La vie en famille – Jesper Juul

L’auteur est Jesper Juul, danois, enseignant et travailleur social (thérapeute familial).  Ses livres sont traduits en plusieurs langues.  Il dirige « Familylab International ».

J’avais brièvement parlé de cette lecture dans un autre article, « Voyage en avion et équidignité« .

Confrontés en tant que parent au vide laissé par le rejet de l’autoritarisme comme des violences physiques et psychologiques envers les enfants, nous nous sentons aujourd’hui souvent perdus. Nous jouons pourtant toujours un rôle essentiel pour les enfants puisque qu’eux, venus au monde sans expérience, ont besoin de notre leadership adulte. Comment développer alors cette autorité personnelle, nécessaire et constructive pour les enfants ? Comment transformer l’amour que nous éprouvons en gestes affectueux que nos proches ressentent aussi comme des marques d’affection, et cela sans perdre notre propre intégrité ?

Pour répondre à ces défis, Jesper Juul nous invite à nous appuyer sur quatre valeurs – équidignité, intégrité, authenticité et responsabilité. Transculturelles, ces valeurs forment ensemble un socle fondamental auquel nous référer pour établir des relations familiales durablement saines et constructives, une base permettant l’épanouissement social et mental aussi bien durant l’enfance qu’à l’âge adulte. Au travers de ce livre, aujourd’hui référence en Scandinavie et en Europe centrale, il pose ainsi les fondements d’un renouveau du vivre-ensemble et de l’éducation.

La vie en famille – Renouveler les valeurs fondamentales du vivre-ensemble

Jesper Juul, Éditions Fabert (2017) –

Référence: http://www.familylab.fr/mediatheque/livres/

 

 

Unconditional Parenting, Alfie Kohn

Ce livre a été traduit en français: Aimer nos enfants inconditionnellement

Book review: “Unconditional Parenting” by Alfie Kohn

Book Review: “Unconditional Parenting” by Alfie Kohn

I often recommended to parents an article by Alfie Kohn called “5 Reasons to Stop Saying Good Boy/Good Girl”. And I’ve been told many times that parents have found his book “Unconditional Parenting” the most useful parenting book they had read. (…)

 

Unconditional Parenting by Alfie Kohn

1. Working with (instead of doing to)

The biggest message I have taken away from Alfie Kohn’s book is his emphasis to shift towards “working with” our kids as opposed to “doing to”.

“Doing to” strategies are things like threatening, bribing and rewarding our kids as ways to control our children. Instead some “working with” strategies he suggests are:

  • Reconsider your requests – for example, instead of asking “how do I get my child to eat?” instead look at your assumptions, look at what your child needs, and place your focus on offering nutritious food instead.
  • Move to unconditionality – I think we all love our children no matter what they have done; however, we don’t always act this way. Moving toward unconditionality means acting in a way where your child knows you love them for WHO they are, no matter WHAT they do.
  • Talk less, ask more
  • Assume the best from your child – we don’t always see what has happened and know what has gone on. Instead of assuming the worst, you can also assume the best!
  • Give age-appropriate choices

2. Use of praise, rewards and punishment

Alfie Kohn believes that praise, rewards and punishments are all ways of controlling our children. These provide extrinsic motivation to behave in the way we want. But he says this is the wrong type of motivation – better for it to come from the child themselves.

For example, instead of putting a child into time out if he has hit another child, you can get the child to work out what to do to make amends. “I think she feels so bad she is crying. What can you do to make her feel better?” By ending with a question, you give your child a chance to come up with something (even a pre-verbal child!).

3. Use of testing in schools

Alfie Kohn is also very critical of the schools in the US (and many other countries) where there is a lot of focus on test scores. He would like to see school implement interactive, interdisciplinary, and question-based learning to get a deep understanding as opposed to just learning facts. Sounds like a Montessori education would meet many of these requirements.

Hopefully I’ve inspired you to hear more from Alfie Kohn. You can find some of his talks on Youtube. Or you can read his book “Unconditional Parenting” (…)

Référence: http://www.themontessorinotebook.com/unconditional-parenting/

Beaucoup de guides pratiques à l’usage des parents posent comme objectif implicite : « Comment obtenir l’obéissance des enfants ? » Et proposent différentes techniques pour contrôler les enfants.
Ce livre n’est pas une énième méthode ! Alfie Kohn préfère poser la question suivante : « Quels sont les besoins des enfants et comment résoudre les conflits ? »
Il s’agit de faire avec les enfants plutôt que de faire faire aux enfants.
Un besoin fondamental des enfants est l’amour inconditionnel. C’est ainsi qu’ils sont assurés d’être aimés et acceptés quoi qu’ils fassent. Hélas, les approches conventionnelles des punitions, récompenses et toute forme de contrôle, transmettent aux enfants qu’ils sont aimés uniquement lorsqu’ils nous obéissent ou lorsqu’ils nous impressionnent. Sois aimable ! Autrement dit, fais en sorte de mériter notre amour !
L’auteur cite de nombreuses recherches qui montrent la nocivité de toutes ces méthodes. Ce livre nous emmène dans une profonde réflexion sur nos pensées, nos sentiments et nos actes envers nos enfants. Enfin, il invite tous les parents à réfléchir, à se reconnecter avec leur instinct premier, naturellement bon, pour devenir de meilleurs parents.
Référence: https://www.amazon.fr/Aimer-Enfants-Inconditionnellement-Alfie-Kohn/dp/2916032487

Rest Play Grow – Deborah Mac Namara, Ph. D.

Je termine la relecture d’un excellent livre, Rest Play Grow – Making sense of preschoolers or anyone who acts like one based on the relational developmental approach of Gordon Neufeld, par Deborah MacNamara, Ph. D..

Cet ouvrage a été traduit en français, « Jouer grandir s’épanouir: le rôle de l’attachement dans le développement de l’enfant ». 

Jouer grandir

Dr. Deborah MacNamara travaille avec Gordon Neufeld, de l’Institut du même nom, http://neufeldinstitute.com/int/fr/, http://neufeldinstitute.org/

« Fondé sur les travaux du psychologue de renommée internationale Gordon Neufeld, Jouer, grandir, s’épanouir raconte l’histoire du développement des jeunes enfants. Ecrit avec une grande compassion et des anecdotes savoureuses (…).

Avec ce livre, Dr Deborah MacNamara, Ph. D., révèle que le secret pour élever un enfant ce n’est pas de connaître toutes les réponses, mais bien plutôt d’être la réponse de l’enfant. Avec l’attachement comme toile de fond, l’auteure explique très bien la très grande immaturité du cortex préfrontal du tout-petit.  Avec ces prémisses, il devient beaucoup plus facile de comprendre ce que nos tout-petits ont besoin pour s’épanouir et le rôle que leurs parents doivent jouer auprès d’eux – « It lays out how an adult must WORK so that children can REST, so they can PLAY and then GROW ».

