Fanfreluche…!

Vous souvenez vous de la chanson

« Fanfreluche va raconter, un beau conte à sa manière…

Fanfreluche va raconter, un beau conte pour vous amuser….

un beau conte..un beau conte….un beau conte pour vous amuser! »

Aujourd’hui, c’est moi qui vous raconte une histoire…  🙂

Une amie m’écrit ce matin:

« Louise, j’ai vu que tu as mis sur ta page FB… les cours prénataux gratuits de l’infirmière Fortier… Ils sont financés par Nestlé!!! et une compagnie pharmaceutique ».

 J’ai récrit à cette amie car je ne trouve pas où j’ai mis ça sur ma page FB…enfin.  Oui, c’est vrai qu’hier soir, j’ai cliqué sur cette nouvelle: « Des cours prénataux en ligne et gratuits – ICI Radio-Canada.ca« .  Je m’intéresse à ce qui s’écrit, se fait concernant la santé et plus particulièrement sur l’allaitement, la périnatalité, la petite enfance, l’attachement, la famille.  Je crois que mon rôle, auprès des familles, en est un d’accompagnatrice.  En tant que professionnelle, je ne donne pas mon avis personnel ni de conseil, je ne dis pas quoi faire car je reconnais maman-papa comme les spécialistes de leur famille.  En tant que professionnelle, je donne plutôt des résultats probants afin que maman-papa prennent une décision la plus éclairée possible dans leur famille.  Marie Fortier publie des cours prénataux sur le web et c’est gratuit – c’est certain que je vais prendre le temps de regarder cela car je suis convaincue que plusieurs familles suivront cette formation.  Je veux être en mesure de guider les parents qui utiliseront cet outil.

En tant que professionnelle, je soutiens et je recommande l’allaitement maternel comme le font plusieurs organismes dont Santé Canada, Gouvernement du Québec, Ordre des infirmières et infirmiers du Québec…  Étant infirmière et consultante en lactation, je suis « doublement » tenue de respecter ces recommandations.  Je dois, entre autres, respecter le Code de commercialisation des substituts du lait maternel.

Si vous avez un peu de temps, je vous propose une histoire… la santé des mamans et des bébés, le lait maternel, l’allaitement, l’OMS, l’UNICEF, l’IAB, …

L’Organisation mondiale de la santé(OMS) recommande:

L’allaitement maternel est un moyen sans égal de fournir une alimentation idéale pour la croissance et le développement en bonne santé du nourrisson; il fait aussi partie intégrante du processus reproducteur et il produit des effets importants sur la santé de la mère. Pour que sa croissance, son développement et sa santé soient optimaux, le nourrisson doit être exclusivement nourri au sein pendant les 6 premiers mois de vie: c’est là une recommandation de santé publique de portée mondiale.

Par la suite, en fonction de l’évolution de ses besoins nutritionnels, le nourrisson doit recevoir des aliments complémentaires sûrs et adéquats sur le plan nutritionnel tout en continuant d’être allaité jusqu’à l’âge de 2 ans ou plus. L’allaitement maternel exclusif depuis la naissance est possible sauf dans quelques situations médicales, et l’allaitement exclusif sans restriction conduit à une production tout à fait suffisante de lait maternel.

À la fin des années 1970, l’utilisation incorrecte et abusive des substituts au lait maternel et ses conséquences néfastes ont conduit de nombreuses organisations intergouvernementales et non-gouvernementales à réagir.  En octobre 1979, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et l’UNICEF (United Nations International Children’s Emergency Fund), deux organismes des Nations Unies, organisent une réunion internationale sur l’alimentation du nourrisson et du jeune enfant. Cette réunion rassemble des représentants des gouvernements, des experts médicaux, des agents de santé, des représentants des fabricants d’aliments infantiles, des associations de consommateurs et le Réseau international des groupes d’action pour l’alimentation infantile (IBFAN). Une des recommandations de cette réunion est la nécessité d’élaborer un Code destiné à encadrer les pratiques commerciales concernant l’alimentation infantile.
Ce Code est proposé dans sa version finale à l’Assemblée Mondiale de la Santé (AMS) de l’OMS en mai 1981, et sera approuvé par une écrasante majorité de 118 voix contre une (le vote négatif émanant des Etats-Unis).

Tiré de:  http://www.lllfrance.org/vous-informer/promotion-et-protection-de-l-allaitement/940, page consultée 2016-03-16

Le Code de commercialisation des substituts du lait maternel a pour objectif d’encourager l’allaitement maternel, et de le protéger en restreignant les pratiques commerciales agressives utilisées pour vendre des produits destinés à l’alimentation artificielle.  Ce Code de commercialisation des substituts du lait maternel est une recommandation faite aux gouvernements, invités à l’appliquer en prenant des mesures législatives ou réglementaires propres à leur situation nationale. C’est une exigence minimale, à l’origine de nombreuses autres actions concernant l’allaitement maternel.

Vous trouverez une version complète du Code de commercialisation des substituts du lait maternel à cette adresse:  http://www.who.int/nutrition/publications/code_french.pdf.

« Ensemble, décodons le code » est un document de 2 pages, intéressant.

Les hôpitaux et maternités montrent l’exemple aux nouvelles mères. Lancée en 1991, l’initiative Hôpitaux amis des bébés (IHAB) est un projet de l’UNICEF et de l’OMS dont l’objectif est de faire en sorte que toutes les maternités, qu’elles soient indépendantes ou situées dans un hôpital, deviennent des centres de soutien à l’allaitement maternel.

Une maternité peut prétendre à l’appellation « amie des bébés » lorsqu’elle n’accepte pas de substituts gratuits ou à bas prix du lait maternel, de biberons ou de tétines, et a mis en œuvre dix conditions précises en vue d’encourager un allaitement efficace.

Tiré de: http://www.unicef.org/french/nutrition/index_24806.html, page consultée 2016-03-16

Donc, la santé d’un enfant passe, entre autres, par les recommandations de l’OMS concernant leur alimentation durant ses deux premières années de vie et au-delà.  Pour guider le travail des professionnels, il y a un outil, le Code de commercialisation des substituts du lait maternel.  Ce code s’applique à tous les aliments présentés comme pouvant remplacer le lait maternel et il s’applique aussi aux tétines et aux biberons.  C’est simple et ça doit être non équivoque pour tous.

Bon, finies les histoires… Dans le cadre de mon cours PSY 7802 UQAM, mon travail de session sur les effets de la prématurité sur le lien maman-bébé est à remettre à la fin du mois…

Bonne journée!

Code et vaches

Tiré de IBFAN Penang, Malaisie, février 2005  « Protégeons la santé de nos bébés – manuel pour les professionnels de la santé: Le Code international de commercialisation des substituts du lait maternel »Page 7.

2016-03-28, Planète F, http://www.planetef.com/2016/03/des-cours-prenataux-en-ligne/

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.