Dossier « Allaitement »

Note: voir aussi le dossier « Lait maternel« 

L’allaitement selon Big Bird (Sesame Street): « That’s a funny way to feed a baby! » https://www.yahoo.com/parenting/vintage-sesame-street-clips-show-characters-172839708.html  

Avant d’aller plus loin… des études le démontrent, une nouvelle maman qui allaite a besoin de son village,  Cochrane Special Collection of systematic reviews on Breastfeeding 

It found that women need sensitive, reliable and face-to-face guidance from pregnancy through to the first weeks and months of their babies’ lives, helping them to get breastfeeding off to a good start and continue to breastfeed in the long-term. Support is needed to prevent and treat physical problems, and to build confidence, particularly in communities where breastfeeding is no longer seen as the norm.

Traduction libre: La femme a besoin d’un soutien sensible, fiable, face à face, de la grossesse jusqu’aux premières semaines de vie de son bébé, l’aidant à un démarrage optimal de l’allaitement puis à l’établissement de cet allaitement à plus long terme.  Ce soutien peut aider à prévenir et à traiter les problèmes d’allaitement, bâtit la confiance de la mère, surtout dans les communautés où l’allaitement n’est pas la norme.

 

Hier soir, mardi 28 février 2017, j’ai assisté à une présentation sur le soin des plaies en allaitement. La présentation était donnée par Danielle Gilbert, infirmière clinicienne stomothérapeute. Entre autres, madame Gilbert mentionnait l’importance d’un apport de protéines accru chez la personne qui a une plaie… Quand je rencontre une nouvelle maman, je lui suggère de prendre une collation avec protéines à chaque fois que son bébé tète – plusieurs mamans remarquent une grande différence dans leur niveau d’énergie avec leur nouveau bébé. Si cette maman a une plaie, césarienne ou autre, ces petits repas avec protéines sur 24 heures sont encore plus importants et méritent d’être bonifiés. Pour tout vous dire, je conseille aussi aux mamans de se reposer à chaque fois que bébé se repose…

Maman, vous allaitez? Oui? Vous avez de la douleur…? Oui? Consultez, ça presse.  Mon expérience et mes connaissances me permettent d’affirmer qu’allaiter ne doit pas faire mal, même les premières tétées.  Si vous avez de la douleur, c’est que bébé ne prend pas bien le sein (quoiqu’on vous dise).  La douleur n’est pas reliée à votre type de peau, à la forme de vos mamelons, au temps qu’il fait dehors et à je ne sais quelle autre raison. Vous avez mal? Consultez:

Accueillir bébé et bien vivre l’allaitement – Guide des parents (2012) par Agence de la santé et des services sociaux de l’Estrie.

Des ressources en santé?  Au début de la vie de bébé, vous pouvez vous référez aux personnes présentes autour de l’accouchement:

  • sage-femme, maison de naissance,
  • service post-partum de l’hôpital,
  • infirmière du « CLSC/CSSS » qui vous a appelé/visité.
  • Info-Santé, 8-1-1: service téléphonique offert par une infirmière, 24 heures par jour, 7 jours par semaine.

D’autres ressources en allaitement?

Dépliant- Les premiers jours avec votre bébé au sein (2011)

Premiers jours, bb au sein comportement

Premiers jours, effets de PCN sur l’allaitement

Allaitement et tétine/suce/sucette   Au sein en douceur, Dre Caroline de Ville.  Cette vidéo parle très bien de ce sujet « L’allaitement et la tétine/sucette »

Avant d’aller plus, loin, une très belle image tirée d’un document de La Leche League, « LLL 2009 Allaitement à la demande« .   Cette illustration reflète bien la réalité… C’est souvent plus facile d’allaiter bébé avant qu’il hurle sa vie… En même temps, ce n’est pas toujours évident… allaiter, c’est comme danser… ça peut prendre du temps pour que les partenaires s’harmonisent…

premiers signes je suis affamé

 

Des ressources pour maman, pour bébé (chiropraticienne, physiothérapeute, …)?