J’ai particulièrement apprécié…

  • « In the developmental/relational approach, parents are like gardeners who seek to understand what conditions children grow best in » (…) « Children are like seeds: they need the right warmth, nourishment, and protection to grow. » (…) We need to work not at growing our children up but at cultivating the relational gardens in which they flourish” (pages 16-17)
  • “We believe we can control growth instead of focusing on how we influence the conditions that give rise to it.” P. 25
  • “Master gardeners use science and intuition to know what is needed for good growth and have faith that potential arises from cultivating deep roots to tether all life” (p. 27)
  • “(…) and there is nothing like the force of an immature child to test the maturity level in a parent.” (p. 30)
  • “Until the prefrontal cortex is sufficiently integrated, a young child will remain impulsive and untampered. Brain development continues into adolescence but changes significantly between 5 and 7 years of age.” (p. 31)
  • “Sensitive children have been called “orchid-like”, compared with kids who grow with ease like dandelions.” (p. 35)
  • “Young children don’t think: they react, are moved to attack, and are impulsive – this is the young child in action.” (p. 39).
  • “Young children are unable to operate out of two reference points at a time.” (p. 41)
  • “It is important to bear in mind that young children under the age of 3 have a minimal capacity to play on their own because of intense relational needs.” (p. 67)
  • “Attachment is defined as the drive or relationship characterized by the pursuit and preservation of proximity.” (p, 77).
  • “When they attribute being loved to what they do instead of who they are, they cannot rest.” (p. 89)
  • “With young children, we need to collect their attachment instincts before we direct them.” (p. 96)
  • RELATIONSHIPS BETWEEN ADULTS and children need to be hierarchical for a fulling attachment dance to unfold – the parent needs to lead, and the child needs to follow. This dance is an instinctive one that cannot be commanded.  It is activated when a parent assumes a caretaking stance and creates the conditions for a child to depend on them  The ultimate purpose of attachment is to foster dependence of the immature on those responsible for them.” (p. 103)
  • “We need to dance our way into right relationships with our children by a) ACCEPTING the WORK of the relationship is our responsibility, b) ASSUMING AN ALPHA role by seizing the lead and reading the child’s needs, and c) PROVIDING more than is pursued so that our provision of care more than satisfies their hunger for connection.” (p. 122)
  • “AS EMOTIONAL CREATURES, young children are predictably unpredictable.” (p. 124)
  • “Parents need to work at providing the conditions to grow children into emotional maturity instead of commanding them to act emotionally mature.” (p. 127)
  • “The antidote to thwarted expression is conveying to a child that all of their emotions are welcome and won’t lead to separation.” (p. 135)
  • “We need to help a child understand this powerful reservoir of emotional energy inside of them.” (p. 152)
  • “A child is moved to attack by the emotion of frustration; this is where a parent needs to focus.” (p. 171)
  • “When a parent conveys what doesn’t work, they need to convey that the relationship is still intact.” (p. 175)
  • “Attachment is the doorway through which separation opens up; attachment and separation are like opposite sides of the same coins. (…) In other words, if separation (ex. Bedtime, separation) is the problem, attachment is the solution.” (p. 179)
  • “Parents will need to cultivate attachment villages to raise their children in (…)” (p. 186)
  • “Bridging will work to reduce separation alarm only when the child has a right relationship with their adult.” (p. 189)
  • Chapter 9 – “You’re not the boss of me”, understanding resistance and opposition.
    • “The counterwill instinct preserves a parent’s rightful place in a child’s life as being the one to lead and take care of them.” (p. 204)
    • “When attachment is strong, counterwill is weak or nonexistent. When attachment is weak, counterwill reactions will be strong.” (p. 206)
  • “Maturity is the answer to immature behavior – discipline is what adults do to impose order on the disorder of immaturity.” (p. 223)
  • “Good discipline means not letting a child’s behavior be more important than the relationship.” (p. 237)
  • “From a child’s perspective, good discipline means an adult still believes in them and knows they will get it right one day.” (p. 237)
  • “Attachment is a child’s greatest need” (p. 230)
  • “Parents can be firm on behavior but easy on the relationship.” (p. 242)
  • “Being a parent is more than just a list of things we do; it is about who we are to our children and who we become because of loving them.” (p. 253)
  • “Children shouldn’t have to perform to be loved; they should be loved regardless how they perform.” (p. 256)
  • “Being a gracious parent is what it means to unconditionally love a child – it is how we become their place or rest so that they can play and grow. “ (p. 257)
  • “We cannot become our child’s answer through books, someone else’s mantras, or directions. This place must be born inside us from alpha instincts and vulnerable emotions. It is as much about caring as it is responsibility.” (p. 257)
  • “As adults, we face forward into aging and separation, but in holding on to our children, we are forced to look back to our beginnings. Nature ties the ends of our life cycle together, the old connected to the new, the endings fused to the beginnings, opposites entwined, the paradoxical rendered seamless, endless.  These invisible ties of relationships hold us together – the human cycle unfolding generation after generation.” (p. 258)

Bonne lecture!

 

Voyage en avion et équidignité

Le 5 novembre 2017, la chronique de Marc Cassivi, La Presse, s’intitulait »Les meilleurs sièges » .  Dans un vol nolisé Londres-Lisbonne, il décrit le comportement d’un enfant de 2-3 ans et de sa maman, jeune vingtaine, qui en avait plein les bras avec son bambin.  Alors que celui-ci jouait avec la tablette du siège devant lui, une vieille dame s’est levée, l’a fusillé du regard et, sans avertissement, a insulté vertement sa mère, une femme dans la jeune vingtaine, devant tout le monde.

Aujourd’hui, Marc Cassivi reprend cette histoire, « Le cliché de l’enfant-roi », car il a reçu des commentaires des lecteurs.  Marc Cassivi dit:

Je suis sans doute naïf, mais je ne m’attendais pas à ce qu’une majorité de lecteurs prennent le parti de cette vieille dame effrontée. C’est pourtant ce qui est arrivé. Le courrier a d’ailleurs été particulièrement abondant en sa faveur.

Une histoire très intéressante… Prendre l’avion, c’est un stress pour tous les passagers – pensons aux espaces exigus, aux consignes de sécurité à respecter, et tout le reste.  Bien sûr, tous les passagers ont le droit à leur quiétude, à leur « bulle ».  Évidemment, un bambin de 2-3 ans bouge et explore son environnement – c’est un enfant qui se comporte comme un enfant et qui ne comprend pas nécessairement la portée de ses gestes d’exploration car son cerveau n’est pas assez développé pour analyser, prévoir, anticiper.  En outre, la mère de ce bambin a un pouvoir limité sur celui-ci:  oui, elle peut l’emmener marcher dans l’allée en autant que ce soit le « bon » moment, pas le temps de l’atterrissage, du décollage, des perturbations, du service de repas/collations.

