Le temps, un allié…?

Il y a quelques jours, j’ai rencontré un famille.  Bébé a 6 semaines.  Maman allaite avec douleur, à gauche et à droite.  Ensemble, nous ajustons la prise et maman ressent beaucoup moins de douleur des deux côtés. Maman comprend les ajustements et peut les refaire.  Bébé a des tensions – dans ce cas-ci, bébé sera suivi avec une chiropraticienne.  Nous avions prévu nous revoir la semaine suivante.  Maman m’appelle: elle me dit que depuis notre rencontre, elle a moins de douleur mais elle n’a pu allaiter comme ça s’était passé lors de notre rencontre… Elle trouve cela difficile, elle est découragée…  Je la comprends, je ressens envers elle empathie, compassion, admiration pour son courage et sa ténacité. Je la respecte comme femme, comme maman et je respecte son autonomie, sa décision. Je lui laisse la place qu’elle a besoin pour parler de son expérience d’allaitement…  Ensuite, elle me demande mon avis…

Mon expérience professionnelle me démontre que, lorsque l’allaitement a démarré « de travers », c’est ensuite un processus, un « work in progress » de remettre l’allaitement « sur ses rails ».  Très souvent, quand je rencontre une famille, la prise est ajustée et maman allaite avec moins de douleur – ça démontre que, « techniquement », ça pourrait être possible d’atteindre cet objectif d’allaiter sans douleur.  Entre maintenant et l’atteinte probable de cet objectif, il y a du travail à faire… des paliers, quelques marches en haut, quelques marches en bas…  C’est encore plus vrai si, par malheur, maman a des blessures: même « une belle plaie propre non infectée » a besoin de temps pour guérir.  À la maison, maman éprouve très souvent de la difficulté à reproduire exactement de la même façon une prise avec moins de douleur … c’est normal… Allaiter, c’est comme une danse… ça prend de la pratique et il faut aussi, très souvent, défaire/désapprendre des gestes, des idées, des conseils reçus autour de la naissance d’un enfant, à un moment de vie très particulier, très intense, très chargé en émotions et oui, ça peut prendre du temps.  Oui, ça arrive que je rencontre une famille et d’un coup, la douleur tombe, maman retourne à la maison et la prise reste non douloureuse… (bien égoïstement, c’est génial pour mon ego 🙂 ) Dans ce cas, le processus aura été plus court… sauf que ces cas sont plutôt rares… voire même très rares.

L’autre point bien important, c’est que maman danse avec bébé… Elle doit tenir compte de son « partenaire de danse », un « voie-lactien » et bien que celui-ci soit compétent dès sa naissance pour s’attacher à du connu, sa maman, il n’en demeure pas moins qu’il vient d’arriver dans notre monde.  Même avec toute la bonne volonté du monde, maman contrôle seulement une partie de la prise du sein par le bébé en lui présentant le sein d’une certaine façon.  Si bébé a gardé un « faux pli » de son temps passé dans le ventre de maman, de sa sortie du ventre de maman, il peut refuser de faire certains mouvements avec sa tête, il peut carrément refuser de prendre le sein.  Si bébé présente des problèmes musculo-squelettiques, un professionnel de la santé spécialisé dans le soin des nourrissons pourra détecter des déséquilibres et redonner la meilleure fonction possible aux systèmes, une évaluation permettra d’identifier les signes et les symptômes pouvant compromettre le développement moteur et de vérifier l’intégrité des muscles et des os du jeune enfant.  Là aussi, le temps compte:  pour que les tensions ressenties par bébé s’atténuent, la répétition d’un travail corporel s’inscrit dans un certain laps de temps.  Bébé peut aussi présenter un frein de lèvre supérieure, un frein de langue.  Dans certaines situations, la présence d’un frein peut nuire à la prise optimale du sein par le bébé.  Là aussi, le temps compte:  parfois, il s’écoule du temps entre le début de la douleur de maman et la décision de couper un frein et quand un frein est coupé, oui, c’est possible que maman voit une différence dans la prise tout de suite après la frénotomie.  Il y a aussi des bébés qui ont besoin de temps pour prendre le sein différemment suite à la frénotomie et maman verra sa douleur disparaître beaucoup plus graduellement.

 Et maman, dans tout cela?  Nous espérons tous qu’avec le temps et avec tout ce que le temps nous permet de faire, la douleur s’atténuera chez maman. Avec son village, elle doit prendre soin d’elle.  Il a été démontré que l’accompagnement par une professionnelle de la santé qualifiée en lactation contribue grandement à aider maman à traverser ce moment difficile. Aussi, il y a le « cocooning » qui apporte une certaine douceur et un moment de vie moins désagréable à ces mamans qui attendent et qui espèrent, avec nous tous, la diminution puis la disparition de la douleur.

Pour plus d’infos: https://louisegodin.com/parents/parents-dossiers-2/parents-dossier-allaitement/

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.