 « De notre côté, tout continue de s’améliorer. Bébé grandit et grossit en beauté et dans la joie. Je n’ai plus de douleur durant l’allaitement depuis presque deux semaines maintenant! Mes vasospasmes sont beaucoup moins douloureux qu’avant (1/10)! Je n’y croyais plus. Vous n’avez aucune idée comme je suis contente d’avoir persisté dans l’allaitement et c’est vraiment grâce à vous!!! Merci et merci encore! »

Un commentaire…

Il y a quelques jours, j’ai rencontré un famille.  Bébé a 6 semaines.  Maman allaite avec douleur, à gauche et à droite.  Ensemble, nous ajustons la prise et maman ressent beaucoup moins de douleur des deux côtés. Maman comprend les ajustements et peut les refaire.  Bébé a des tensions – dans ce cas-ci, bébé sera suivi avec une chiropraticienne.  Nous avions prévu nous revoir la semaine suivante.  Maman m’appelle: elle me dit que depuis notre rencontre, elle a moins de douleur mais elle n’a pu allaiter comme ça s’était passé lors de notre rencontre… Elle trouve cela difficile, elle est découragée…  Je la comprends, je ressens envers elle empathie, compassion, admiration pour son courage et sa ténacité. Je la respecte comme femme, comme maman et je respecte son autonomie, sa décision. Je lui laisse la place qu’elle a besoin pour parler de son expérience d’allaitement…  Ensuite, elle me demande mon avis… Ce qui me vient en tête… est-ce que le temps pourrait être un allié…?

Être parent, la naissance d’une nouvelle famille

Maman et papa sont différents ils sont aussi différents avec leur enfant. Maman, c’est elle qui porte l’enfant. La grossesse ne transforme pas seulement son corps, mais aussi les circuits de son cerveau et cela se poursuivra durant les premiers mois de vie de l’enfant. Entre la grossesse et l’allaitement, il y a l’accouchement… Maman a-t-elle pu parler de son accouchement?  Maman a-t-elle pu décrire la façon dont on a agi envers elle pendant l’accouchement?  Il y a un impact très important entre un accouchement traumatique et un allaitement qui va plus ou moins bien.

Isabelle Filliozat, Il n’y a pas de parent parfait, « Filliozat, des mots qui stoppent le lait« , pages 194-196.

Ingrid Bayot dit que pour la nouvelle maman, la période de périnatalité est une période de débordements émotionnels. À l’accouchement, la chute de progestérone déclenche la libération des œstrogènes et de la prolactine.

  • Quand maman allaite, la prolactine répond à la succion du bébé : elle commande la production de lait pour les tétées à venir et elle supprime l’ovulation.
  • L’ocytocine (hormone de l’amour) répond, elle aussi à la succion du bébé : elle agit avant ou pendant la tétée pour amorcer le réflexe d’éjection, elle est responsable du transfert du lait vers le bébé et elle peut être influencée par le stress et les émotions.

Après l’expulsion du placenta, la production lactée est de contrôle endocrinien; cette production lactée deviendra de contrôle local (autocrine) après trois mois d’allaitement environ. À ce moment, la production lactée se stabilise selon les besoins du bébé.

Quand l’ocytocine est sécrétée chez maman, tous ses sens sont stimulés : des phéromones sont libérées et l’odeur de la peau de bébé, l’odeur de ses liquides corporels, la vue de son bébé, ses pleurs, ses mouvements s’imprègnent dans son cerveau et l’ocytocine augmente encore plus.

Le comportement maternel dépend de plusieurs facteurs, dont le tempérament de l’enfant. La fibre maternelle ne coule pas de source surtout avec un bébé « aux besoins intenses ». À notre époque, maman subit, très souvent, un déluge de conseils différents de toutes parts et elle a très peu de modèles dans son entourage la plupart du temps. Elle a donc très peu de repères. Ses hormones fluctuent beaucoup chaque jour. Elle ne se reconnait plus, elle ne reconnait plus sa vie, elle ne reconnait plus l’homme qui est devenu papa. Ce bébé, qu’elle a porté pendant plusieurs semaines, est unique, il est un être très différent de papa et aussi, très différent d’elle. Dans les moments de débordements émotionnels, la nouvelle maman a surtout besoin de présence et d’écoute.

Différents facteurs favorisent la production lactée :

  • une tétée précoce,
  • une tétée efficace (stimulation de la glande mammaire, transfert de lait efficace),
  • une fréquence des tétées appropriée à l’âge et aux besoins du bébé.