Je ne peux m’empêcher de penser que le bambin du vol Londres-Lisbonne, ça pourrait être ma petite-fille, Juliette… je l’imagine entre 2 sièges, dans un avion… ce serait sûrement toute une aventure…  Et pas besoin de prendre l’avion pour vivre une situation « intéressante »… Ce matin, j’ai reçu le vaccin anti-grippal.  J’étais entourée de personnes âgées qui marchaient lentement, qui sortaient lentement leurs papiers, qui s’exprimaient lentement, qui ne comprenaient pas du premier coup la question posée… Évidemment, moi, avec mes 20 ans de moins qu’eux, j’étais « une jeunesse », mon temps avec l’infirmière a été très court… 😊 En même temps, ces personnes âgées, ça aurait pu être ma mère, mon père, ma belle-mère… et demain, ce sera mon conjoint et moi qui serons des personnes âgées, ralenties par les années…

Jesper Juul, thérapeute familial danois a écrit « La vie en famille – renouveler les valeurs fondamentales du vivre-ensemble ».  Dans la vie familiale, cet auteur nous invite à nous appuyer sur 4 valeurs : l’équidignité, l’intégrité, l’authenticité et la responsabilité.  Jesper Juul dit que

(…) la notion d’équidignité fait référence au besoin fondamental de tout être humain d’être vu, entendu et pris au sérieux en tant qu’individu. (…)  (p. 25)

La question n’est donc pas de savoir si les adultes ont le pouvoir, mais bien de savoir comment ils en font l’usage et c’est sur ce point précis que l’équidignité est la valeur la plus constructive.  Se sentir considéré comme étant de même dignité est tout le contraire d’être rabaissé, dominé, catalogué, ridiculisé, ou de sentir qu’on nous donne une leçon, mais cela n’a rien à voir avec le fait d’être gentil ou raisonnable,  Nous pouvons tout à fait nous considérer l’un l’autre comme étant de même dignité tout en étant furieux ou malheureux. (p. 26)

Un des aspects les plus importants de l’équidignité – et cela concerne aussi les relations entre adultes et enfants – est qu’elle est le terreau de la réciprocité. (…)  Notamment que chaque membre du système, de par le fait qu’il fait partie d’une même communauté, influence les autres et subit en retour leurs influences.  Ce à quoi je fais référence est une forme bien plus conscientisée de réciprocité où les partenaires sont constamment enclins à apprendre les uns des autres et, en conséquence, à s’épanouir.  Les enfants peuvent dans une très large mesure nous apprendre au travers de leurs réactions, par exemple comment nous comporter de manière plus constructive envers chacun d’eux. (p. 39)

Cette notion d’équidignité apporte un tout autre éclairage à cette histoire en avion…  Je crois que le fils aîné de Marc Cassivi a compris ce principe d’équidignité :   à l’aller, le tout-petit s’est pris d’affection pour cet ado qui, mettant en pratique sa formation de gardien averti, l’a diverti du mieux qu’il pouvait.  Bravo!

Situation intéressante, hein…?  Vous, comme parent de ce bambin, qu’auriez-vous fait?  Qu’auriez-vous fait à la place de la dame qui ne voulait pas de coups de pied dans le dossier de son siège…?  J’attends vos réponses 😊

« Les premières fois… »

Ce matin, La Presse+, « La première fois que… bébé dort dans son lit« , Mélissa Proulx.

La première nuit a été éprouvante. Seuls les bras de ses parents semblaient apaiser le petit Edward de 7,5 lb qui pleurait sitôt qu’on le déposait dans son moïse installé dans la chambre de ses parents.

Le dodo de son bébé, ses pleurs… des sujets chargé d’émotions surtout pour ses parents. Le développement de l’enfant est parsemé de plusieurs « premières fois » qui l’amènent vers l’autonomie et l’indépendance, valorisées dans notre société – et c’est très bien ainsi. Connaitre le développement type d’un enfant permet aux adultes qui vivent avec l’enfant d’ajuster leurs demandes à son stade de développement – après tout, ce n’est pas en tirant sur une fleur qu’on la fait grandir plus vite!

Il y a un temps pour chaque étape: Dr Brazelton disait que pour se détacher, il fallait d’abord s’attacher.  Il comparait aussi les enfants à des bateaux: si un bateau a « sa » place dans un port, il se sent en « sécurité » d’aller explorer le vaste monde car il sait qu’il aura toujours « sa » place dans ce port pour venir se ressourcer, se restaurer- même chose avec un enfant… il pourra explorer la tête et le cœur en paix s’il sait que sa maman et son papa sont là pour lui….  À la naissance, bébé sort d’un milieu où tous ses besoins étaient comblés.  Il arrive dans un monde où tous ses besoins sont à combler.  Il découvre l’inconnu avec du connu, sa maman…  Évidemment, durant ses premiers mois de vie, ses besoins de proximité avec sa maman et son papa seront presque constants (et vraiment très exigeants pour sa maman et son papa)… à un moment de sa vie où son cerveau n’est pas assez développé pour manipuler, manigancer et tout ce qui s’y apparente. Sa survie dépend de la réponse à ses besoins et en bâtissant ce lien d’attachement, il façonne sa façon d’être.  Bowlby a parlé d’attachement dans les années 1960.  Ces notions d’attachement et de lien de soins prennent maintenant tout leur sens avec les imageries du cerveau et les neurosciences d’aujourd’hui…

Des réponses toute faites, il n’y en a pas.  Les parents doivent s’informer… Si ça vous tente, j’ai déposé des informations dans un dossier « Sommeil » sur mon site, https://louisegodin.com/parents/parents-dossiers-2/parents-dossier-sommeil-du-bb/  Ensuite, assoyez-vous avec l’autre parent de votre enfant et partagez l’information reçue, partagez aussi ce que dit votre « p’tite voix » du cœur…  Prenez une décision ensemble, une décision avec laquelle vous serez « bien », chacun de vous… Demain…?  C’est encore loin…  Au pire, vous essaierez autre chose… après tout, Winnicott disait que les enfants n’ont pas besoin d’un parent parfait… En attendant, si on essayait de profiter d’aujourd’hui avant que demain soit là…?  Dans « pas long », vous verrez, il volera de ses propres ailes et il aura son nid à lui…

 

Ministère des tout-petits…

Hier, 20 novembre, c’était la Journée internationale de l’enfance.  Cette Journée marque le lancement de la Grande semaine des tout-petits.  Ce matin, Dre Gaëlle Vekemans, La Presse+, résume bien certains droits des enfants avec chacune des lettres du mot ENFANTS.

Toujours dans LaPresse+, ce matin, un article de Gabrielle Duchaine   « La violence familiale encore répandue » révèle que « La moitié des enfants de moins de 6 ans ont déjà été victimes de violence physique à la maison, et presque autant y subissent des agressions psychologiques répétées,(…) »

Madame Duchaine, dans son article, rapporte les paroles de  Jean-Pierre Hotte, ancien directeur général des centres jeunesse, président d’Avenir d’enfant et porte-parole de la Grande semaine des tout-petits: « Quand on voit le vieillissement de la population, avec des baby-boomers qui ont mille et une façons de mettre de l’avant leurs priorités, il y a un risque pour les tout-petits d’être oubliés. C’est souvent vu comme strictement l’affaire des parents »

À Québec, une personne occupe les fonctions de ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport et de ministre de la famille.  Toujours à Québec, il y a un ministre responsable des Aînés et de la Lutte contre l’intimidation.  Au Canada, il y a le ministère des enfants, de la famille et du développement social.  C’est novateur… sauf que considérant tout ce qui se passe pendant la grossesse et durant la petite enfance, considérant que cette période 0-5 ans est la base sur laquelle se construit l’adulte de demain, quand est-ce qu’il y aura un ministère des tout-petits…?

