
  • “AS EMOTIONAL CREATURES, young children are predictably unpredictable.” (p. 124)
  • “Parents need to work at providing the conditions to grow children into emotional maturity instead of commanding them to act emotionally mature.” (p. 127)
  • “The antidote to thwarted expression is conveying to a child that all of their emotions are welcome and won’t lead to separation.” (p. 135)
  • “We need to help a child understand this powerful reservoir of emotional energy inside of them.” (p. 152)
  • “A child is moved to attack by the emotion of frustration; this is where a parent needs to focus.” (p. 171)
  • “When a parent conveys what doesn’t work, they need to convey that the relationship is still intact.” (p. 175)
  • “Attachment is the doorway through which separation opens up; attachment and separation are like opposite sides of the same coins. (…) In other words, if separation (ex. Bedtime, separation) is the problem, attachment is the solution.” (p. 179)
  • “Parents will need to cultivate attachment villages to raise their children in (…)” (p. 186)
  • “Bridging will work to reduce separation alarm only when the child has a right relationship with their adult.” (p. 189)
  • Chapter 9 – “You’re not the boss of me”, understanding resistance and opposition.
    • “The counterwill instinct preserves a parent’s rightful place in a child’s life as being the one to lead and take care of them.” (p. 204)
    • “When attachment is strong, counterwill is weak or nonexistent. When attachment is weak, counterwill reactions will be strong.” (p. 206)
  • “Maturity is the answer to immature behavior – discipline is what adults do to impose order on the disorder of immaturity.” (p. 223)
  • “Good discipline means not letting a child’s behavior be more important than the relationship.” (p. 237)
  • “From a child’s perspective, good discipline means an adult still believes in them and knows they will get it right one day.” (p. 237)
  • “Attachment is a child’s greatest need” (p. 230)
  • “Parents can be firm on behavior but easy on the relationship.” (p. 242)
  • “Being a parent is more than just a list of things we do; it is about who we are to our children and who we become because of loving them.” (p. 253)
  • “Children shouldn’t have to perform to be loved; they should be loved regardless how they perform.” (p. 256)
  • “Being a gracious parent is what it means to unconditionally love a child – it is how we become their place or rest so that they can play and grow. “ (p. 257)
  • “We cannot become our child’s answer through books, someone else’s mantras, or directions. This place must be born inside us from alpha instincts and vulnerable emotions. It is as much about caring as it is responsibility.” (p. 257)
  • “As adults, we face forward into aging and separation, but in holding on to our children, we are forced to look back to our beginnings. Nature ties the ends of our life cycle together, the old connected to the new, the endings fused to the beginnings, opposites entwined, the paradoxical rendered seamless, endless.  These invisible ties of relationships hold us together – the human cycle unfolding generation after generation.” (p. 258)

Bonne lecture!

 

Voyage en avion et équidignité

Le 5 novembre 2017, la chronique de Marc Cassivi, La Presse, s’intitulait »Les meilleurs sièges » .  Dans un vol nolisé Londres-Lisbonne, il décrit le comportement d’un enfant de 2-3 ans et de sa maman, jeune vingtaine, qui en avait plein les bras avec son bambin.  Alors que celui-ci jouait avec la tablette du siège devant lui, une vieille dame s’est levée, l’a fusillé du regard et, sans avertissement, a insulté vertement sa mère, une femme dans la jeune vingtaine, devant tout le monde.

Aujourd’hui, Marc Cassivi reprend cette histoire, « Le cliché de l’enfant-roi », car il a reçu des commentaires des lecteurs.  Marc Cassivi dit:

Je suis sans doute naïf, mais je ne m’attendais pas à ce qu’une majorité de lecteurs prennent le parti de cette vieille dame effrontée. C’est pourtant ce qui est arrivé. Le courrier a d’ailleurs été particulièrement abondant en sa faveur.