Maman a besoin de repos, de calme, de détente, d’une saine nutrition ce qui est loin d’être la réalité de plusieurs mamans! À ce propos, Santé Canada a créé des fiches de suivi pour les femmes qui allaitent. Maman a aussi besoin de se sentir épaulée dans sa nouvelle vie de maman et aussi, dans cette nouvelle aventure d’allaitement et ce qui compte généralement beaucoup dans la balance, c’est le support de papa.

Le nouveau papa réagit à sa façon à l’arrivée du nouveau bébé. À la naissance, c’est souvent lui qui coupe le cordon du bébé, qui libère le bébé du corps maternel. Dr Brizendine (The Female Brain) dit qu’il y aurait des changements hormonaux et des changements dans le cerveau des hommes « enceints ».  Dans les semaines qui précèdent l’accouchement, certains hommes voient leur taux de prolactine et de cortisol augmenter les rendant plus alertes et plus sensibles.  Dans les jours qui suivent l’accouchement, certains hommes voient la testostérone baisser dans leur sang et leurs œstrogènes augmenter les rendant plus capables d’entendre les pleurs du bébé et diminuant aussi leur désir sexuel.  De plus, papa réagit à la vue de sa conjointe en train d’allaiter leur bébé et encore plus si ce bébé est un garçon. Très souvent, papa préfère les jeux physiques et l’enfant en quête d’excitation se tournerait davantage vers papa. La qualité de la relation bébé-papa dépendrait de la qualité de la relation conjugale : maman agirait comme un filtre. Francine de Montigny (2011) ajoute que le soutien de la conjointe représente un déterminant de l’engagement paternel et que la présence de conflits dans le couple augmente les risques de désengagement des pères. Toujours selon madame de Montigny (2011), la réponse des professionnels aux besoins du père constitue un apport non négligeable à la façon dont cette période sera vécue.

Le couple

Après l’accouchement, les relations de couple sont différentes. La femme et l’homme, devenus parents, doivent apprendre à communiquer d’une autre façon. Quand maman allaite, la réalité de l’allaitement peut être vécue de façon très différente par chaque parent.  Francine de Montigny élabore ce que peut représenter l’allaitement et la famille dans son dernier ouvrage :

  • L’allaitement maternel représente plus que le seul fait de donner du lait au bébé.
  • Pour les mères, l’allaitement permet de développer leur relation avec leur enfant et de s’en rapprocher.
  • Pour les pères : ils ont une conscience de ce rapprochement, de cette relation privilégiée; plusieurs papas voient leur rôle comme celui de veiller au confort de tous les membres de la famille, de protéger la mère, de protéger la bulle mère-enfant. Ils se rendent compte qu’ils n’ont pas accès, à ce moment, au même type de relation avec l’enfant.

Quand l’allaitement va bien, il y a une « fierté » du couple, un sentiment d’avoir fait « tout ce qu’il faut ».  Quand l’allaitement va moins bien, des tensions peuvent apparaitre autour de la décision de poursuivre ou non.

Plusieurs caractéristiques et facteurs jouent dans la durée d’allaitement :

  • Caractéristiques maternelles : les mères âgées de plus de 25 ans, mariées et résidant avec le père de l’enfant, disposant d’un revenu moyen ou élevé ou ayant un niveau de scolarité élevé allaiteront plus longtemps en général.
  • Caractéristiques de l’enfant dont son état de santé, son poids, la perception que la mère a du tempérament de l’enfant.
  • Caractéristiques de la relation mère-enfant dont la motivation de maman à allaiter. Par ailleurs, Francine de Montigny affirme que les mères qui allaitent seraient plus sensibles aux signaux de son enfant.
  • Caractéristiques paternelles dont l’attitude du père envers l’allaitement, de même que ses croyances, ses attitudes et ses comportements; ils auront une influence sur le soutien direct et indirect qu’il apportera à sa conjointe.
  • Facteurs sociaux dont les rencontres prénatales, l’éducation prénatale, le soutien des professionnels (surtout celui de l’infirmière), la satisfaction de la mère par rapport à la qualité de sa relation avec le professionnel de la santé.

L’entraide et le soutien pendant l’allaitement

L’allaitement, c’est une relation dyadique.  Le partenaire apporte un support très important, surtout dans l’initiation de l’allaitement.