Références:

  • Article de Dre Gaëlle Vekemans: http://plus.lapresse.ca/screens/e260affe-672a-424c-82e7-cefcfba5175a%7C_0.html.
  • Article de Gabrielle Duchaine, http://plus.lapresse.ca/screens/e2765f8f-4848-4c94-8f5a-1776cd944647%7C_0.html
  • Grande semaine des tout-petits sur le tout nouveau site « Observatoire des tout-petits »: http://www.tout-petits.org/evenements/2016/grande-semaine-des-tout-petits/

« Mères pas parfaites »…

Samedi 25 juin, La Presse+, le dossier de Suzanne Colpron, « Mères pas parfaites« : tout un sujet… Jeudi dernier, j’étais chez MAM à Saint-Hubert.  On m’avait demandé de parler du sommeil à la « Pause MAM »… pour moi, ça a été un moment de pur bonheur de côtoyer ces mamans et leurs petits.

Parler du sommeil des tout-petits, c’est « simple »… leurs cycles d’éveil et de sommeil s’organisent à mesure que leur cerveau se développe; selon Dr Brazelton, pédiatre américain, un tout-petit dormirait une nuit vers l’âge de… 3 ans.  Ça se comprend:  à la naissance, le cerveau de nos petits a environ 25% de la taille du cerveau de l’adulte et à 1 an, leur cerveau a environ 75% de la taille du cerveau de l’adulte.  Au cours des premières semaines de vie, une « belle nuit » du bébé, c’est 3-4 heures de sommeil… en autant que durant les 20-21 heures qui restent, il prend 10-12  tétées, il mouille plus de 6 couches et il fait des selles.  À ce stade, une tétée peut facilement durer 45 minutes…  C’est sans compter les tétées groupées de fin de journée et aussi, les périodes d’orages… Sortez vos calculatrices… Je vous entends dire: « Une maman qui allaite, surtout durant les premières semaines, … »  Voilà, vous l’avez dit, j’en suis pas mal certaine… « …une maman qui allaite ne fait pas grand chose à part allaiter » même les mamans le disent.  Sincèrement, combien de fois l’avez vous entendue, cette phrase-là…? Moi, je peux vous dire que je l’ai entendue souvent.  Avoir un nouveau bébé, être la maman de ce nouveau bébé, c’est un « travail » en soi, non…?

Nous visons tous et toutes ce qu’il y a de mieux… et c’est peut-être encore plus vrai quand nos enfants sont au cœur de notre vie.  Jeudi, à la « Pause MAM », les mamans disaient  « Oui, mais à travers ma fatigue, à travers les tétées et les soins du bébé, il faut que je prépare le souper, que je fasse le lavage, que je… »  et aussi « Oui, mais mon bébé, si je ne reste pas à côté, il ne fera pas de sieste »…   Une maman avait un peu plus de vécu: elle en était à son 2e bébé.  À quelques reprises, elle a exprimé qu’à un moment donné, n’en pouvant plus, elle acceptait des comportements de son ainé qu’initialement elle refusait.  C’est comme si ces nouvelles mamans ne s’autorisaient pas à se reposer, à prendre soin d’elles et elles le font quand elles sont poussées au pied du mur…  Avec le recul du temps et la sagesse qu’apportent les années ( 🙂 ), je crois que, dans le fond, la vie est très bien faite…  Une maman vit une grossesse, un accouchement « une expérience extrême* » (parfois doublé d’une césarienne, soit une chirurgie abdominale) et ensuite, 24 heures par jour et 7 jours par semaine, elle vit avec son bébé qui arrive d’une autre planète, un « Voie-lactien« … Comment peut-elle, logiquement, humainement, faire la vie d’avant bébé avec ce bébé qui impose ce rythme incroyable les premières semaines?  Comment peut-elle donner à son bébé de l’attention, de l’amour, des soins si elle est fatiguée, si elle a faim, si elle ne prend pas soin d’elle…?  Oui, je crois que la vie est vraiment bien faite dans la mesure où la vie pousse maman à mettre ses besoins humains de repos et d’alimentation appropriée au premier plan…

Dans le cadre de ma pratique, j’invite chaque nouvelle maman à suivre l’horaire de son bébé, « tout simplement »: « Si bébé dort, reposez-vous et s’il tète, prenez une collation avec des protéines, et ce, jour et nuit ».  Je leur suggère « tout simplement » de s’alimenter, de se reposer et les mamans qui le font se sentent mieux et profitent mieux de la vie et de leur « voie-lactien », elles se sentent plus solides pour les moments de tempête.  C’est vrai…, il y a le souper à préparer, le lavage (et tous les autres « …age », ménage, repassage, époussetage…), les fleurs à planter, les photos à classer et les nombreux items sur les multiples listes que la plupart des femmes font quand elles arrêtent de travailler… « à l’extérieur », listes que bien souvent elles n’ouvrent même pas… et dont elles parlent avec un peu-beaucoup de culpabilité pendant leur « congé de maternité » (toute une expression, celle-là)… Oui,  et ce tout-petit que maman a « tricoté », qu’elle a mis au monde, qu’elle allaite… ne pourrait-il pas être la « bonne excuse » de maman pour vivre au rythme de ce petit les premières semaines?  Est-ce que maman-papa, en démarrage de famille, ne pourraient pas confier les « …ages » à l’entourage, à leur village…?

Isabelle Filliozat dans « Il n’y a pas de parent parfait – L’histoire de nos enfants commence par la nôtre », dit entre autres, p. 45:

Un enfant n’a pas besoin de parents parfaits, il a besoin de parents suffisamment bons, c’est-à-dire de parents qui, bien entendu, tentent de faire pour le mieux pour s’occuper de lui, qui le protègent et le nourrissent, qui évitent de le blesser, de le frustrer excessivement, mais qui se savent capables d’erreurs et se montrent aptes à les reconnaître.  Un enfant veut rencontrer non un rôle en face de lui, mais une personne, une vraie personne,  avec ses émotions et ses propres besoins, ses pensées et ses valeurs, ses compétences et ses limites.