Une histoire très intéressante… Prendre l’avion, c’est un stress pour tous les passagers – pensons aux espaces exigus, aux consignes de sécurité à respecter, et tout le reste.  Bien sûr, tous les passagers ont le droit à leur quiétude, à leur « bulle ».  Évidemment, un bambin de 2-3 ans bouge et explore son environnement – c’est un enfant qui se comporte comme un enfant et qui ne comprend pas nécessairement la portée de ses gestes d’exploration car son cerveau n’est pas assez développé pour analyser, prévoir, anticiper.  En outre, la mère de ce bambin a un pouvoir limité sur celui-ci:  oui, elle peut l’emmener marcher dans l’allée en autant que ce soit le « bon » moment, pas le temps de l’atterrissage, du décollage, des perturbations, du service de repas/collations.

Je ne peux m’empêcher de penser que le bambin du vol Londres-Lisbonne, ça pourrait être ma petite-fille, Juliette… je l’imagine entre 2 sièges, dans un avion… ce serait sûrement toute une aventure…  Et pas besoin de prendre l’avion pour vivre une situation « intéressante »… Ce matin, j’ai reçu le vaccin anti-grippal.  J’étais entourée de personnes âgées qui marchaient lentement, qui sortaient lentement leurs papiers, qui s’exprimaient lentement, qui ne comprenaient pas du premier coup la question posée… Évidemment, moi, avec mes 20 ans de moins qu’eux, j’étais « une jeunesse », mon temps avec l’infirmière a été très court… 😊 En même temps, ces personnes âgées, ça aurait pu être ma mère, mon père, ma belle-mère… et demain, ce sera mon conjoint et moi qui serons des personnes âgées, ralenties par les années…

Jesper Juul, thérapeute familial danois a écrit « La vie en famille – renouveler les valeurs fondamentales du vivre-ensemble ».  Dans la vie familiale, cet auteur nous invite à nous appuyer sur 4 valeurs : l’équidignité, l’intégrité, l’authenticité et la responsabilité.  Jesper Juul dit que

(…) la notion d’équidignité fait référence au besoin fondamental de tout être humain d’être vu, entendu et pris au sérieux en tant qu’individu. (…)  (p. 25)

La question n’est donc pas de savoir si les adultes ont le pouvoir, mais bien de savoir comment ils en font l’usage et c’est sur ce point précis que l’équidignité est la valeur la plus constructive.  Se sentir considéré comme étant de même dignité est tout le contraire d’être rabaissé, dominé, catalogué, ridiculisé, ou de sentir qu’on nous donne une leçon, mais cela n’a rien à voir avec le fait d’être gentil ou raisonnable,  Nous pouvons tout à fait nous considérer l’un l’autre comme étant de même dignité tout en étant furieux ou malheureux. (p. 26)

Un des aspects les plus importants de l’équidignité – et cela concerne aussi les relations entre adultes et enfants – est qu’elle est le terreau de la réciprocité. (…)  Notamment que chaque membre du système, de par le fait qu’il fait partie d’une même communauté, influence les autres et subit en retour leurs influences.  Ce à quoi je fais référence est une forme bien plus conscientisée de réciprocité où les partenaires sont constamment enclins à apprendre les uns des autres et, en conséquence, à s’épanouir.  Les enfants peuvent dans une très large mesure nous apprendre au travers de leurs réactions, par exemple comment nous comporter de manière plus constructive envers chacun d’eux. (p. 39)

Cette notion d’équidignité apporte un tout autre éclairage à cette histoire en avion…  Je crois que le fils aîné de Marc Cassivi a compris ce principe d’équidignité :   à l’aller, le tout-petit s’est pris d’affection pour cet ado qui, mettant en pratique sa formation de gardien averti, l’a diverti du mieux qu’il pouvait.  Bravo!

Situation intéressante, hein…?  Vous, comme parent de ce bambin, qu’auriez-vous fait?  Qu’auriez-vous fait à la place de la dame qui ne voulait pas de coups de pied dans le dossier de son siège…?  J’attends vos réponses 😊

« Les premières fois… »

Ce matin, La Presse+, « La première fois que… bébé dort dans son lit« , Mélissa Proulx.

