Stress parental et enfant

Le mardi 26 janvier 2016, Sonia Lupien Ph. D. a donné une entrevue d’une dizaine de minutes à Radio-Canada, « Les effets du stress parental sur les enfants« 

Éducation des enfants : gare à l’attention divisée  

Menée sur des rats, l’étude de chercheurs californiens nécessite des recherches plus approfondies chez les humains, mais démontre clairement l’effet dévastateur d’une activité mentale partagée.

« La Dre Baram m’a présenté une vidéo spectaculaire, raconte Sonia Lupien. Quand elle a étudié le comportement de ces petits rats à l’adolescence, elle a observé que les petits des mères qui avaient un comportement fragmenté affichaient moins de comportements liés aux jeux et au plaisir en général. Ce ne sont pas des petits qui ont vraiment le goût de jouer. Ce dont elle se rend compte, c’est que ce qui stresse le bébé, c’est la fragmentation du comportement maternel, et non le comportement lui-même. »

Sonia Lupien Ph. D. brosse un tableau des études des effets du stress parental sur l’enfant.  Les études ont été effectuées sur des rats et il est question des mères car, chez les mammifères, ce sont les mamans qui s’occupent des bébés et ce, pour toutes les espèces sauf une: le papa hamster californien reste s’occuper de son bébé.

En 1950, on se demandait si un nouveau-né rat répondait au stress? Il n’avait aucune réaction… en autant qu’il restait avec maman, maman servant de « tampon protecteur ».  Les études se sont poursuivies: si les bébés rats sont séparés sur une courte période de temps, la maman a des comportements de retrouvailles très accentués (léchage du bébé, entre autres).  Par contre, si la séparation est plus longue, maman lèche moins son bébé lors des retrouvailles.

En 1990, on a poursuivi les expériences avec mamans et bébés rats.  Il a été découvert qu’une maman qui avait des comportements de faible toilettage avait un bébé plus réactif au stress.  On a donc croisé les 2 groupes: d’une part, maman faible toilettage avec bébé moins réactif au stress (né d’une maman fort toilettage) et d’autre part, maman fort toilettage avec bébé plus réactif au stress (né d’une maman faible toilettage).  Le résultat: le bébé né d’une maman-faible toilettage jumelé à une maman-fort toilettage grandit en devenant un rat moins réactif au stress.  Donc… le stress du bébé ne serait pas génétique mais relié au comportement de toilettage de la maman avec qui il vit.

 Maintenant, chez les humains… Dernièrement, Dre Lupien a rencontré Tallie Z. Baram M.D. Ph.D. et Curt A. Sandman, University of California, Irvine.  Des observations d’une maman avec son bébé âgé d’un an ont eu lieu: on les observe jouer, vivre ensemble, tout simplement.  Il a été démontré que si maman qui avait un comportement fragmenté, son bébé était stressé.  L’intrusion des technologies, par exemple, peut amener un comportement fragmenté sans pour autant être la seule cause…  Dans le même sens, une maman qui utilise son cellulaire n’aura pas nécessairement un comportement fragmenté.  C’est une indication… nos enfants ont besoin de stabilité… au moins 30 secondes…

Pour en savoir plus…

 

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.