Tellement vrai… Nous sommes des êtres humains.  La femme qui porte un enfant, le met au monde, l’allaite, fait un don de soi incommensurable…  Ce n’est pas tout:  bébé, en sortant du ventre de sa maman, a besoin d’elle comme point d’ancrage, de sécurité, dans ce monde si nouveau pour lui et il en a besoin, de sa maman à lui, 24 heures par jour, 7 jours par semaine.  Bébé s’attache d’abord à sa maman à lui puis, au fil des jours, il s’attache à son papa à lui et bébé étire ses liens d’attachement aux autres personnes qui le côtoient.  Au début de sa vie, bébé a besoin de sa maman à lui… dans un monde idéal, ce n’est pas interchangeable.  Oui, papa est là – durant les premières semaines, son rôle est davantage de nourrir maman (d’amour et d’aliments santé) afin qu’elle puisse « nourrir » bébé (le lait maternel est un aliment d’amour et de santé 🙂 ).  L’idéal pour ce petit « voie-lactien », c’est re-trouver sa maman à lui, retrouver en dehors de son ventre celle qui a accepté de le loger en elle et qui lui a fourni les matériaux nécessaires à une première partie de sa construction. Cette maman a fait tout un travail depuis la conception de son tout-petit et maintenant, en l’allaitant, en restant avec lui, en vivant les hauts et les bas de sa courte vie,  elle poursuit la construction d’un être humain, d’un homme d’une femme de demain, rien de moins…  Autant c’est grand, autant c’est exigeant pour sa maman, son papa.

La vie, c’est un grand cercle.  Maman donne beaucoup d’elle-même en mettant au monde un enfant.  C’est dans l’ordre naturel des choses que maman reçoive, ensuite…Chaque maman mérite que nous lui rendions hommage… Et selon moi, rendre hommage à une maman, c’est, entre autres, faire tout ce qu’on peut pour qu’elle puisse suivre l’horaire de son tout-petit les premières semaines, pour que « son corps sa tête son cœur »puissent reprendre leur souffle.  Rendre hommage à une maman, c’est aussi s’asseoir près d’elle et être à son écoute, se préoccuper vraiment et sincèrement du « comment elle se sent en dedans ».   Rendre hommage à une maman, c’est aussi changer notre vocabulaire. Mon conjoint l’avait compris d’instinct:  nous faisions des rénovations à la maison et j’étais enceinte de notre 3e bébé.  Mon ventre plein de vie limitait mes mouvements.  J’ai alors dit à Luc que ça m’enrageait de ne rien faire… ce à quoi il a répondu que j’étais occupée à faire un bébé 🙂 .  Lui, il avait compris…

Finalement, maman doit apprendre à demander et aussi, accepter de recevoir: quand son village lui rend hommage, elle devrait accepter ces hommages, elle devrait accepter d’être entourée,  elle devrait accepter de ralentir son pas pour suivre le rythme de son tout-petit les premières semaines.  Saviez-vous qu’il existe des sociétés où les femmes acceptent d’être dans un cocon avec leur bébé les premières semaines et d’être prises en charge par les femmes de leur clan?  Ces nouvelles mamans vivent très peu de symptômes d’état dépressif.  Intéressant…  À bien y penser, tous les « …age » qui doivent être faits aujourd’hui, devront être re-faits demain et après demain.  Et je suis à peu près certaine qu’il est toujours possible de trouver quelqu’un pour s’en occuper – bien sûr, ce ne sera jamais fait comme si c’était maman qui le faisait… et puis…?  Est-ce si grave que ça que les serviettes lavées soient pliées autrement, que les assiettes propres soient à gauche, que  le yogourt acheté soit un peu plus riche en matières grasses?  Papa a aidé l’aîné de 3 ans à s’habiller… sauf que le choix des couleurs laisse à désirer, selon maman… Ce n’est pas parfait… par contre, l’aîné est habillé et il a l’air tellement heureux avec son papa à lui…  Est-ce si grave que ça que ça ne soit pas parfait…?   Peut-être pas tant que ça…si ça permet à maman de prendre le temps de vivre, de sentir son tout-petit s’endormir, blotti contre elle, de capter son premier sourire, de plonger ses yeux dans les yeux de son tout-petit quelques secondes d’éternité… de goûter « parfaitement » et « tout simplement » à ces moments magiques qui eux, ne passent qu’une fois dans la vie…

Suzanne Colpron termine son article en disant « On t’adore, maman, mais tu ne peux pas être parfaite, m’ont dit mes enfants. La perfection, ça n’existe pas. Être une mère, c’est compliqué. »  Oui, c’est vrai… et je souhaite, à toutes les mamans, une vie…parfaite de moments magiques et imparfaite de tous les « …age » 🙂

* Isabelle Filliozat, « Il n’y a pas de parent parfait », p. 184

1990-07-15 Louise, CA, JF

Saviez-vous que… / 2

17. Chapitre 5, Comportements de l’enfant

Ce chapitre commence en mentionnant que la raison première qui incite une femme à cesser l’allaitement, c’est sa croyance (souvent fausse) que sa production de lait est insuffisante.

Il y a 6 états comportementaux chez tous les bébés:

  1. Les pleurs:
    • Le nouveau-né n’a pas de larmes car les canaux lacrymaux (canaux des larmes) sont bloqués jusque vers 2-4 mois.
    • Consoler un bébé, ça prend du temps.  Le nouveau-né a des habiletés limitées à filtrer les stimuli de son environnement.  De plus, certains enfants naissent avec plus d’habiletés que d’autres à filtrer les stimuli et à se réguler.  Avec la maturation de son cerveau, le bébé en viendra à adopter des comportements d’auto consolation – par contre, ces comportements d’auto consolation ne devraient pas être un signe de laisser ce bébé s’arranger tout seul mais plutôt un signe que ce bébé vit un stress et qu’il aura besoin de l’aide de sa maman-son papa pour être consolé/régulé entièrement.
  2. Éveil actif / active alert: l’enfant peut être agité et maussade, sa respiration est irrégulière.
  3. Éveil calme / quiet alert: état où l’enfant est le plus attentif et réceptif, sa respiration est régulière.
  4. Somnolence / drowsy: le bébé a peu d’intérêt à communiquer, sa respiration est irrégulière.
  5. sommeil léger / active-light sleep: c’est l’étape du rêve, du Rapid Eye Movement (REM), sa respiration est irrégulière, le bébé bouge dans son sommeil, le bébé peut être réveillé et c’est tant mieux car ça le protège du Syndrome de la Mort Subite du Nourrisson.
  6. sommeil profond / quiet-deep sleep: c’est la période restorative, la respiration est régulière, le corps est relâché, le sommeil est profond, c’est très difficile de réveiller le bébé à cette étape (et le réveiller avec une débarbouillette froide n’est vraiment pas une bonne idée 😦 )

À mesure que le cerveau du bébé mature, le bébé devient de plus en plus habile à réguler ces différents état d’éveil et de sommeil.

L’enfant, dès sa naissance, communique avec sa maman et son papa: il présente des signes d’engagement qui veulent dire « Oui, je veux te parler » et des signes de désengagement qui signifient « Non, arrête, je n’en peux plus ».

Le bébé utilise plusieurs signaux pour indiquer ses différents besoins.  Certains de ses signaux peuvent être non spécifiques et les parents peuvent avoir besoin d’un peu de temps pour déchiffrer et comprendre leur bébé.  Par contre, maman-papa doivent s’attendre à une escalade des moyens du bébé pour se faire comprendre si on ne le comprend pas assez vite selon lui, c’est-à-dire les pleurs….

