Ma pratique privée en périnatalité…

Je suis infirmière bachelière et consultante en lactation.  Depuis janvier 2015, je suis en pratique privée.  Tout en étant contente de mon choix, je me pose des questions, principalement à propos de la rémunération.  J’ai lu le texte « Breaking down the price of IBCLC home visits ».  L’auteure, Rachele O’Brien, est consultante en lactation en pratique privée et elle nous parle des services qu’elle offre et des tarifs associés.  J’ai trouvé, dans cet article, plusieurs ressemblances avec ma pratique privée.

En décembre 2014, j’avais cumulé 9 ans de pratique à la clinique d’allaitement de l’Hôpital Général Juif et 8 ans d’enseignement en soins infirmiers au collégial.  La même année, j’ai contribué à mettre sur pied la section Rive-Sud de Montréal de l’Association québécoise des consultantes en lactation.  Riche de ces éléments, entourée de collègues, j’ai choisi la pratique privée.  Une telle pratique représente, pour moi, de grands avantages dont celui d’organiser mon horaire comme je veux:

  • ça me permet d’être présente pour les miens, au fil de la vie,
  • ça me permet de m’impliquer dans des projets emballants: je travaille présentement avec une travailleuse sociale et un comité formé de membres d’organismes communautaires – nous bâtissons une trousse « Voyage au cœur de l’attachement »
  • ça me permet de suivre des formations: je termine le programme de 2e cycle, Psychologie périnatale, UQAM; je suis inscrite à une formation donnée par Isabelle Filliozat, une autre donnée par Nicole Reeves, psychologue, sur l’anxiété maternelle pendant la période périnatale…

Être en pratique privée représente surtout le très grand avantage de me permettre d’offrir, à chaque famille, à chaque personne, un service selon MES critères d’excellence, rien de moins.

J’adore ce que je fais et chaque fois que je rencontre une famille, je me considère privilégiée de faire partie de leur « village » comme professionnelle de la santé. À l’image de madame Françoise Dolto, pédiatre et psychanalyste française, je reconnais l’importance de demander d’être payée pour les services rendus.  Madame Dolto demandait à tous ses « clients », enfant et adulte, de la rémunérer –  une somme d’argent de la part d’un adulte, un dessin/bricolage de la part d’un enfant. Madame Dolto associait la rémunération donnée par le « client » à son implication dans la relation thérapeutique.  Pour l’enfant, le fait d’apporter un dessin/un bricolage signifiait son accord à la rencontre et si l’enfant avait oublié le dessin, madame Dolto s’intéressait à la signification de son oubli…Je suis d’accord avec elle.

Mon problème, c’est combien demander…  Mon champ de pratique infirmière en pratique privée couvre la périnatalité et la petite enfance.  Puisque je suis aussi consultante en lactation, une partie de ma pratique est d’accompagner les familles dans leur projet d’allaitement.  Mes honoraires pour une consultation en allaitement se comparent à ceux des autres consultantes en lactation en pratique privée de ma région.  Évidemment, je reçois d’autres demandes et l’infirmière que je suis peut y répondre: une maman m’a consultée parce que son grand de 4 ans piquait des crises, une autre maman se demandait quoi faire avec son bébé de 4 mois qui ne faisait pas ses nuits, une nouvelle maman enceinte a des nausées à ne plus finir… Peu importe le motif de consultation, mes honoraires restent les mêmes:

  • si je vais à domicile, je demande 80$/heure et des frais de déplacement
  • si vous venez à la clinique, un mardi ou un jeudi, ce sera 60$/heure
  • si la consultation se fait par téléphone, par courriel, par Skype, c’est alors 40$/heure.

Mes honoraires servent à couvrir les frais afférents à ma pratique : le matériel (gants, tubes, NaCl, aiguilles, compresses, ordinateur, imprimante, encre, papier, crayons et tout le reste), les livres, les abonnements à des revues, l’inscription à des activités de formation.  À l’automne 2016, je devrai recertifier le titre de consultante en lactation en récrivant l’examen que j’ai réussi il y a dix ans; je viens de m’inscrire…ça coûte 624,11$.  Je songe aussi à commander un pèse-bébé afin de vous offrir un meilleur service… avec la mallette et le chargeur, c’est presque 900$ et soyez assurés que j’ai magasiné et négocié 🙂  Et j’oubliais… mes honoraires, c’est aussi mon salaire…

Une consultation, qu’est-ce que ça représente…?  Imaginons que vous venez d’avoir un bébé.  L’allaitement ne va pas bien du tout.