La première nuit a été éprouvante. Seuls les bras de ses parents semblaient apaiser le petit Edward de 7,5 lb qui pleurait sitôt qu’on le déposait dans son moïse installé dans la chambre de ses parents.

Le dodo de son bébé, ses pleurs… des sujets chargé d’émotions surtout pour ses parents. Le développement de l’enfant est parsemé de plusieurs « premières fois » qui l’amènent vers l’autonomie et l’indépendance, valorisées dans notre société – et c’est très bien ainsi. Connaitre le développement type d’un enfant permet aux adultes qui vivent avec l’enfant d’ajuster leurs demandes à son stade de développement – après tout, ce n’est pas en tirant sur une fleur qu’on la fait grandir plus vite!

Il y a un temps pour chaque étape: Dr Brazelton disait que pour se détacher, il fallait d’abord s’attacher.  Il comparait aussi les enfants à des bateaux: si un bateau a « sa » place dans un port, il se sent en « sécurité » d’aller explorer le vaste monde car il sait qu’il aura toujours « sa » place dans ce port pour venir se ressourcer, se restaurer- même chose avec un enfant… il pourra explorer la tête et le cœur en paix s’il sait que sa maman et son papa sont là pour lui….  À la naissance, bébé sort d’un milieu où tous ses besoins étaient comblés.  Il arrive dans un monde où tous ses besoins sont à combler.  Il découvre l’inconnu avec du connu, sa maman…  Évidemment, durant ses premiers mois de vie, ses besoins de proximité avec sa maman et son papa seront presque constants (et vraiment très exigeants pour sa maman et son papa)… à un moment de sa vie où son cerveau n’est pas assez développé pour manipuler, manigancer et tout ce qui s’y apparente. Sa survie dépend de la réponse à ses besoins et en bâtissant ce lien d’attachement, il façonne sa façon d’être.  Bowlby a parlé d’attachement dans les années 1960.  Ces notions d’attachement et de lien de soins prennent maintenant tout leur sens avec les imageries du cerveau et les neurosciences d’aujourd’hui…

Des réponses toute faites, il n’y en a pas.  Les parents doivent s’informer… Si ça vous tente, j’ai déposé des informations dans un dossier « Sommeil » sur mon site, https://louisegodin.com/parents/parents-dossiers-2/parents-dossier-sommeil-du-bb/  Ensuite, assoyez-vous avec l’autre parent de votre enfant et partagez l’information reçue, partagez aussi ce que dit votre « p’tite voix » du cœur…  Prenez une décision ensemble, une décision avec laquelle vous serez « bien », chacun de vous… Demain…?  C’est encore loin…  Au pire, vous essaierez autre chose… après tout, Winnicott disait que les enfants n’ont pas besoin d’un parent parfait… En attendant, si on essayait de profiter d’aujourd’hui avant que demain soit là…?  Dans « pas long », vous verrez, il volera de ses propres ailes et il aura son nid à lui…

 

Lectures de vacances

Je reviens de vacances… deux semaines au soleil avec mon conjoint.  Durant la première semaine, un de nos fils et sa conjointe nous accompagnaient… quelques visites touristiques, l’épicerie, la préparation des repas, des jeux de cartes, les mots croisés, un resto quelques fois en soirée… Ma vie de maman a eu, comme toutes les vies de maman, ses hauts et ses bas; aujourd’hui, avec chacun des mes trois fils et leur conjointe, la vie me réserve de beaux et de bons moments – « merci, la vie ».  Évidemment, Juliette m’a manqué… son papa et sa maman ont organisé quelques séances « Face Time » pendant notre absence et ce midi, nous avons brunché avec eux… « re-merci »!

