« La qualité de la relation, c’est la base de tout »

Adolescence – alcool et drogue… je sais… vous êtes probablement loin de cela. En même temps, force est de constater que le temps file… votre tout-petit d’aujourd’hui sera votre ado, demain.  Dans cet article de La Presse+ du 21 mars 2016 (Marie Allard), madame Lefebvre, directrice générale du Centre québécois de lutte aux dépendances, dit aux parents d’ado que la qualité de la relation, c’est la base de tout Et moi, je crois qu’une relation de qualité, ça se prépare petit à petit, au fil des jours, au fil de la vie.

« Si on ne garde pas une relation de qualité avec notre adolescent, c’est-à-dire une relation où il y a de l’amour, de l’affection et où on s’intéresse à lui, c’est très difficile d’établir les autres facteurs de protection familiale. Si on compare les facteurs de protection à des poupées russes, avoir une relation de qualité, c’est la plus grosse poupée, celle qui contient les autres. »

Bâtir une relation, ça fait partie du travail de parent… Bâtir une relation de qualité avec son enfant, ça fait partie des rêves de tout parent.  Maman, quand avez-vous commencé la construction du lien avec votre enfant?  Quand il était dans votre ventre? Quand il faisait partie de vos projets?  Quand il est né?  À quelle fréquence nourrissez-vous cette relation? Quels ingrédients mettez-vous dans cette relation? De la joie, de l’amour, de l’humour, de l’amour, de l’empathie, de la compassion, de la tendresse, de l’amour et encore de l’amour…?  Peut-être votre lait…?  D’autres ingrédients…?

Vous et votre enfant êtes sûrement en liens avec d’autres personnes.  L’autre parent de votre enfant… qu’en est-il de la construction de son lien avec cet enfant…?  Et vous avec votre partenaire… qu’en est-il de votre lien de conjoints…? de votre lien de parents…?  Et votre famille… quels liens unissent ses membres? Quels ingrédients nourrissent votre famille…?  Quelles personnes gravitent autour de votre famille…? Quels liens unissent votre famille avec ces personnes…?

L’article de Marie Allard cible la relation des ados avec ses parents… vous conviendrez avec moi que cet article peut s’appliquer à toute relation… Une relation de qualité avec ceux qui sont dans notre cœur, ça se bâtit peu à peu, au fil de la vie, ça prend du temps, un peu-beaucoup à différents moments, ça prend aussi des ingrédients spéciaux tout autant que cette relation est spéciale.  Une relation de qualité avec ceux qui sont dans notre cœur, c’est comme une plante… il faut en prendre soin…  Une relation de qualité avec ceux qui sont dans notre cœur, autant ça peut parfois être difficile à vivre, autant ça peut aussi être un des beaux cadeaux de la vie…

COMMENT PRÉVENIR LA CONSOMMATION D’ALCOOL ET DE DROGUE ?

À l’invitation du comité de parents de la Commission scolaire de Montréal (CSDM), Geneviève Lefebvre, directrice générale du Centre québécois de lutte aux dépendances, donnera une conférence gratuite mercredi à l’école Marguerite-De Lajemmerais au sujet des problèmes de consommation « en émergence ou réels » chez les adolescents. Mais avant, elle a fait part à La Presse de quatre facteurs de protection que les parents peuvent mettre en place pour prévenir la toxicomanie.

RELATION DE QUALITÉ

« C’est la base de tout, dit Mme Lefebvre. Si on ne garde pas une relation de qualité avec notre adolescent, c’est-à-dire une relation où il y a de l’amour, de l’affection et où on s’intéresse à lui, c’est très difficile d’établir les autres facteurs de protection familiale. Si on compare les facteurs de protection à des poupées russes, avoir une relation de qualité, c’est la plus grosse poupée, celle qui contient les autres. »

Évidemment, ça peut être un défi quand l’enfant grandit. « L’adolescence se veut un moment où le jeune va être en quête d’identité, où il va essayer de challenger certaines valeurs familiales, reconnaît l’experte, qui compte 23 ans d’expérience dans la lutte contre les dépendances. Mais il faut garder une proximité émotionnelle. »

COMMUNICATION EFFICACE

« Les parents doivent avoir un rôle proactif et nommer ce qui est clairement acceptable ou pas dans leur famille, indique Mme Lefebvre. Est-ce que c’est permis, pour leur adolescent, de boire de l’alcool ? Fumer un joint à 17 ans, c’est adéquat ? Il faut qu’ils se posent ces questions. »

Pour être efficace, la communication doit fonctionner dans les deux sens. « Le parent doit être ouvert à entendre ce que le jeune a à dire, même si ça ne fait pas toujours son affaire, conseille la criminologue de formation. Il faut être ouvert à davantage de négociation, tout en disant quelles sont nos valeurs. »

DISCIPLINE GAGNANT-GAGNANT

Le parent d’un jeune enfant est souvent directif. « À l’adolescence, il faut qu’il y ait un transfert dans le style disciplinaire, qui doit devenir gagnant-gagnant, estime Mme Lefebvre. Le parent garde son rôle de parent, en disant ce qui est acceptable ou pas. Il y a des choses qui sont non négociables. Mais il faut que le parent soit prêt à négocier d’autres choses, qui ne mettent pas le jeune à risque. Autant le parent que le jeune doivent sentir qu’il y a des raisons derrière les règles, qu’on les comprend et qu’ensemble, on en arrive à un certain compromis. »

BONNES STRATÉGIES DE RÉSOLUTION DE CONFLITS

« Le conflit, dans une famille, c’est inévitable, tranche Mme Lefebvre. On a à se positionner, à protéger notre enfant en disant : « Tu ne peux pas faire ça. » »

Est-ce inquiétant ? « Ce qu’on voit en recherche, c’est que ce n’est pas le nombre de petits conflits qui est grave, indique l’experte. C’est davantage l’empreinte émotionnelle que peut causer un conflit. Si on commence à traiter le jeune de tous les noms, si on le rabaisse, si ça cause un impact émotionnel négatif chez lui, on le met à risque de développer un problème de consommation. »

Il y a de bonnes façons de gérer les conflits. « À un moment donné, il faut lâcher prise sur certaines choses, recommande Mme Lefebvre. Il faut regarder ce qui est le plus important, et gérer les conflits de manière à ne jamais blesser l’enfant. Ça, c’est une règle non négociable. »

PEUT-ON LAISSER LES ADOS BOIRE DE L’ALCOOL ?

« Considérant que l’alcool peut nuire au développement du cerveau et du corps, les jeunes devraient retarder l’âge de leur première consommation d’alcool, idéalement après l’âge adulte, répond Geneviève Lefebvre. S’ils décident de boire de l’alcool, ils devraient le faire en suivant les directives de consommation à faible risque : une à deux consommations, une à deux fois par semaine, sous supervision parentale. »

Plus d’information sur la conférence :

http://csdm.ca/calendrier/?id=i0p4vhn10l6uh21c3okg9l44s4@google.com

Référence:  La Presse+, 21 mars 2016, Marie Allard, « Comment prévenir la consommation d’alcool et de drogue? »

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.