Mothers feel more capable and confident about breastfeeding when they perceive their partners are supportive by way of verbal encouragement and active involvement in breastfeeding activities. Mothers with partners who seemed ambivalent, motivated only by “what’s best for baby,” or provided negative feedback about breastfeeding, felt less confident in their ability to breastfeed. It is important that health care professionals appreciate the influence that positive and active partner support has upon the development of maternal confidence in breastfeeding, a known predictor for maintaining breastfeeding. Common support strategies could be communicated to both the partner and mother in the prenatal and postpartum periods. Health professionals can provide information, invite partners to become active learners and discuss supportive partner functions. Further research should address those functions that are perceived as most supportive by mothers and that partners are willing to perform.

Mannion et al. (May 2013)

La durée de l’allaitement va de pair avec la satisfaction de maman dans son couple. Le tempérament de l’enfant, ses impacts auprès de ses parents teintent aussi la durée de l’allaitement.

La période de l’allaitement se retrouve grandement enrichie si maman entre en contact avec d’autres mamans qui vivent une situation similaire à la sienne.  La relation de mère à mère prend tout son sens en postpartum : les nouvelles mamans qui fréquentent des groupes d’entraide sont souvent en mesure de voir plus positivement leur expérience d’allaitement. L’entraide de mère à mère sert aussi à établir des liens très positifs entre les ressources de la santé de la communauté et les services offerts par les professionnels de la santé.  Dans tous les cas, toute maman qui allaite bénéficie du soutien des professionnels de la santé, soit dans le cadre d’un suivi, soit dans le cadre d’une difficulté à résoudre.

Dr. Keren Epstein Gilboa (2013) s’intéresse aux interactions des membres d’une famille quand l’allaitement est le mode d’alimentation du nouveau bébé.  Dr Epstein Gilboa dit que lorsque l’allaitement est privilégié pour mieux répondre aux besoins du bébé, les parents reconnaissent ainsi l’unicité et l’individualité de cet enfant et, ajoute Dr. Epstein Gilboa (Interaction and Relationships in Breastfreeding Families: Implications for Practice)« sensitivity through breastfeeding reverberates in the system. »

En terminant, force est de reconnaître que répondre aux besoins d’un enfant, ce n’est pas toujours évident… plusieurs facteurs entrent en ligne de compte dont le tempérament de l’enfant.  Une nouvelle maman peut souffrir des blues du postpartum – ceux-ci durent, règle générale, quelques heures, quelques jours, voire deux semaines. Il est normal qu’une nouvelle maman et qu’un nouveau papa se sentent débordés, essoufflés. Si cela persiste, si cela empire, il faut consulter sans tarder. Maman et papa sont tous les deux à risque de souffrir de dépression.

Généralités

Vidéos:  Biological Nurturing, Baby led latching, Latching on to avoid nipple damage, Latching: Correcting a painful latch

La Leche, Québec, « allaitement-en-position-semi-inclinee

La Leche League Canada, Information Sheets

La Leche League International, Tear-Sheet Toolkit

New videos from the Baby Friendly Initiative:

  • Hand Expression
  • Skin to Skin
  • Breastfeeding anad relationships in the early days

UNICEF UK Leaflets and posters

Allaitement et…

Accessoires… pensez à fouiller sur le web

Note: avant d’acheter un produit… on pourrait peut-être en parler…?  Ces références sont ajoutées afin d’éviter de les chercher de nouveau la prochaine fois qu’une maman en aura besoin 🙂

 

Alcool et allaitement

Alimentation de maman

  • Plusieurs mamans se demandent si elles peuvent continuer à prendre leur vitamine prénatale pendant l’allaitement?  Oui.

Santé Canada : Toutes les femmes pouvant devenir enceintes, les femmes enceintes et celles qui allaitent devraient prendre une multivitamine contenant de l’acide folique chaque jour. http://www.hc-sc.gc.ca/fn-an/pubs/nutrition/guide-prenatal-fra.php

Mother Risk:  Women with no personal health risks, planned pregnancy, and good compliance require a good diet of folate-rich foods and daily supplementation with a multivitamin with folic acid (0.4-1.0 mg) for at least two to three months before conception and throughout pregnancy and the postpartum period (4-6 weeks and as long as breastfeeding continues). http://www.motherisk.org/women/folicAcid.jsp

Ordre des infirmières et infirmiers du Québec :  À partir de 12 semaines d’âge gestationnel et tout au long de la grossesse, de la période post-partum (4 à 6 semaines), de même que pour toute la durée de l’allaitement maternel : • Prescrire une dose quotidienne de multivitamines contenant 0,4 mg d’acide folique et de la vitamine B12.  http://www.oiiq.org/sites/default/files/uploads/pdf/pratique_infirmiere/prescription-infirmiere/oiiq-directive-clinique-acide-folique.pdf