Pendant mes vacances, j’ai lu.  J’aimerais partager avec vous 2 livres qui m’ont particulièrement plu:

  • Comment les Eskimos gardent les bébés au chaud et autres aventures éducatives du monde entier par Mei-Ling Hopgood.  « Journaliste et jeune maman, Mei-Ling Hopgood s’est lancée dans un tour du monde des méthodes éducatives. Elle a interrogé des parents issus des cultures les plus diverses, des anthropologues, des éducateurs et des experts en puériculture. »  Sans changer drastiquement nos façons de faire avec nos enfants, parfois, se reculer de l’arbre permet de mieux voir la forêt… 🙂
  • The gardener and the carpenter – what the new science of child development tells us about the relationship between parents and children par Alison Gopnik, http://www.alisongopnik.com.  Madame Gopnik est psychologue et elle enseigne à l’Université de Californie Berkeley.  Ici, j’ouvre une parenthèse: Alison Gopnik est grand-maman et comme moi, ce nouveau rôle l’emballe – ça m’a fait du bien de constater que je ne suis pas seule à vivre la « grand-maternité » avec autant d’émerveillement, de joie et d’amour envers ce nouvel enfant.   Madame Gopnik dit que le terme « parenting » est nouveau – il aurait été créé de toute pièce depuis une trentaine d’années, transformant les soins aux enfants en un « travail » obsessif, contrôlant et orienté vers l’atteinte d’un type particulier d’enfant qui deviendra ensuite un type particulier d’adulte.  Selon elle, il y aurait 2 façons d’accompagner nos enfants: « parenting » avec l’analogie de « carpenter », un menuisier – j’ai le mandat de construire une maison donc, j’applique les règles de construction d’une maison.  Il y aurait aussi « to be a parent » avec l’analogie de « gardener », un jardinier – je sème des graines et je nourris ce qui pousse.  Elle dit, entre autres:
    • « Love doesn’t have goals or benchmarks or blueprints, but it does have a purpose.  The purpose is not to change the people we love, but to give them what they need to thrive. » (p. 10)  Traduction libre:  Aimer une personne, ce n’est pas dans le but de la changer mais plutôt de lui donner ce dont elle a besoin pour grandir, s’accomplir.
    • Elle parle d’épigénétique puis elle nomme deux tempéraments d’enfant: « They are like dandelions that flourish just about anywhere.  Other children are more sensitive to differences in their surroundings; they do especially well in rich circumstances, but do especially badly in impoverished ones.  They are more like orchids, flourishing with elaborate care and rich feeding, withering without them. So these children not only are different from one another – they also react differently to their surroundings. » (pp. 32-33)  Traduction libre: Il y a des enfants qu’on peut comparer à des pissenlits – ils poussent n’importe où.  Il y a les autres, des enfants qui fonctionnent bien dans des circonstances adaptées à eux.  Ils sont davantage comme des orchidées qui fleurissent avec des soins attentionnés et riches.  Ces enfants ne sont pas seulement différents des autres, ils réagissent différemment à leur environnement.

J’avis déjà lu un roman, Demain est un autre jour de Lori Nelson Spielman.  Je l’ai prêté à ma belle-fille qui l’a bien apprécié, elle aussi.

Bonnes lectures!

 

Respect et admiration

Ce matin, dans La Presse+, un article d’Isabelle Audet, « Arthur, 9 ans, surdoué et différent« .  Cet article m’interpelle beaucoup autant comme infirmière qu’en tant que maman…

« Il était différent des autres », résume sa mère, Roxanne Masse.

Les parents d’Arthur allaient découvrir jusqu’à quel point cette différence était marquée quelques années plus tard, lors de l’arrivée à l’école primaire. « Ç’a été le bordel total. Il dérangeait, il ne suivait pas du tout ce que l’enseignante disait, il n’avait aucun ami parce qu’il essayait d’attirer l’attention de la mauvaise façon, il pleurait beaucoup, faisait des crises d’angoisse… il a fait comme une dépression », raconte la mère de trois enfants.