Les pleurs peuvent signifier plusieurs choses autres que « J’ai faim ».  Les pleurs persistants se rencontrent chez 20% des bébés et sont rarement l’indication d’un problème de santé. Barnard (2010) croit que la répétition des gestes pour calmer le bébé serait une bonne tactique.  Il nous présente l’acronyme REST pour: Régulation, Entrainement, Structure, Toucher.  Donc, l’adulte chante au bébé, le berce, lui chuchote des mots doux, dans le même ordre, avec le même ton doux.

Le sommeil:

  • Les cycles du sommeil du bébé sont de 60 minutes tandis que chez l’adulte, ils sont de 90 minutes.
  • Le nouveau-né s’endort en sommeil léger et 20-30 minutes plus tard, il passe en sommeil profond.  Les adultes s’endorment en sommeil profond.
  • Un nouveau-né peut dormir une quinzaine d’heures par 24 heures, quoique ce nombre varie beaucoup d’un bébé à l’autre.
  • Les patrons de sommeil changent à mesure que l’enfant vieillit: vers 12-16 semaines, l’enfant commence à s’endormir en sommeil profond et les éveils de nuit diminuent.
  • Entre 2-6 semaines, le bébé peut dormir 2 à 4 heures d’affilée.
  • À 3 mois, les états d’éveil et de sommeil se consolident, les rythmes circadiens commencent à suivre le cycle jour/nuit et les hormones cortisol et mélatonine deviennent endogènes (fabriqués par le bébé).  Le bébé peut dormir environ 4 heures d’affilée à cette étape.
  • Vers 6 mois, les bébés peuvent dormir environ 6 heures sans interruption.
  • Un bébé qui s’éveille la nuit, c’est un bébé en santé: à la naissance, le bébé est incapable de répondre seul à ses besoins de chaleur, de nourriture, de confort.  Il a besoin de sa maman-son papa.  Plus il vieillit, plus il devient autonome, moins il a besoin de sa maman-son papa.
  • Les patrons et les stades d’éveil et de sommeil dépendent de la maturation du cerveau du bébé.  En même temps, maman papa peuvent adopter des mesures qui facilitent le sommeil du bébé: environnement calme et sans écran en soirée, lait de maman sans caféine en soirée, etc.
  • Des études ont démontré que la maman d’un bébé allaité dormirait 45-47 minutes de plus par nuit que la maman d’un bébé non allaité.  Un autre auteur dit qu’entre 2 semaines et 4 mois, le bébé allaité dort plus longtemps quoiqu’il ait ces périodes de sommeil soient plus courtes que chez le bébé non allaité.
  • Finalement, mettre des céréales dans le biberon de nuit d’un bébé ne le fera pas dormir plus longtemps… désolée!

Saviez-vous que…

#1. L’efficacité (millilitres/minute) du bébé à prendre le lait de maman augmente avec l’âge: 6.6 mL/min à 1 mois puis 21.2 mL/min à 6 mois. (Core Curriculum, 2013, p. 308).
#2. « Suck-swallow-breathe »/ tète, avale, respire: ça solliciterait 26 muscles + 6 nerfs crâniens + 22 os (Core curr., 2013, p. 278 et GOLD Conferences)
#3. Le bébé qui a des joues bien rondes est privilégié: ses joues procurent une stabilité durant la tétée et contribuent à former un sceau (« seal ») étanche avec les lèvres. (Core curr., 2013, p. 309)
#4. Le frein de langue se forme dans le ventre de maman et est supposé régresser durant la 2e partie de la gestation. (Core curr., 2013, p. 281)
#5. Dans les dernières semaines de grossesse, bébé avale à peu près la moitié du volume total de liquide amniotique chaque jour. (Core curr., 2013, p. 303)
#6. Bébé, dans le ventre de sa maman, est familier avec la senteur du liquide amniotique. Après sa naissance, il garde une préférence pour les objets qui sentent le liquide amniotique de sa maman. Cette préférence change 4-5 jours après la naissance: bébé préfère alors ce qui sent le lait de sa maman. (Core curr., p. 500)
#7. Après la naissance, il est possible que bébé soit dans un état d’éveil calme jusqu’à 2 heures après la naissance. Maman et bébé en peau à peau baignent dans un cocktail d’hormones dont la prolactine (hormone qui produit le lait), l’ocytocine (hormone de l’amour), les endorphines (hormone du calme). Cette période de premier contact maman-bébé est un jalon important pour l’attachement bébé-maman et pour le lien de soins maman-bébé et papa-bébé. L’intimité de la nouvelle famille devrait être assurée à ce moment charnière de leur nouvelle vie. (Core curr., pp. 502 à 505)
#8. Maman devrait être encouragée à allaiter bébé dès qu’il démontre des signes de faim. Un bébé qui pleure est un bébé désorganisé qui a peut-être très faim. (Core curr., p. 512)
#9. Dans des conditions optimales, la production abondante de lait commence 30-40 heures après le retrait du placenta de l’utérus. Chez les « western mothers », c’est entre les jours 2 et 4. (Core curr., p. 818)
#10. Certaines thérapies peuvent aider maman à augmenter sa production lactée. La chiropractie, entre autres, pourrait contribuer à corriger une subluxation interférant avec la voie empruntée par les nerfs impliqués dans la lactation. (Core curr., p. 835)
#11  Contraception: le retour des menstruations chez la maman qui allaite est très variable.  Ce qui est intéressant, c’est que la menstruation peut avoir été précédée d’une ovulation…  En période de menstruation, la composition du lait maternel ne change pas; cependant, le goût du lait peut changer et bébé peut être maussade voire même refuser le sein. (Core curr., p. 70).
#12 Durant la grossesse, les couples ayant un niveau plus élevé de soutien des proches rapportent un niveau plus bas de détresse à 6 semaines post partum. (Core curr., p. 66)
#13 Bocar et al. (1987) ont établi des étapes dans l’acquisition du rôle parental: anticipative, formelle, informelle et personnelle.  Cette dernière étape, personnelle, arrive quand les parents modifient leurs pratiques et évoluent vers leur propre style parental.  Les parents qui adoptent des modes de parentage plus rigides comme « laisser pleurer bébé », « tétées à des heures précises » arrivent très difficilement à cette étape de parentage personnel. Quand les parents adoptent un mode de parentage plus rigide, différentes situations peuvent se présenter: diminution de la production lactée, ralentissement du gain de poids du bébé, refus du bébé de prendre le sein.  Les bébés qu’on laisse pleurer peuvent démontrer du détachement, des symptômes d’état dépressif, des problèmes alimentaires, des comportements d’auto stimulation et d’auto apaisement précoces. (Core curr., p. 67)
#14 Les indicateurs clé d’un lien de soins sécure entre le parent et son bébé sont la sensibilité et la réactivité du parent à son bébé.  L’attachement sécure du bébé envers son parent à 12-18 mois est relié à une meilleure habilité de l’enfant à résoudre des problèmes à 2 ans et aussi à de meilleures compétences sociales de cet enfant à 3 ans. (Core curr., p. 68)
#15 Il n’y a pas que les hormones de maman qui varient quand elle entend son bébé pleurer… celles de papa aussi: ses niveaux de prolactine et de testostérone augmentent. (Core curr., p. 69)
16.  Chapitre 4, Core curriculum, ajustements émotionnels post partum et chapitre 6, santé mentale de la mère et l’allaitement
  • 50%-80% des femmes en post partum éprouvent une détresse émotionnelle 2-3 jours après l’accouchement.
  • Ces blues sont plus fréquents chez une primipare (maman la 1ère fois).
  • Il faut songer à consulter si ces blues durent plus de 2 semaines.
  • 10% des papas peuvent vivre une dépression: ceux qui ont seulement leur conjointe et les collègues de travail pour ventiler sont plus à risque de souffrir de dépression.
  • Chez la maman qui allaite, le succès de l’allaitement est en partie relié au support/soutien qu’elle reçoit (dans l’ordre d’importance) de son conjoint, des grands-parents du bébé, de son médecin/professionnels de la santé consultés.
  • L’allaitement protège la santé mentale maternelle.  En même temps, l’allaitement problématique peut augmenter les risques de dépression chez maman.
  • Les chercheurs en psychoneuroimmunologie ont découvert que l’inflammation est impliquée dans la pathogenèse de la dépression.  Le corps humain, en réponse à un stress, augmente, entre autres, les cytokines pro inflammatoires.
    • Donc, tout ce qui découle de la maternité représente un stress et place maman à risque de souffrir de dépression: expériences de naissance négatives, bébé malade/prématuré, sommeil perturbé, fatigue, problèmes de santé (anémie, hypothyroïdie, infection, rhume, etc.)  plaie, douleur, trauma psychologique, etc.
    • Une naissance très stressante peut retarder le démarrage de l’allaitement (lactogenèse II).
    • Le niveau d’inflammation augmente de façon très significative dans le dernier trimestre de la grossesse.
    • L’allaitement (non problématique, évidemment) aide à régulariser les réponses du corps au stress, abaisse les hormones de stress et l’inflammation – c’est la raison pour laquelle on dit que l’allaitement qui va bien peut protéger maman de la dépression.
    • L’allaitement protège la santé mentale de maman en améliorant la quantité et la qualité de son sommeil.