  • Note: suggestion aux nouvelles mamans… suivez l’horaire de votre bébé.  Quand il dort, reposez-vous et quand il prend le sein, prenez une collation avec des protéines (fromage, tofu, noix, etc.).  C’est encore plus vrai si vous avez eu une césarienne, c’est-à-dire une chirurgie abdominale.  
  • Note: papa (ou toute autre personne significative)… et si, pour aider maman, vous prépariez toutes sortes de collations, prêtes à manger, plusieurs plats à mettre au four…?
  • Guide alimentaire canadien:  GAC print_eatwell_bienmang-fra
  • Guide alimentaire canadien, femmes 19-50 ans: GAC table_bf-fa_female-femme_age19-50-fra
  • Le Centre de référence de la nutrition de l’Université de Montréal:  www.extenso.org

Allaiter votre bébé

Coliques et pleurs

Contraception et allaitement

Droits du père d’un enfant allaité

Expression manuelle

Freins de lèvre, de langue:

  • Consulter le dossier Freins (de langue et de lèvre supérieure)

Grands-parents et allaitement

Lait maternel

Méthode d’Allaitement Maternel et de l’Aménorrhée (MAMA)

Microbiote

 Poussées de croissance

Sur cette page du site « Naître et grandir », Les bases de l’allaitement 

À l’âge de 2 semaines, autour de 4 à 6 semaines, à 3 mois et à 6 mois apparaissent les « poussées de croissance ». Votre bébé réclamera davantage à boire, parfois toutes les heures. Il vous semblera tellement affamé que vous douterez même de la qualité de votre lait! N’ayez aucune inquiétude. La nature a bien prévu les choses : votre production de lait s’adaptera aux besoins de votre enfant et, très vite, celui-ci aura suffisamment à boire. C’est parfois éprouvant, mais cela ne dure que quelques jours. Un seul conseil : reposez-vous!

Sur cette page de La Leche League, Quand la connaissance des rythmes peut lever des obstacles

Autre élément clé du rythme de l’allaitement maternel, au long cours cette fois : les « jours de pointe ». Ce sont des périodes de quelques jours, que l’on observe souvent à des dates particulières : autour de 3 semaines, 6 semaines, 3 mois, mais aussi avant ou pendant un épisode de développement spécifique à l’enfant : poussée dentaire, acquisition de la marche, épisode de maladie infantile. Ou encore lors d’un événement familial : vacances, déménagement ou autre. Parfois appelés « poussées de croissance », ces phénomènes sont plutôt des épisodes comportementaux transitoires normaux, adaptés au bon déroulement de l’allaitement dans les pays occidentaux. Ils se caractérisent par un changement brutal de rythme de tétées, avec des tétées fréquentes et anarchiques, tout au long des 24 h, pendant plusieurs jours. L’expérience prouve que la réponse adaptée à ce comportement est de répondre sans restriction à cette demande frénétique, en alternant les seins plus que de coutume et en observant les besoins du bébé. Là encore, le caractère normal et surtout transitoire de cet épisode, souvent très déstabilisant, suffit à le rendre acceptable pour la maman, surtout si elle en a eu connaissance avant qu’il ne se présente. La prévention par une information adéquate tout au long de la grossesse et de la période post natale a ici toute sa place ainsi que la cohérence du discours des différents intervenants auprès des parents.

 

Quelques informations sur différents problèmes… que je vous souhaite ne pas avoir

Tabagisme et allaitement

  • Dès qu’il est question de tabagisme, il faut penser au bébé et à sa respiration, que bébé soit dans le ventre de maman, que bébé prenne du lait de sa maman qui fume.  Dès qu’on fume dans le même environnement qu’un bébé, ce bébé (et les autres personnes) deviennent des fumeurs secondaires – eux aussi, ils reçoivent de la nicotine et tout le reste.
    • Le fumeur ne doit jamais dormir avec un bébé. Jamais. Jamais.
    • Si bébé est dans la maison, le fumeur sort fumer dehors et il enfile une « vieille chemise, un vieux vêtement » pour fumer et il l’enlève en rentrant.
  • Smoking cigarettes, La Leche League International

Vitamine D et allaitement