Le bébé, le jeune enfant, s’exprime par le non-verbal avec des comportements, des mimiques, des gestes. À mesure qu’il grandit, la parole prend de plus en plus de place. Autour de 7 ans, s’installe la raison. L’expression de ce qu’il ressent avec des mots, il l’apprendra au cours de sa vie avec ceux qui l’entourent…

Le jeune enfant présente plusieurs comportements… et ceux-ci sont interprétés par les adultes autour de lui.  Si l’enfant sourit, se blottit, touche doucement, regarde tendrement, tète calmement, ces comportements reçoivent généralement « une bonne note » des adultes… Par contre, quand l’enfant pleure, fait une crise, bouge tout le temps, court partout, mord, frappe, grafigne, ces comportements dérangent et ils sont généralement interprétés comme négatifs par les adultes.  Plusieurs options sont possibles… par contre, plus on essaie de faire taire ces comportements, plus on essaie de les balayer sous le tapis, plus ils s’amplifient, plus ils persistent…   L’idéal, c’est quand maman papa peuvent prendre le temps pour s’arrêter, pour analyser le comportement de leur enfant en se mettant dans ses souliers à lui/à elle. Maman papa peuvent aussi laisser parler leur cœur, cette « petite voix attachement » qu’ils ont en eux et qui les met très souvent sur une « bonne piste ».  Au besoin, maman papa se font aider par des gens de leur village.

Chacun de nous fait partie d’un village, que ce soit comme tante, grand-papa, amie, professionnel, bénévole. Comment aider…?  Avez-vous observé que nous avons tous deux oreilles et une seule bouche… probablement pour écouter deux fois plus qu’on parle 🙂 ? Ensuite…? Tout au long de ce processus, on pourrait aussi essayer de dissocier l’enfant de ce qu’il fait, éviter de l’étiqueter comme « un bébé à bras », « un autiste », « un ti-bébé à sa maman », « le surdoué »,  » la braillarde « , « la TDAH », « un paquet de nerfs « , « notre grande timide » et tout le reste. Dissocier l’enfant de son comportement, c’est lui dire: « Toi, comme être humain, je t’aime « tout simplement » et ça, c’est coulé dans le béton 🙂 .  Cependant, mordre ton frère, ce n’est pas la bonne façon de lui dire qu’il t’embête… »

Étiqueter, c’est comme porter des œillères – ça devient plus difficile de voir autre chose et pour cet être humain, petit ou grand, l’étiquette devient un carcan.  Je ne  peux m’empêcher de penser aussi aux étiquettes qu’on donne parfois aux mamans, aux papas… « une maman paquet de nerfs », « un papa jamais là », « des parents qui s’occupent pas de leur enfant comme il faut », et j’en passe. Et si, tous ensemble, nous restions centrés sur cet enfant qui essaie, à sa façon bien à lui, de nous dire ce qui se passe en lui…, si nous restions centrés sur cette maman, sur ce papa qui essaie, du mieux qu’il peut, d’aider son enfant.  Peut-être qu’en restant centrés sur cet être humain, nous pourrions le regarder avec admiration et avec respect… Alors, un lien de confiance pourrait probablement mieux se tisser et devenir porteur d’un mieux être pour les petits et les grands autour de nous…

Un enfant « orchidée »

Aujourd’hui lundi 29 août, La Presse+, un dossier de Catherine Handfield, Bien cultiver l’impulsivité.

Des chercheurs du CHU Sainte-Justine et de l’Université de Montréal ont obtenu des résultats qui rejoignent la théorie de l’enfant orchidée dans une étude publiée cette année dans la revue scientifique Development and Psychopathology. Ils ont regardé le lien entre les pratiques coercitives des parents à l’âge de 6 ans et la consommation d’alcool à l’âge de 15 ans. L’échantillon comprenait 209 adolescents. Par pratique coercitive, on entend frapper, secouer et crier.