Les traitements?

  • les Omega 3
  • la thérapie de la lumière
  • l’exercice modéré réduit l’inflammation
  • la psychothérapie
  • un antidépressant: présentement, une seule classe d’antidépressants est contre indiquée pendant l’allaitement.

Commentaire personnel: je propose à toute maman qui me consulte de répondre aux tests de symptômes d’état dépressif et d’anxiété.  Ça ouvre la porte à prendre du temps pour parler, avec maman et parfois avec papa, de leurs ressentis.

 

 

#11. Le temps de vidange de l’estomac est de 51 minutes chez le bébé recevant de la préparation commerciale pour nourrissons et de 25 minutes chez le bébé recevant du lait de sa maman. (Core curr., p. 531)

Nos enfants, les bateaux et le temps…

Ce matin, dans La Presse+,  un dossier de Silvia Galipeau, L’enfance en voie de disparition.  Madame Galipeau s’est entretenue avec l’auteure du livre The importance of Being Little, What Preschoolers Really Need from Grownups, Erika Christakis.  Madame Christakis, une américaine, est éducatrice de la petite enfance (« early childhood educator ») au Yale Child Study Center.  Elle a gradué en anthropologie au Harvard College avec une mention d’honneur.  Elle détient des maîtrises: une de l’Université John Hopkins, une autre de l’Université de Pennsylvanie (communication) et une troisième de l’Université Lesley (éducation).  Elle est professeure certifiée dans l’état du Massachusetts (pré-maternelle jusqu’à la 2e année).  Elle a aussi 3 enfants.  En octobre dernier, un courriel de madame Christakis avait fait des vagues au Yale Child Study Center où elle donnait des conférences.  En prévision de l’Halloween qui approchait, un comité de ce Centre avait envoyé un mémo aux élèves, leur demandant de choisir un costume d’Halloween qui ne ridiculiserait personne, surtout les personnes minoritaires soit par leur race, leur nationalité, leurs croyances religieuses ou leur orientation sexuelle.  Madame Christakis félicitait le Centre de se préoccuper des minorités en prônant la tolérance des élèves mais elle croyait que la responsabilité de décider ce qui est une offense ou non appartenait aux enfants et non pas aux administrateurs.  La réponse du Centre? Ils l’ont congédiée…

Madame Christakis, dans l’entrevue qu’elle a donnée à Silvia Galipeau, dit:

128-27 (2)

Les enfants ont besoin de temps. Or, trop souvent, les journées sont découpées en activités minutées, qui laissent trop peu de place à la créativité, au jeu, à la possibilité de creuser un sujet ici, une idée là. « Il faut des horaires centrés sur les besoins des enfants. »

« Il faut être en relation avec l’enfant », résume l’auteure. Et cela doit se traduire par un enseignement adapté, dit-elle. Un exemple ? À 3 ans, les enfants sont dans la pensée concrète. Oubliez l’enseignement des planètes, dit-elle. « Incroyablement abstrait. »

Madame Christakis ajoute:

« the distinction between early education and official school seems to be disappearing. » / « la distinction entre l’éducation en petite enfance et l’école semble disparaître »(traduction libre)

Évidemment, tout cela passe par les enseignants, et la valorisation d’un métier sous-payé, conclut-elle. « Il faut payer pour la qualité. »

Madame Christakis fait une analogie entre l’enfance et l’environnement:

J’aime beaucoup la métaphore de l’habitat naturel. On parle de questions d’environnement, de changements climatiques et de disparition de certaines espèces, et je trouve que l’analogie avec l’enfance est intéressante. Je dirais qu’on assiste à l’érosion de l’environnement naturel d’apprentissage de l’enfant. (…)

« Les enfants ne sont pas de petites îles », illustre l’auteure. Ils sont issus d’une communauté, une culture, une famille, qu’il faut connaître et comprendre dans le cadre d’une éducation à son échelle.

Ces jours-ci, je lis un livre de Heather Shumaker, américaine elle aussi, maman et journaliste,  It’s Ok not to share…  Madame Shumaker prône les jeux non structurés et libres durant la petite enfance.  Elle aussi parle de se mettre à la place de l’enfant.  Un exemple?  Un garçon joue avec des blocs, une fille de son groupe arrive et veut les blocs.  Très souvent, l’adulte responsable du groupe demandera au garçon de donner les blocs tout de suite, sous prétexte qu’il doit apprendre à partager.  Madame Shumaker se fait la défenderesse du garçon et dit que nous, les adultes, si on nous obligeait à faire une chose semblable, on dirait non…  L’auteure dit que l’adulte du groupe devrait encourager les enfants à se parler, à trouver leur solution:  ou bien la fille devrait apprendre à attendre que le garçon ait fini des blocs… ou bien, ils décideront de jouer ensemble.  Fille et garçon auront alors eu une expérience de vie intéressante.