  • Vous m’appelez ou vous m’envoyez un courriel et parfois, la demande vient de papa. Mon horaire varie: dans certaines situations, je peux être disponible en soirée, la fin de semaine, la veille du Jour de l’An, un dimanche matin.  Lors de notre première conversation téléphonique, je prends le pouls de votre situation, je vous invite à écrire vos questions.  On fixe ensemble un moment pour une visite à votre domicile – j’essaie de choisir un moment où papa est présent (ou toute autre personne significative).  Si l’infirmière du CLSC vous rend visite, j’ai le souci d’étaler nos rendez-vous dans le temps.  Puisque je veux voir bébé téter, je vous offre de déplacer notre rendez-vous même à la toute dernière minute selon l’horaire de votre bébé au fil de la journée.
  • Avant de vous rencontrer, je me prépare : les documents à compléter, recherche documentaire si vous présentez une problématique particulière, etc.
  • Je me rends à notre lieu de rencontre. La première visite dure environ 1h30-2h.  Pendant cette visite, en tant qu’infirmière bachelière et consultante en lactation, j’évalue la condition de santé de chaque membre de votre famille, bébé-maman-papa.  Dans une rencontre, oui, on parle allaitement, oui, je regarde maman offrir le sein à bébé.  Si des ajustements se font, je m’assure que vous pouvez les répéter, je mets papa dans le coup – il peut prendre des photos, je lui explique ce qu’il faut surveiller…  À travers nos échanges, à travers vos questions, je vous accompagne sur votre chemin de parents de ce nouveau bébé.  Je vous considère, maman-papa, spécialistes de votre vie et moi, spécialiste de connaissances scientifiques.  Je vous offre donc la théorie, basée sur des résultats probants, afin que vous preniez la décision la plus éclairée possible dans votre famille. Dans une rencontre, on parle de ce que vous voulez:  vitamines et collations pour maman, rôle de papa, pleurs du bébé, ombilic de bébé qui suinte, état d’âme de maman et aussi de papa, lochies de maman, sorties avec bébé, installation de bébé dans le porte bébé, inspection de votre lit si vous faites du co dodo, etc.  Si vous, maman, vous avez des plaies, j’évalue celles-ci, j’y apporte les soins requis et, en tant que prescriptrice de l’OIIQ, je peux aussi prescrire crèmes, pansements pour aider la cicatrisation.  Au fil de ma visite, mine de rien, je vous observe… avant de vous quitter, j’aurai identifié les forces de chaque membre de votre famille, incluant bébé… oui, votre bébé a déjà ses compétences/forces dès son arrivée sur notre planète.  Les forces sont importances car c’est à partir de celles-ci que vous trouverez les outils pour vous adapter aux situations de votre vie.
  • De retour à la maison, je numérise les documents complétés, je fais mes notes sans oublier vos forces.  Je vous envoie le tout dans les 24-36 heures qui suivent – vous aurez ainsi par écrit tout ce qu’on s’est dit. Si nécessaire, je vous envoie aussi des hyperliens/documents pour répondre à vos questions et, du même coup, vous indiquer les sources de résultats probants de telle sorte qu’une prochaine fois, vous puissiez vous débrouiller sans moi. Si je vous suggère de voir un autre professionnel, je complète une demande de référence à ce professionnel, je lui envoie mes notes et je vous retourne également une copie.  J’assurerai le suivi de ce côté-là aussi.
  • Dans les jours qui suivent notre rencontre, je vous envoie un courriel pour faire le point. Si vous avez des questions en lien avec votre motif initial de consultation, je ne charge rien de plus.

Une première consultation de 2 heures à votre domicile me donnera 160$ (120$ en clinique et 80$ via Skype ou par téléphone), incluant ce que je fais avant et après notre rencontre. Rachele O’Brien, dans son article, dit qu’elle prend elle aussi 4-5 heures de travail pour une visite de 2 heures.  Elle a fait un sondage auprès de ses collègues:  le nombre d’heures et le tarif se comparent.

Ceci étant dit, j’aimerais avoir votre avis…  Que pensez-vous de tout cela?  Des « CLSC » offrent des services 7 jours en périnatalité – est-ce qu’une consultation en allaitement payante a sa place?  Avez-vous déjà fait appel à une professionnelle de la santé en pratique privée?  Si oui, étiez-vous satisfait des services?  Que pensez-vous des tarifs demandés? Je sais que plusieurs assurances privées des parents ne remboursent pas les soins infirmiers et encore moins les services d’une consultante en lactation – est ce que ça devrait l’être…?

1960Louise inf

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.