« Quand on comparait un enfant impulsif à un enfant moins impulsif, celui qui était impulsif consommait plus d’alcool quand les pratiques coercitives étaient élevées – c’est la vulnérabilité qu’on a toujours lue. Mais quand les pratiques coercitives étaient faibles, ils consommaient moins d’alcool que ceux qui étaient moins impulsifs. »

Un enfant « orchidée »?

Une métaphore suédoise compare les enfants à des fleurs. Il y a les enfants pissenlits, qui se développent bien dans n’importe quelle condition. Et il y a les enfants orchidées, qui dépérissent en milieu hostile, mais qui font des fleurs magnifiques et surpassent les autres lorsqu’on en prend soin.

Gordon Neufeld parle des enfants « orchidées »:  http://neufeldinstitute.org/helping-orchid-children-thrive-part-1-of-3/

Cette recherche est très intéressante… Moi, je ne suis pas vraiment étonnée des résultats… et vous…?

Development and Psychopathology 28 (2016), 265–275 # Cambridge University Press 2015 doi:10.1017/S0954579415000437, Differential susceptibility to environmental influences: Interactions between child temperament and parenting in adolescent alcohol use  CHARLIE RIOUX, NATALIE CASTELLANOS-RYAN, SOPHIE PARENT, FRANK VITARO, RICHARD E. TREMBLAY, AND JEAN R. SÉGUIN Université de Montréal.

Ici, il est question de comparer l’enfant à une fleur.  Vous avez peut-être entendu parler des enfants hyper sensibles, des « babi » (bébés aux besoins intenses).

Maintenant, ceci étant dit, je crois important de recadrer un p’tit peu…  Ces appellations pour décrire des comportements d’enfants sont aidants… elles donnent souvent de bonnes idées aux parents.  Par contre, je trouve ça triste quand un parent présente son fils comme étant un « BABI » et non pas « Alfred qui déborde d’enthousiasme et de joie quand il rencontre ses cousins… »  Un tout-petit qui s’emballe, qui est impulsif, c’est fort probable… Oui, certains plus que d’autres… sauf que l’impulsivité fait partie du bagage de la plupart des enfants, à un moment ou l’autre. Et peu importe le niveau d’impulsivité d’un tout-petit, c’est un des rôles du parent, et des autres adultes qui vivent avec ce tout-petit, de le rendre capable d’exprimer ses besoins, ses ressentis, ses émotions, d’être bien dans sa peau et de « bien vivre » avec les autres, un peu plus chaque jour.  En ce qui concerne les pratiques coercitives, oui, elles devraient être bannies quand un enfant fait preuve d’impulsivité… elles devraient d’ailleurs être bannies tout le temps, peu importe l’enfant, peu importe la fleur qu’il est, peu importent les circonstances.

Chaque enfant est une fleur… et peu importe l’enfant, « il dépérira en milieu hostile et il fera une fleur magnifique et surpassera les autres si on en prend soin ».  À la naissance, le bébé arrive d’une « autre planète »… son développement se poursuit en dehors du ventre de sa maman et c’est au fil des années, à petites doses, avec toutes sortes d’expériences de vie diverses, avec des adultes bienveillants, qu’il évoluera de façon de plus en plus autonome. Les pleurs, les gestes, les paroles d’un tout-petit veulent dire quelque chose… L’adulte qui vit près de ce tout-petit doit décoder ce que cet enfant cherche à dire par ses pleurs, ses gestes, ses paroles pour emmener cet enfant à une meilleure compréhension de lui-même, de son monde et de ceux qui l’entoure.

Un autre élément bien important… Pour un adulte, même le plus aimant de tous les parents, vivre avec un enfant, c’est parfois « wow » et parfois, c’est « j’en peux plus »… d’où l’importance que chaque famille fasse partie d’un village avec des adultes bienveillants, qui peuvent écouter les parents parler de leurs joies et de leurs difficultés quotidiennes avec leur enfant et aussi, à l’occasion, qui peuvent prendre la relève.