Madame Shumaker a publié un deuxième livre, It’s OK to go UP the Slide (mars 2016). Silvia Galipeau nous avait parlé de cette auteure et de son nouveau livre le 16 mai dernier, dans La Presse+, Laisser les enfants être des enfants.  Dans son deuxième ouvrage, madame Shumaker parle, entre autres, de « notre obsession sécuritaire »

 La première règle proposée par l’auteure est la fin de l’obsession sécuritaire. Pourquoi ? Si les tout-petits doivent être constamment surveillés, les enfants plus vieux (le livre s’adresse aux parents d’enfants de 2 à 11 ans, environ) ont besoin d’air pour grandir socialement, émotivement, créativement et physiquement. « Les risques permettent d’acquérir des compétences », écrit-elle.

Non seulement c’est en courant trop vite ou en grimpant trop haut que les enfants découvrent leurs limites, mais c’est ainsi qu’ils les dépassent. Qu’ils expérimentent la résilience et la persévérance. Bref, qu’ils gagnent en confiance et en indépendance. (…)

L’idée : donner aux enfants des outils pour fonctionner en société, au lieu de les geler dans la peur de l’étranger, propose-t-elle.

Je trouve ces propos très intéressants… d’autant plus que cette philosophie de « ne pas tirer sur une fleur pour qu’elle grandisse plus vite » commence dès la conception.  Les neurosciences nous ont appris que bébé, dans le ventre de sa maman, entend ce qui se passe à l’extérieur.  Il n’en fallait pas plus pour que des adultes créent des cours pour les bébés dans le ventre de leur maman.  En tapant « classes for babies in the womb » dans un moteur de recherches, j’ai rapidement trouvé des leçons auditives pour le bébé pas encore né… Incroyable… J’essaie de me mettre à la place de ce fœtus… j’aurais envie d’hurler « Laissez moi tranquille! »… 🙂

Erika Christakis dit aussi:

Bien sûr, on peut enseigner à des enfants que deux et deux font quatre, mais pour vraiment saisir cette notion, cela prend des années d’exploration active, de jeux de lego, de construction de forts, de blocs, etc. Tout cela a l’air simpliste comme ça, et pourtant, c’est fondamental.

Moi, j’ajouterais que la vie, « tout simplement », apporte son lot d’apprentissages à un tout-petit:  un enfant peut développer des notions de mathématiques et de chimie en faisant un gâteau, il peut apprendre des notions de sécurité et de botanique en se promenant dans un parc, il peut élargir ses connaissances des fruits et des légumes en allant au marché.  Dans le même ordre d’idée, notre société offre une panoplie d’objets aux parents d’un bébé de moins d’un an:  une balançoire, des appareils qui jouent de la musique (même des battements de cœur humain), une « marchette-pas-de-roue », une chaise haute et j’en passe.  Maintenant, on préconise la prudence.  En effet, si bébé est placé trop tôt dans une position avant qu’il soit rendu à cette étape de son développement, il peut en résulter des stress physiques et psychologiques –  on pense, par exemple, à la position verticale dans une « marchette-pas-de-roue » ou à la position assise dans une chaise haute. Ainsi, la recommandation est de placer bébé dans la chaise haute quand il peut se tenir assis par lui-même…

Le développement d’un bébé durant sa première année de vie est incommensurable – il n’y aura pas d’autre moment dans sa vie où son cerveau se développera autant.  Pour traverser toutes ces étapes de développement, bébé a besoin d’être d’abord collé contre sa maman-son papa.  Porter son bébé, c’est lui offrir… la vie « tout simplement »:  placé à hauteur des adultes, à portée de bisous, bébé entend-sent-goûte-touche à son parent, bébé « bouge » comme son parent, bébé est aussi allaité plus souvent.  Au fil des jours, au fil du temps qui passe, l’enfant se développera dans chacune des sphères de sa personnalité en découvrant que maman-papa sont là pour lui.  L’exploration de son monde viendra tout naturellement, à son rythme à lui, quand il sera prêt.

Vous vous souvenez des bateaux de Brazelton?  Dr Brazelton, pédiatre américain, comparait les enfants à des bateaux…  Un bateau, avant de voguer sur les mers du monde, doit d’abord être assuré d’avoir SA place dans un port.  C’est la même chose pour le tout-petit:  riche de l’assurance d’avoir SA place à lui auprès de maman-papa, il peut, en toute quiétude, naviguer et découvrir son monde puis le monde car il sait qu’il peut toujours revenir vers sa maman-son papa et il aura toujours SA place à lui – c’est la construction du lien d’attachement,

 » … lien affectif durable d’un enfant envers un adulte qui en prend soin et qui se manifeste notamment par divers comportements permettant à l’enfant, dans les moments de détresse surtout, d’interagir avec cet adulte »

Chaque fois que l’adulte répond au tout-petit, un modèle interne se créé chez cet enfant.  Les modèles internes sont observables dès l’âge de douze mois et bien établis à trois ans.  On comprend alors mieux que l’enfant d’âge préscolaire a besoin d’être un enfant, « tout simplement »…  L’école, les pupitres, les « reste assis » « ne parle pas », le travail, les obligations, les horaires… tout ça viendra bien assez vite et ça durera le reste de sa vie… 75-80-85 ans…?

Références:

Christakis Erika, http://erikachristakis.com/author/, pages consultées 2016-06-13.

Desjardins Nicole et al.(2005) Guide pour soutenir le développement de l’attachement sécurisant de la grossesse à 1 an : L’attachement au cœur du développement du nourrisson. Les services intégrés en périnatalité et pour la petite enfance à l’intention des familles vivant en contexte de vulnérabilité.  Québec : Ministère de la santé et des services sociaux http://publications.msss.gouv.qc.ca/acrobat/f/documentation/2005/05-836-01.pdf, page consultée 2016-06-13.

Galipeau Silvia, La Presse+, 2016-06-13, L’enfance en voie de disparition, http://plus.lapresse.ca/screens/01c5c177-926d-4d96-91f5-3ed1f2e7bbaf%7CxufpeFV3QeW7.html, page consultée 2016-06-13 et http://plus.lapresse.ca/screens/01c5c177-926d-4d96-91f5-3ed1f2e7bbaf%7CxufpHW5ZQl2a.html, page consultée 2016-06-13.

Guedeney Nicole. (2011) L’attachement un lien vital.  http://www.yapaka.be/content/l%E2%80%99attachement-un-lien-vital, page consultée le 2016-06-13.

Shumaker Heather.  http://www.heathershumaker.com/index.html, pages consultées 2016-06-13.

Shumaker Heather (2012).  It’s ok not to share… New York: Penguin.

Shumaker Heather.  The Huffington Post, 2013-10-25, 10 Renegade Rules for Parents. http://www.huffingtonpost.com/heather-shumaker/renegade-rules-for-parents_b_1728234.html, page consultée 2016-06-13.

Turner Cory, nprEd, 2016-02-09, What Kids Need From Grown-Ups (But Aren’t Getting), http://www.npr.org/sections/ed/2016/02/09/465557430/what-kids-need-from-grown-ups-but-arent-getting, page consultée 2016-06-13.